Jump to content

Recommended Posts

Hum, je pense qu'il vaut aussi falloir attendre que d'autres répondent parce que c'est quand même un ressenti assez subjectif, et évidemment, il se peut que des readers que je ne connaisse pas font un boulot formidable, d'autant que les technos et produits évoluent très vite… et que le PDF sera certainement bien mieux pris en compte à l'avenir ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il me reste toujours des livres papier en stock à lire, mais les livres numériques que j'ai déjà avalé, c'était soit en PDF sur le PC, soit en epub également sur le PC avec le logiciel FBReader.

Alors concernant les liseuses, ça m'intéresse, je suis ça de près, mais plus j'apprends des choses sur ces matériels et leurs logiciels embarqués, plus je me dis qu'il est urgent d'attendre.

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai eu peu d'occasions d'essayer le format PDF sur mon PRS-650. Aujourd'hui, je devrais en faire un test plus complet, un ami universitaire est intéressé par la question et je pense que nous allons voir un certain nombre d'ouvrages publiés uniquement dans ce format sur ce site :

http://www.library.nu

Notez la très probable non-conformité du site au droit d'auteur, mais, d'après mon ami, le prix de ce genre de livre est tellement délirant (souvent plus d'une centaine d'¤) que les tirages, faibles, sont presque destinés uniquement aux bibliothèques universitaires, et que les éditeurs "acceptent" plus ou moins un large photocopiage ou encore pompage numérique.

Je vous en dirai plus demain sur nos conclusions.

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'attends avec impatience tes conclusions !

Il s'agit du même type d'écriture pour mes documents, et justement je me demandai si la taille de la tablette est suffisante pour pouvoir lire clairement sans trop avoir à agrandir le texte, et passer une éternité à tourner les pages ?

(et en effet, un ouvrage sur la TEP à ce prix-là, heureusement que y'a des sites pour la diffuser, je ne pense pas que les chercheurs l'aient écrit pour qu'il soit cantonné à quelques bibliothèques, j'ai pour ma part la chance que les collèges des enseignants soient dispo librement !)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Voilà quelques impressions sur l'utilisation du format PDF sur le PRS-650, avec un protocole de test qui aurait mérité d'être un peu plus poussé, mais nous n'avions pas trop le temps.

Tout d'abord, les fichiers ont été transférés depuis un Apple Mac Book avec un simple glisser-déposer sur le dossier de la carte SD, (sans passer par le logiciel de Sony, disponible pour les Mac.)

1. Dissociation de fichiers.

J'ai été étonné de constater que l'appareil créait deux fichiers à partir d'un PDF.

  • Le fichier comportant le nom original et son extension originale était illisible.
  • Le fichier supplémentaire se trouvait renommé et une extension différente y était accolé (un .indd et une autre dont je ne me souviens plus, je n'ai pas gardé les fichiers.) Le fichier complémentaire est, lui, lisible.

2. Comportement des PDF lus.

Deux des PDF lus furent manifestement créés à partir de textes "électroniques", et le troisième à partir d'un livre scanné page à page.

  • Lorsque la source est électronique, l'appareil permet le redimensionnement de la police, ce qui permet de retrouver un confort équivalent aux fichiers epub, la justification en moins. Les pages, dimensionnées à la base en A4, défilent comme les epub (par exemple, quatre "tourne" de page sur le reader pour une page A4 tournée.)
  • Au passage, le format de 6" ne permet pas d'avoir une vue confortable de la page A4 lorsqu'elle est affichée en entier.
  • Sur le fichier dont la source fut scannée (et dont je ne connais pas le format de base,) il faut utiliser le mode zoom pour pouvoir lire le document. Le passage d'une page à une autre est plus fastidieux, et je n'ai pas pu tester toutes les possibilités du mode. A priori, aucune possibilité d'utiliser les boutons de tourne de page dans ce cas.

