Jump to content

PanozPublishingTeam

INpactien
  • Posts

    86
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by PanozPublishingTeam

  1. Par contre, concernant MAJ Kobo, elle ne corrige toujours pas le bug datant de 2011 en ce qui concerne les paragraphes longs et les page-breaks générés. [Pour info pour les gens qui développent ou mettent la main dans le code.] En gros, si le paragraphe dépasse de la taille de l'écran suivant, alors il est renvoyé sur l'écran suivant. Certains bouquins sont proprement chiants à lire à cause de ce bug… surtout qu'un changement de taille de police ou d'interligne suffit à le déclencher… Du coup, on se retrouve avec des pages remplies au tiers toutes les deux ou trois pages…
  2. Oui, sans aucun problèmes, j'ai un Kindle, et je convertit mes epubs en mobi (format kindle) avec calibre, c'est hyper simple. Question pour un posseseur de Kindle : Prendre des ePubs pour les envoyer sur le Kindle (en convertissant) est une chose, mais comment fais-tu pour récupérer les livres achetés sur le Kindle store pour en faire une sauvegarde ? (on est jamais a l'abri d'un pb coté Amazon ou d'un compte qui serait supprimé pour une raison ou une autre, et dans ce cas là j'aimerai éviter de perdre les livres...) Faut utiliser l'app Kindle desktop à ce moment-là, elle va synchroniser les achats et les downloader en local dans un dossier. Dans mes documents / Livres Kindle, un truc dans le genre (j'ai pas le temps de vérifier, sorry :transpi). Pour info, l'extension à chercher est .azw
  3. En effet, entre temps ils ont publié la 2.1.5 qui est censée corriger le problème. Mais je sais pas ce qu'il en est dans les faits, je n'utilise pas de carte SD. Oui c'est un peu ça depuis le début, mais plus particulièrement comme tu le dis depuis la 2.0, enfin y'a des hauts et des bas ça dépend des firmwares, et paraît-il du matériel. D'après http://ip_locale_du_pc:8080) gère la conversion automatiquement contrairement à calibre lui-même. Je préfère les transferts via wifi plutôt que de devoir sortir le câble usb sans arrêt. Sans compter que la glo offre plus de possibilités au niveau de la typographie. Enfin je verrai en fonction des retours des premiers acheteurs des 2 liseuses, quoique pour la paperwhite en france faudra attendre au mieux jusqu'au 10 décembre ... Le problème, c'est que comme la Kobo sert surtout de machine de test, je ne peux pas trop choisir le firmware qui fera tourner la mienne vu que le rendu des fichiers peut changer de façon dramatique (vilain anglicisme mais comme ça donne l'idée précise…) d'un firmware à l'autre. Donc si je valide sur une 1.9.17, le lecteur lambda qui dispose du dernier firmware en date ne verra peut-être pas la même chose * * * Sinon, en cas de conversion EPUB vers Mobi, mieux vaut utiliser Kindle Previewer que Calibre pour convertir les fichiers. En effet, Calibre gère très mal le nouveau format Amazon, Kindle Format 8 (ou mobi alors que Kindle Previewer lance automatiquement, à l'ouverture d'un fichier EPUB, le convertisseur Amazon à l'usage des pros (donc celui qui converti tous les bouquins envoyés à Amazon par les éditeurs, dans le format EPUB, et voués à la vente). Par contre, tu perds l'automatisation de la table des matières (mais Sigil 0.6, sortie ce matin, permet de le faire désormais – et index aussi). Peux également faire remarquer que Kindle Previewer refusera de convertir un fichier dans un seul et unique cas : si le style de présentation adobe-hyphenate se trouve dans le fichier (généralement CSS). Autrement, aucun souci, gère même props préfixées -webkit- et toute une chiée de prop’s EPUB 3. Autre chose : Send To Kindle fait automatiquement sauter la version KF8. Privilégier la synchro USB donc, vu que ce nouveau format améliore grandement mobi 7, que je qualifierais d'archaïsme catastrophique. En gros, on parle d'un mauvais support de tous les styles de présentations : pas de support des marges à droite, valeur de la marge à gauche sur paragraphe qui se voit imposer une valeur par défaut relativement énorme (créant un retrait dégueulasse), mauvaise gestion des niveaux de titres, gestion catastrophique des images, etc. Le format KF8 corrige tout ça, et ça devenait urgent dans le sens où 90 % des fichiers envoyés à Amazon le sont au format EPUB, donc pas dégradés pour Mobi 7.
