Jump to content

Recommended Posts

C'est pas un calvaire non plus. Mais quand on s'attend à un truc dans la lignée du seigneur des anneaux. C'est la grosse deception. C'est long long long :/

C'est ça l'erreur. Vu que le Hobbit sort après le SdA, les gens ont tendance à comparer les deux films. Or à la base, le SdA est une épopée, Le Hobbit est un conte pour enfant. Du coup, on ne peut pas s'attendre à un truc "dans la lignée du SdA" :chinois:

Sinon je conseille la lecture de ces 2 articles sur le Hobbit (par un ancien de Mad Movies) :

- Le Hobbit : une imagerie inattendue

- Le Hobbit : un récit inattendu

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.dailymars.net/lettre-a-ma-fille-martin-scorsese/

Lettre de scorsese sur le cinéma, très intéressant

Chère Francesca, Je t’écris cette lettre au sujet de l’avenir. Je l’observe à travers un objectif. A travers le cinéma, qui a été au centre de mon monde. Au cours de ces dernières années, j’ai réalisé que l’idée du cinéma avec laquelle j’ai grandi, qui est dans les films que je t’ai montré depuis que tu es une enfant, et qui prospérait quand j’ai commencé à faire des films, est en train de prendre fin. S’en désespérer n’est pas mon intention. Je n’écris pas ces mots en ayant l’impression de subir une défaite. Au contraire, je pense que l’avenir s’annonce prometteur. Nous avons toujours su que le cinéma était une industrie, et que l’art cinématographique a été possible car il s’est aligné sur des principes économiques. Parmi ceux d’entre nous qui ont débuté dans les années 60 et 70, personne ne se faisait d’illusions sur ce point. Nous savions que nous allions devoir travailler dur pour protéger ce que nous aimions. Nous savions aussi qu’on aurait à traverser des périodes difficiles. Nous avions réalisé, à un certain niveau, que nous aurions à faire face à un moment donné, à la diminution, voire la suppression de chaque élément imprévisible ou inconvenant dans le processus de création d’un film. L’élément le plus imprévisible de tous ? Le cinéma. Et ceux qui le fabriquent. Je ne veux pas répéter ce qui a déjà été dit et écrit par tellement d’autres avant moi, sur tous les changements dans l’industrie, et je suis encouragé par les nombreuses exceptions à ce principe de création cinématographique : Wes Anderson, Richard Linklater, David Fincher, Alexander Payne, les frères Coen, James Gray et Paul Thomas Anderson parviennent tous à réaliser des films. Et Paul a non seulement réussi à réaliser The Master en 70 mm, il a même réussi à le montrer sur pellicule dans quelques villes. Tout ceux qui s’intéressent au cinéma devraient en être reconnaissants. Je suis également touché par ces artistes qui arrivent à créer des films dans le monde entier, en France, en Corée du Sud, en Angleterre, au Japon, en Afrique. Ca devient de plus en plus difficile à chaque fois, mais des films y sont réalisés. Mais je ne crois pas être pessimiste quand je dis que l’art du cinéma et l’industrie cinématographique sont à la croisée des chemins. Le divertissement audiovisuel et ce qu’on appelle le cinéma, des images animées conçues par des individus, semblent aller dans des directions différentes. A l’avenir, vous verrez probablement de moins en moins les films dans des multiplexes, et de plus en plus dans des cinémas plus petits, en ligne et, je suppose, dans des espaces et des circonstances que je ne peux prévoir. Alors, pourquoi le futur est-il si prometteur ? Car pour la première fois dans l’histoire de l’art, les films peuvent être réalisés avec très peu d’argent. C’était impossible quand je grandissais, et les films à très petit budget étaient plus une exception qu’une règle. Maintenant, c’est l’inverse. Vous pouvez faire des images magnifiques avec des caméras très abordables. On peut enregistrer du son. On peut monter, mixer et étalonner à la maison. C’est devenu accessible à tous. Avec tout l’intérêt porté au matériel de création de films et aux avancées technologiques qui ont mené à cette révolution dans la création cinématographique, il y a une chose à ne pas oublier : les outils ne font pas les films, c’est vous. C’est libérateur d’attraper un appareil et commencer à filmer et de le mettre dans Final Cut Pro. Faire un film, celui que tu dois faire, c’est autre chose. Il n’y a pas de raccourcis. Si John Cassavetes, mon ami et mentor, avait été vivant aujourd’hui, il serait certainement en train d’utiliser tout le matériel à sa disposition. Mais il répèterait ce qu’il a toujours dit : tu dois être dévoué à ton travail, tu dois tout donner de toi-même, et tu dois protéger l’étincelle qui t’a mené à faire ce film en premier lieu. Tu dois la protéger avec ta vie. Dans le passé, étant donné que réaliser des films coûtait très cher, on devait se protéger contre la fatigue et le compromis. A l’avenir, il faudra se protéger d’autre chose : la tentation de suivre le vent, et de laisser le film s’éloigner. Il ne s’agit pas juste de cinéma. Les raccourcis n’existent pas. Je ne dis pas que tout doit être difficile. Je dis juste que la voix qui te fait vibrer est ta propre voix, c’est ta lumière intérieure, comme le disent les Quakers. C’est toi. C’est la vérité. Avec tout mon amour, Papa - See more at: http://www.dailymars.net/lettre-a-ma-fille-martin-scorsese/#sthash.973sLjBl.dpuf