3. Réactivité de l'appareil.

Jusqu'à présent, j'ai toujours trouvé que le temps pour tourner une page sur mon reader était tout à fait convenable (moins d'une demi-seconde approximativement.) Cependant, mon appareil s'est mis à ramer, faisant attendre une tourne trop longtemps pour être confortable (plus de 2 secondes.) Comme je pensais avoir mal appuyé sur le bouton (comme cela m'arrive assez régulièrement,) j'ai évidemment réitéré ma commande. Conséquence : l'appareil avait bien enregistré chaque commande, et s'est mis à tourner les pages en dehors de ma volonté ! :transpi:

4. Tests à effectuer et conclusion.

Bref, sentiment plutôt mitigé sur le PDF. De plus, les PDF DRMisés ne sont pas pris en charge par l'appareil. Pour les test à réaliser, je vais tester depuis Windows si les fichiers se retrouvent dissociés, mais en utilisant cette fois-ci deux méthodes d'ajouts de contenus. À suivre !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon, débat un peu chiant mais qui montre l'excellence de nos têtes pensantes…

Prix unique et livre numérique, deuxième lecture cet AM à 15h30… à savoir que les députés et sénateurs ne sont pas d'accord et qu'il est très rare qu'ils soient si opposés sur une loi. La commission mixte paritaire pourrait aller au clash avec 7 pour et 7 contre.

Mais le plus drôle, c'est que ce texte ne s'appliquera pas aux plateformes étrangères (dans un premier temps, c'était le cas. Puis ils ont voulu l'appliquer quand même en allant au combat avec l'UE pour finalement se rétracter)

http://www.idboox.com/economie-du-livre/prix-unique-du-livre-numerique-les-revendeurs-etrangers-ne-sont-plus-concernes/

Le plus drôle, c'est que le livre numérique est compris comme homothétique donc simple transcription électronique d'un livre papier existant. En d'autres termes, livres enrichis et "pure players" numériques risquent de ne pouvoir répercuter cette TVA à 5.5%… (#foutagedegueule)

Lire ce blogpost de François Bon (Publie.net) http://www.tierslivre.net/spip/spip.php?article2003

Si vous connaissez une application iPad pour faire un autodafé virtuel devant l'Assemblée Nationale, merci de me la communiquer… c'est que ça revient cher, en symbolique, de brûler iPads et liseuses ! :transpi:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Débat pas si "chiant" que ça, je trouve, ne serait-ce que par le décalage entre la réalité (quand bien même elle se déroule sur des enjeux de réalité virtuelle) et le conservatisme aveugle dont font preuve certaines de nos têtes pensantes.

Je n'ai pas lu en détail les deux articles, mais j'ai pu relever que, non content de se livrer à une forme de procrastination débile et de prendre les choses à bras le corps, nos têtes pensantes savent aussi s'entourer par une tripotée de branquignols sur les questions évoquées (3 membres de Skyrock, par exemple, pour parler de livre...) Hélas, l'actualité, et, en particulier, quand elle touche à des aspects hautement technologiques, est truffée d'exemples de ce genre (Riguidel ou Lefebvre entre autres.)

[pensée personnelle] J'aurais tendance à croire que cet entourage n'est pas fortuit. Sous un vernis de transparence d'analyse qui se voudrait citoyenne, au service du peuple, ce comportement (et ce n'est plus à démontrer) sert avant tout des enjeux d'enrichissement personnel.

Une véritable révolution dans notre pays consisterait en l'élection par des collèges de professionnels des secteurs concernés des conseillers politiques, et non plus des nominations cooptées. [/pensée personnelle]

Sinon, je ne connais pas d'applications dédiées à l'autodafé numérique, hormis "supprimer un livre"... Personnellement, je les conserve sur ma liseuse, en me disant que le jour où je remplirai la mémoire interne et une carte SD d'ouvrages lus, je serai certainement bien vieux...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Nan, t'inquiètes, j'ai trouvé un moyen pour un autodafé numérique mais c'est pas très efficace, j'attends toujours que ça prenne feu :francais: (voir signature + blog pour comprendre la chose :transpi: )

Mais le problème, quand même, c'est que derrière des grands mots, y'a rien… et qu'ils compliquent tellement tout avec des mots "pour faire intellectuel" que personne ne comprend ce qu'ils veulent dire. Et quand tu vois le rapport Toubon qui définit livre numérique comme livre homothétique, c'est à dire simple transcription numérique de quelque chose en papier… pour la base de la TVA réduite, ça me fout la haine. Parce que ça veut dire que tous les bouquins exclusivement en numérique n'y auront pas droit… et ça signifie pour nous : bah vous êtes pas des vrais auteurs, vous avez pas le droit aux privilèges des autres… c'est franchement une inégalité.