  4. Comme il l'explique le déploiement sera échelonné sur plusieurs jours et devrait se finir courant de la semaine prochaine. Pour les plus pressés qui veulent l'installer manuellement, on peut la dl ici. Comme d'habitude il vaut mieux faire un backup des ebooks et des notes en cas de problème ... Niveau différence, de ce que j'ai pu lire : meilleure réactivité, meilleure gestion des notes et des dictionnaires et possibilité d'ajouter un livre à une étagère en cliquant directement sur le menu de l'epub. Un peu plus d'infos ici. Apparemment, déploiement a été stoppé cause énorme bug avec EPUB sur carte SD si j'en crois ma timeline twitter. Et je dois avouer que sur ma Kobo Mini, ça n'arrête pas de planter (quand utilisation menu). Mais vraiment. En deux semaines, j'ai dû en avoir 7 ou 8 qui ont nécessité reboot. Rien qu'en ouvrant le menu des polices ce matin, plantage + reboot. On dev de l'ebook, on est deux à avoir du Kobo (Touch et Mini dès sa sortie), niveau soft, je crois que c'est le fabricant où c'est le plus buggé. Depuis le passage en V2, c'est l'enfer (je ne vous parle même pas des énormes bugs niveau interprétation code ebook). Sur la Touch, faut même resynchro à chaque fois bibliothèque parce que liseuse la perd. Rien n'y fait, on arrive pas régler le problème. Et j'ai vu sur un blog qu'une personne avait eu le même problème et qu'elle partait en SAV à la FNAC :-/ Autant j'aime bien Kobo, autant depuis quelques temps, ça arrête pas niveau merdes soft.
  5. Bon, contribution mini test Kobo Mini, sans images, avec des grandes lignes donc vous excuserez la rédaction insuffisante du truc mais ça ne sera pas plus mal dans le sens où ça fera résumé où les trucs importants sont ultra visibles Notez que j'ai une relation particulière aux liseuses et apps de lecture dans le sens où la plupart du temps, je les utilise pour le boulot, à savoir déboguage du code des fichiers, vérif mise en page, design éditorial, optimisation typographique, etc. Du coup, je vais aussi peut-être parler de détails insignifiants pour certains lecteurs mais bon, autant y aller à fond vu que ça peut en intéresser certains et qu'on ne parle jamais de ces points-là dans les tests sur le net. On commence avec le hard Alors, du point de vue hardware, la liseuse est vraiment vraiment aussi mini que son nom laisse le présager. Par exemple, elle est à peine plus haute que mon téléphone portable (un Lumia 800) et à peu près 1.6 fois plus large. Elle rentre donc vraiment dans la poche et son poids est tout à fait confortable. Je dirais que c'est un peu la liseuse qui fait office de livre de poche sur le marché aujourd'hui. Elle est encore plus compacte que ma PRS-350, qui était une liseuse 5" également. Par rapport à une Kindle de base, on gagne vraiment beaucoup en compacité. Elle fait beaucoup moins cheap que la Kindle entrée de gamme, j'ai même été choqué de la reprendre en main, pour tout dire. Le seul truc que je trouve un peu cheap et qui ne m'inspire pas super confiance, c'est le dos que tu peux remplacer. Niveau fixations, ça respire pas trop la qualité en fait. Pas de bouton, un large cadre où même les gros pouces ne seront pas dérangés, le dos est en plastique mou/doux (un peu courbé) et est très agréable. Le cadre de devant est un peu plus dur. Dans tous les cas, par contre, en noir, ça marque facilement et faut vraiment y aller avec le chiffon au bout d'une ou deux semaines (suivant utilisation) vu qu'il est assez difficile d'enlever les marques avec les doigts ou le t-shirt. Petite remarque, le rebord entre le cadre et l'écran est assez voire très profond, ce qui pourrait éventuellement gêner les gros doigts lors de l'utilisation de l'interface tactile dans le sens où certains icônes sont très proches du bord de l'écran. L'écran de 5" pourrait ne pas trop convenir aux gens qui lisent dans des grandes tailles de caractères puisque ça multiplie le "tournage de page" à ce moment-là. N'oubliez pas qu'on ne perd pas juste 1" soit 2.54 cm mais plutôt 2 cm de haut et 1.5 cm de large (à la louche, j'ai sorti le mètre déroulant). Et comme on garde une réso de 800 par 600, bah... Là, par