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pourtant, pour écrire un scénario, le couple Emacs + LaTeX suffit. Et pour le montage, soit une solution Avid (pour les riches), soit une solution Avidemux (pour les pauvres), soit une solution Windows Movie Maker (pour les... euh je cherche le terme :transpi:). Pas besoin de Mac :p

:D:D

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hey !

La semaine dernière, j'ai eu la surprise de recevoir 2 invitations pour une avant-première surprise du "prochain film culte du cinéma français".

Après quelques minutes d'attente, le film commence et effectivement, surprise : Supercondriaque de l'ami Dany Boon.

Honnêtement, j'ai préféré ce film à Bienvenue chez les Ch'tis. L'histoire est bien menée, le casting vraiment intéressant et surtout on rigole bien.

M'sieur Boon nous a fait l'honneur de sa présence pour quelques anecdotes et une séance questions/réponses.

Bonne surprise dans l'ensemble !

:huit:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le loup de Wall Street

J'ai bien aimé, malgré ses 3h, le film passe globalement assez bien. Quelques speechs un peu trop longs et une fin plutôt molle par rapport au reste, mais on passe un très bon moment. DiCaprio y est vraiment bon encore une fois.

Le pire étant, que c'est basé sur des faits réels...

Share this post


Link to post
Share on other sites

On te force à y aller où tu y vas de ton propre chef ? Dans le premier cas, je te conseille d'arguer la gastro ou la peste bubonique :dd:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le loup de Wall Street

J'ai bien aimé, malgré ses 3h, le film passe globalement assez bien. Quelques speechs un peu trop longs et une fin plutôt molle par rapport au reste, mais on passe un très bon moment. DiCaprio y est vraiment bon encore une fois.

Le pire étant, que c'est basé sur des faits réels...

t'as le droit de dire que c'est les filles a poil qui ont fait remonter la note du film a tes yeux :p lol

Share this post


Link to post
Share on other sites

On te force à y aller où tu y vas de ton propre chef ? Dans le premier cas, je te conseille d'arguer la gastro ou la peste bubonique :dd:

Ah ?

Bah, ça me coûte rien à part du temps, car place ciné du CE à 3.50€. Mais j'aime bien me préparer psychologiquement. Et pis si c'est nul, et bah, je les flinguerai sur Allociné, et je leur ferai mauvaise presse tout autour de moi. Je trouve ça bien qu'ils se réunissent pour le chant du cygne, mais si c'est pour créer une daube...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le loup de Wall Street

J'ai bien aimé, malgré ses 3h, le film passe globalement assez bien. Quelques speechs un peu trop longs et une fin plutôt molle par rapport au reste, mais on passe un très bon moment. DiCaprio y est vraiment bon encore une fois.

Le pire étant, que c'est basé sur des faits réels...

t'as le droit de dire que c'est les filles a poil qui ont fait remonter la note du film a tes yeux :p lol

Je dirais plutôt que cette mode actuelle (film, série) me sort par les yeux... ^^"

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je me fiais au retour lu à droite à gauche pour présumer de la qualité de la chose :chinois:

Vu sur Allociné ce w-e, la note presse pour le film "les 3 frères" est de 1.8 alors que la note spectateur est de 3.8 ! Un écart de 2 points étonnant je trouve.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le truc avec les 3 frères: le retour et qui se dégage d'Allociné: c'est un film comique moderne.

Alors que "les vieux" attendaient un film comique des Inconnus, porté sur la critique.

Si tu aimes voir Pascal se cogner 3 fois la tronche dans la caravane, revoir le trip du premier, ou entendre parler des "caille-ra" ce film est pour toi :windu:

Edited by foetus

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'aurais tendance à dire comme toi, mais là je viens de mater le volcan (enfin le truc Islandais imprononçable). Et très bonne surprise, comme quoi parfois on peut avoir droit à une exception.

Quant à Gravity je reste perplexe, certaines facilités ont été esquivées* (j'évite de spoiler) mais je reste sur ma faim côté scénario.

pas de Houston ouf il était temps, pas d'embrassades de fin et de cavalerie inutile à grand coup d'hélicos (alors qu'un seul suffit) et ce faux retour de Clooney bien trouvé (m'ont fait peur sur ce coup là). A part ça pas grand chose de neuf, bien dommage. Côté réalisation à noter tout de même la bonne gestion des timming

Share this post


Link to post
Share on other sites

Please sign in to comment

You will be able to leave a comment after signing in



Sign In Now

×
×
  • Create New...