Là où ça devient chiant, c'est qu'ils parlent tellement pour rien dire qu'ils créent un écran de fumée philosophique… et on a pas besoin de citations d'Hugo pour parler du numérique mais de faits. Ça, ils le comprennent pas et ça commence personnellement à me brouter.

Quid des acteurs pure-players ? Même pas là… on parle au nom des auteurs alors qu'il n'y en avait qu'un (sur 100…)

Autrement dit, quand Apple France reçoit François Bon et Publie.net, alors que c'est une structure petite par rapport à un Gallimard ou autre… faut pas venir se plaindre si ces gens-là iront à "l'ennemi" aka Apple, Amazon et Google. Là-bas ils sont considérés avec des égards… en France, Mitterand leur demande de faire front sans jamais chercher à les recevoir…

Désolé, mais ça donne pas envie de défendre la culture française… (malheureusement cette politique de la culture est de gauche comme de droite…) mais plutôt de lui chier dessus. Désolé d'être aussi cru… mais en voyant ça :craint:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Très chers auteurs (notamment Negus56 et Commentaire Supprimé), nous préparons une collection toute nouvelle sur un sujet bien précis avec un concept un peu révolutionnaire et qui vous permettra bien évidemment de faire parler votre créativité, votre verbe et vos idéaux en touchant quelques royalties au passage.

C'est un projet très excitant qui vient tout juste de naître dans la nuit. Si vous êtes intéressés pour faire quelque chose de très nouveau et de laisser votre empreinte dans la littérature sous le courant de la "Nouvelle Narration", merci de me faire signe et de me contacter pour de plus amples informations.

Et pour ceux qui ne sont pas auteurs mais que ça intéresse, avec des compétences autres que l'écriture (photo, vidéo, etc) et qui sont partants, vous êtes les bienvenus aussi ! :chinois:

PS : les pas intéressés qui connaitraient des gens intéressés, merci de leur faire passer le message. :transpi:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut,

Un petit lien qui m'a parut intéressant : Livres-Online

Quelqu'un a-t-il déjà essayé?

Je ne connaissais pas, mais je mets le lien dans mes favoris. Je testerai le site à l'occasion de la prochaine synchronisation de mon reader !

Au passage, Clubic vient de mettre à jour ses tests de liseuses. Ça se passe par là.

La page de comparatif de liseuse des Numériques se trouve ici.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Amazon va prendre en charge le format ePub sur Kindle… Hallelujah !

http://goodereader.c...indle-e-reader/

ENFIN !

C'était le seul obstacle qu'il y avait, pour moi, à l'achat de ce que j'estime être l'une des meilleures liseuses disponibles sur le marché.

Bon, me reste plus qu'à avoir les sous... Avec les vacances en Pologne et le lave-vaisselle à changer, ils ont le temps de débugger, voire de sortir une nouvelle version, avant que je puisse acheter...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Amazon va prendre en charge le format ePub sur Kindle… Hallelujah !

http://goodereader.c...indle-e-reader/

:yes: Génial !

C'est ma femme qui va être contente bientôt... :love:

Du coup, cette nouvelle pourrait mettre à mal les autres readers en terme de fonctionnalités et entraîner un regain de créativité sur leur conception...

Share this post


Link to post
Share on other sites

A souligner que Julien a twitté ce matin un lien vers le support vidéo dans le format ePub chez Amazon, ce qui impliquerait donc bien la sortie imminente de tablettes (pour concurrencer le Nook Color).