exemple, je ne suis même pas à la moitié de la taille de caractère de Georgia histoire de garder un confort "typographique" suffisant : on est un peu en dessous du nombre minimum de la plage optimale de caractères par ligne sur écran (55 à 75) mais la taille est suffisamment grande quand même, sans trop foirer la composition en drapeau (alignement à gauche avec des espaces blancs fin de ligne trop variés et donc parasites). Pour info, la taille spécifiée par défaut, 16 px, est quand même assez petite à mon goût alors que sur du 6", ça passe nickel en général. Au niveau de la dalle e-ink (si on peut appeler ça comme ça), je n'ai pas constaté trop de différences avec une dalle Kindle Non-touch de l'année dernière. La Mini utilise une dalle plus bas de gamme (Vizplex V110) pour des raisons de coûts mais ça ne se ressent pas tant que ça, d'autant que vous verrez que Kobo offre une petite astuce software pas négligeable. Pour l'autonomie, j'ai lu quelque chose comme 2 bouquins de 300 pages donc des périodes de lecture de deux heures étalées en plusieurs sessions, et effectué pas mal de tests sur mes propres fichiers (impossible de quantifier sachant que ça sort d'une utilisation normale de la liseuse). Au final, je table sur 2 semaines d'autonomie en lecture soutenue. Notez que vous pouvez utiliser n'importe quel chargeur pour recharger la liseuse (au contraire des Sony PRS...). Niveau software Interface tout tactile, j'ai un peu de mal. Pour moi, même si liseuse n'a effectivement pas la même utilisation qu'une smartphone ou qu'une tablette, il faut au moins un bouton physique "home". Devoir aller le chercher dans le menu, ça me perturbe. OK, c'est plus joli sans, c'est ça en moins qui peut poser problème en SAV et tu es censé lire un livre donc mettre la liseuse en veille depuis le bouquin mais, dans un domaine de "gadgets électroniques" où tout ce qui est mobile fonctionne sur le principe du "il y a un bouton physique ou sensitif" pour revenir à l'accueil, les fabricants de liseuses qui retirent ce bouton font fausse route à mon avis tant c'est devenu une habitude pour à peu près tout le monde et que, du coup, tu peux ressentir le fait d'avoir à le chercher dans le menu comme pas naturel ou bizarre. Je veux dire, même Windows 8 fait de la touche clavier Windows un raccourci vers l'accueil Modern UI. Et donc les fabricants de liseuses pensent que ça ne fait rien de l'enlever ? Bah je me surprends à tapoter sur le Kobo en bas du cadre pour revenir à l'accueil à chaque fois ou presque parce que je le fais automatiquement sur mon smartphone et ma tablette... Cela dit, l'interface est plutôt bien foutue, très visuelle, même si des "économies" auraient pu être faites afin de faciliter l'accès à des sous menus que tu utilises majoritairement et d'autres que tu n'utilises pas du tout. Le soft est plutôt rapide, pas trop de soucis sauf si un chapitre d'un ebook contient beaucoup d'images ou des images lourdes. Le tout est réactif. D'autant qu'il est envisageable de l'utiliser à une main et que les zones pour tourner pages et accéder au menu peuvent être prédéfinies. Par contre, autre constante que les fabricants de liseuses qui feraient décidément bien de se poser certaines questions, le tap pour tourner page au lieu d'un swipe, c'est catastrophique pour les notes de bas de page. Il faut s'y reprendre à plusieurs fois. Alors quand, en plus, elle est en superscript, ça devient mission impossible pour y accéder. Perso, dans mon dernier ebook, j'ai carrément foutu les notes de bas de page sur le groupe de mots qui précède pour faciliter la tâche aux lecteurs. Et bah même là, c'est parfois la merde. Ce qui me semble relié au fait que... Surligner est une chienlit. J'en viens même à regretter l'interface non tactile de mon Kindle pour cette fonctionnalité, c'est dire Le truc ne me prend jamais, je dis bien jamais, ce que je veux souligner. Il prend toujours en dessous, une voire deux lignes dans certains cas. Et alors pour bouger ces foutus repères, avec le lag d'e-ink en plus, c'est juste impossible pour moi. Bref, j'ai abandonné l'idée de surligner, ce qui, pour une liseuse qui se