Alors, en plus avec l'arrivée en France, ça présage du bon, très franchement. Ça va permettre de proposer homothétique et enrichi sur le Kindle Store :francais:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Test rapide de l'application Google Livres,

qui vient d'apparaître sur le market. J'utilise un Nexus One, et j'ignore pour le moment si cette application est disponible pour d'autres terminaux que les Nexus.

Retrouvez sur cette page les captures d'écran. (Prévenez-moi si ça ne marche pas.)

En résumé : alléché, mais déçu. Apparemment, pas moyen d'importer des ebooks personnels, pas moyen d'accéder à autre chose que Google books.

Il m'a été impossible de connaître les spécifications des livres de Google, mais je doute que ce soit de l'epub :transpi:

Un coup dans l'eau pour Google ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

ah ouais… heu bah Merci Google, on repassera quand ça sera correct.

:mad2:

Dire que c'est Apple (qui se fout pourtant pas mal de vendre des livres au final (vu que Steve Jobs n'y croit pas) qui fait les plus grosses évos sur les applications tablettes / smartphone niveau moteur pour qu'on puisse implémenter des trucs riches…

Share this post


Link to post
Share on other sites

ah ouais… heu bah Merci Google, on repassera quand ça sera correct.

:mad2:

Dire que c'est Apple (qui se fout pourtant pas mal de vendre des livres au final (vu que Steve Jobs n'y croit pas) qui fait les plus grosses évos sur les applications tablettes / smartphone niveau moteur pour qu'on puisse implémenter des trucs riches…

:chinois: je ne comprends pas non plus que Google laisse passer manifestement un marché aussi juteux. En somme, ils ne font que proposer leur catalogue en espérant rentabiliser (sur du gratuit sans publicité en plus) leurs campagnes de numérisation d'½uvres libres de droits...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hum, en ce moment c'est pas la joie niveau e-books et Google…

Des difficultés pour prendre en charge la numérisation d'½uvres d'intérêt national tombées dans le domaine public dans certains pays.

Un juge américain qui refuse l'accord qu'ils avaient mis en place avec un catalogue assuré en échange d'un bon gros chèque de 130 millions…

Les chiffres d'audience de Google Books très mauvais pour une aussi grosse boîte…

Les critiques sur Google Books dues à son indexation fantaisiste (alors que ça aurait dû être sa force)

Et maintenant cette app lâchée sans deuxième couche ni vernis alors qu'il y a des millions de terminaux Android dans le monde…

Rien qu'en Chine, ils pourraient monétiser à mort vu l'intérêt des lecteurs pour les e-books gratuits sur téléphone (intérêt encore supérieur à celui des japonais).

Ça pue grave pour l'e-book chez Google en ce moment. Ils auraient peut être mieux fait d'envisager un rachat d'Aldiko et de partir sur cette base-là pour une app…

Surtout qu'à côté, Apple (qui, finalement, vend pas énormément d'e-books à comparer aux chiffres iOS vendus) lâche rien et met à jour iBooks régulièrement et que pour l'instant, ce sont les seuls qui ont intégré Webkit et des fonctionnalités ePub 3 dans le moteur… qui permet de faire plein de choses que d'autres ne font pas.

:keskidit:

Comprend pas.

Clairement, comprend pas.

Google a aussi du Webkit sous la main, non ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ça pue grave pour l'e-book chez Google en ce moment. Ils auraient peut être mieux fait d'envisager un rachat d'Aldiko et de partir sur cette base-là pour une app…

Surtout qu'à côté, Apple (qui, finalement, vend pas énormément d'e-books à comparer aux chiffres iOS vendus) lâche rien et met à jour iBooks régulièrement et que pour l'instant, ce sont les seuls qui ont intégré Webkit et des fonctionnalités ePub 3 dans le moteur… qui permet de faire plein de choses que d'autres ne font pas.

:keskidit:

Comprend pas.

Clairement, comprend pas.

Google a aussi du Webkit sous la main, non ?

Aldiko est clairement mieux réalisé que l'application de Google, permet l'achat, le téléchargement et l'ajout de fichiers possédés. Par certains aspects, il tente de copier l'application iBooks et il s'en sort plutôt bien. Leur site donne un certain nombre de renseignements, mais pour le moment je n'ai rien trouvé quant à la version epub supportée. http://www.aldiko.com/index.html

Le navigateur Chrome, que ce soit sa version desktop ou mobile, utilise webkit. Je trouve encore plus étonnant, après avoir lu ce que tu énonces, que cette société ne se penche pas davantage, voire avec "férocité" sur ce marché. En tous cas, j'espère qu'ils vont réagir et sortir de la tendance "tout dans le cloud" qu'ils essaient d'imposer...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon, sieur Stallman présente l'ebook comme une atteinte à la liberté (en oubliant tout le pan "liberté d'expression de l'auteur, liberté de choix du lecteur, diversité, etc."), autant mettre en avant des éditeurs / sites / plate-formes et consorts qui ont une politique clairement affichée qui tend à démontrer que les choses sont largement plus complexes que ce qu'il veut bien en dire…

Ebooks en CREATIVE COMMONS

http://wiki.creativecommons.org/Books

http://www.dieselsweeties.com/ebooks/

http://www.manybooks.net/categories/CCL

eBooks DRM-Free

Toute une chiée d'éditeurs pure-players qui ont une politique de respect du lecteur.

Pas besoin de citer le site du projet Gutenberg…

Bragelonne qui fournit les fichiers sans DRM à la demande. http://www.bragelonne.fr/

Numeriklivres http://numerikmedias.com/librairie/

Plate-forme coopérative Publie.net (http://www.publie.net/fr/statique/contact) pas de DRM, politique prix unique, accès illimité depuis établissements partenaires (ce qui signifie un accès physique dans librairie, bibliothèque…), abo avec accès au catalogue entier, 50% pour l'auteur.

Yal Ayerdhal a annoncé le lancement prochain d'une plateforme sans DRM, avec outils pour les auteurs (convertisseur), catalogue qui pourra se retrouver chez intervenants de la "chaîne du livre", 50% de marge pour l'auteur, etc. http://www.fantasy.fr/articles/view/16918/exclu-1500-titres-en-numerique-en-1-an-pour-ayerdhal

Je vais arrêter là ma liste, non pas que je n'ai plus d'exemples sous la main mais parce que ça peut vite devenir imbuvable :chinois: Vous pouvez compléter si le cœur vous en dit. Me suis arrêté aux éditeurs/plateformes francophones vu que nous sommes en France mais j'aurai pu y foutre pléthore de plateformes US.

Signé Pan, qui en a juste un peu ras le cul de se faire juger par des fanboys absolus de l'icône barbue qui ont aucune foutue idée du marché de l'e-book et qui n'en lisent même pas alors qu'il a toujours mis un point d'honneur à fournir des livres (autant ebook que papier) à prix abordable en rognant sur sa marge/royalties, en dégageant DRM dès le départ sur les plateformes qui laissent le choix, qui a fourni American Gonzo gratos sur son site et sur les sites de DDL (uploadé par ses soins) dans tous les formats populaires (mobi, pdf, epub) en laissant la possibilité aux lecteurs d'en faire ce qu'ils veulent (partage, traduction, correction, sauf exploitation commerciale) et qui s'est pas gêné pour critiquer l'écosystème Kindle complètement fermé sur lui-même à de nombreuses reprises (format proprio, non support ePub, etc).

Mais bon voilà, faut faire des compromis sinon ça ne mène à rien. Tu peux critiquer Kindle jusqu'au bout et ne pas y être présent, au final c'est le lecteur qui est handicapé parce que tu lui enlèves un titre du catalogue où il fait ses emplettes. Pareil pour iBookStore. Seuls les gens qui ne publient pas peuvent se permettre d'avoir des idées radicales, les autres doivent militer en trouvant un équilibre et aller présenter leur politique aux personnages qui achètent sur ces stores pour les sensibiliser sur le sujet… et puis on va pas se mentir, au jour d'aujourd'hui… c'est Kindle et iBookStore qui te font bouffer. Désolé mais vu le temps passé sur un bouquin, et c'est quasi du bénévolat, je peux pas me permettre de ne pas ramasser quelques miettes, au moins pour rembourser tous les frais courants (serveur, site, publication papier, etc.) :chinois:

Et enfin, dédicace spéciale à nos amis qui ne liront ô grand jamais du numérique parce que le papier, c'est sacré et qui passent juste à côté du sujet… http://jiminypanoz.com/?p=71

Et je vais même m'amuser à leur décrire le système français du livre papier histoire de casser les dernières bribes de romantisme qu'ils ont envers ce format :francais:

Grâce aux Lois Lang, nous avons un système unique au monde.

Les libraires ont "obligation" de prendre un stock prédéfini de livres à un prix fixé.

Ils disposent d'un an pour le vendre.

Au bout d'un an, l'éditeur reprend le stock restant au prix fixé.

Ce qui signifie qu'ils multiplient les sorties pour générer de la trésorerie.

La trésorerie ne tient pas sur des ventes réelles, mais sur les "avances" d'une année sur l'autre.

En gros, leur trésorerie est à 90% artificielle avec des flux en délai. Un livre part, ils encaissent la somme, le livre revient, il remboursent la somme mais en encaissent une autre.

Bref, s'il y a autant de merdes publiés aujourd'hui, c'est pour cette raison. :chinois: Du coup, pas besoin de sortir des bons livres à tout prix, de découvrir des nouveaux talents et bâtir une notoriété sur le long-terme. On cible la lectrice citadine de 35 ans pour vendre en masse, on multiplie les sorties au petit bonheur la chance pour générer du cash. Autant prendre le copain du copain qui se trouve être journaliste, ou le critique qui a eu envie de s'y mettre et qui est récompensé pour ses bonnes critiques envers le catalogue de l'éditeur, etc.

L'envoi du manuscrit est un pur mythe pour soigner l'image de marque de la filière. Faites le test, prenez un papier très fin qui se froisse à la moindre manipulation et envoyez leur. Il vous reviendra des mois plus tard sans avoir été lu. Le même manuscrit envoyé chez un petit éditeur sera lui, froissé absolument partout ;)

Voyez pourquoi les éditeurs français ont pas trop envie d'aller dans le numérique ?

Parce qu'ils ne pourront pas faire ça :ouioui: (leur trésorerie ebook devra être réelle et reposer sur des ventes, pas des avances)

Enfin, si j'ai décidé de lâcher le papier, c'est parce que c'est intenable d'en vendre en auto-publié / indé pour le moment. Non seulement ça coûte cher, mais en plus le libraire s'abroge la moitié du prix du livre, tant bien même qu'il ne le mettra jamais en rayon mais se limitera à le commander via bdd où vous devez payer pour figurer.

Or, une marge libraire à 50% (plus élevée que la marge pour les maisons traditionnelles soit-dit-en-passant), ça implique un prix de vente égal au marché et des royalties sensiblement identiques. Les plateformes de publication papier type Lulu, etc ont même biaisé la chose en rendant le format "poche" un des plus cher à fabriquer. Pour un American Gonzo en poche à 10 euros, je touchais 33 cents en vente directe (beaucoup moins que les 10% HT des auteurs publiés). Je tiens à souligner que j'ai accepté de complètement niquer ma marge afin de proposer la traduction française au prix basé sur le paperback US alors que j'aurai pu le vendre 12 euros…

Pour un American Gonzo pris en charge par Amazon (via sa plateforme CreateSpace) aux USA, le même au format paperback de référence me revenait à 2.22 dollars en fabrication (avec l'option pro qui va bien, qui permet aussi mise à dispo des bibliothèques, écoles, etc). A 10 dollars, j'en touchais 3…

Bref, vous croyez que la publication papier est une solution et que vous allez pouvoir proposer un livre beaucoup moins cher que les livres traditionnels en France, vous vous fourrez le doigt dans l'œil.

No comment. :byebye:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Please sign in to comment

You will be able to leave a comment after signing in



Sign In Now

×
×
  • Create New...