place sur le social avec intégration Facebook, est assez... hum, vous insérerez le terme que vous voudrez. Comparé à une PRS-350 qui a deux ans, c'est le jour et la nuit. Je n'ai jamais eu de problème pour surligner avec ma Sony. Le clavier virtuel occupe un tiers de l'écran et est disposé au bord inférieur, et bord gauche à bord droite. Pas trop de soucis. Réactivité aussi bonne que e-ink peut le faire, on atteint donc pas des sommets et ce n'est pas plus mal dans le sens où... Rechercher dans la librairie Kobo est toujours aussi catastrophique. Le moteur est très très peu performant. De fait, il prend même en compte la casse des caractères. Tu cherches "sherlock holmes", il ne te trouve rien. Tu cherches "Sherlock Holmes", alors il te fait des propositions et te trouves les bouquin. Je rappelle que nous sommes en 2012... Par contre, gros gros point positif, Kobo fait beaucoup pour améliorer tout ce qui est du domaine typographique, et plus généralement les réglages utilisateurs.Si je ne me trompe pas, la liseuse est très en avance sur la concurrence désormais. Pour les réglages utilisateurs, on a l'interligne, le marge extérieure, la taille de caractères, la justification (qui comprend aussi alignement à gauche), les styles Kobo (ce qui reste un mystère pour moi dans le sens où ça ne change rien sur tous les fichiers que j'ai testé) et 10 polices (dont une prévue pour les lecteurs dyslexiques). Pour les 10 polices embarquées, il est possible d'effectuer des réglages avancés (fonctionnalité TypeGenius) : hauteur d'oeil, épaisseur du trait, finesse (ce qui correspond au lissage des polices et permet donc de jouer sur contraste/intensité du noir). Le tout avec prévisualisation avant/après. Pour le mec qui connait un peu, c'est du caviar, ces réglages avancés. Tu prends une police de base, disons Georgia, et tu peux améliorer à mort le contraste en jouant avec ces réglages avancés. Et là j'affirme que ce n'est pas plus mal dans le sens où fabricants de liseuses s'entêtent quasiment tous à choisir des polices discutables, privilégiant parfois l'esthétique au lisible. Tu as des polices serif (donc avec empattements) parfois très fines qui rendent très très mal sur liseuse. Elles sont soi-disant optimisées mais je dis bullshit. Longtemps, la seule police qui a été vraiment optimisée pour liseuse, ça a été Caecilia, qui est une slab serif au formes très simples et dont le trait est particulièrement épais (en comparaison d'autres polices, tu peux quasiment te dire qu'elle a l'épaisseur d'une "bold"). C'est la police des liseuses Kindle depuis le début il me semble. Mais le problème est qu'elle ne plait pas à tout le monde. Sur les fonts embarquées Kobo, je ne vois pas une seule police qui ne doit pas en passer par TypeGenius afin d'offrir une optimisation suffisante pour la techno e-ink, au moins sur l'écran 5" de la Mini, à part justement Caecilia. Là, Georgia, que j'utilise, est réglée avec précision pour m'offrir un confort de lecture optimal. Si je prends une Amasis ou une Malabar, une Kobo Nickel ou une Ryumin, je sais que je devrais les régler aussi. Je ne parle pas des polices sans-serif que les fabricants choisissent, c'est du grand n'importe quoi. Là, c'est purement l'esthétique qui est prise en compte. Niveau lisibilité/légibilité de caractères, on repassera. Chez Apple, tu as toute une chiée de polices système dispo dans iOS. iBooks réussit l'exploit d'embarquer une seule police sans-serif, une police excessivement mauvaise du point de vue lisibilité... Le paperwhite propose enfin d'autres polices que Caecilia (putain mais Baskerville sur e-ink, les mecs, c'est qui le con qui a eu l'idée ? Surtout que le rendu police Kindle est particulièrement dégueulasse). En sans-serif, ils ont choisi deux belles fonts que tu ne verras jamais ou presque dans un bouquin pour le corps du texte. Helvetica, OK, j'admets que je l'ai vue une fois dans un bouquin US en 20 piges, je ne dis pas (hashtag ironie). Remarquer qu'avec une petite astuce, il est possible d'embarquer les polices de son choix sur les liseuses Kobo, et ce n'est pas plus mal, honnêtement. Les réglages utilisateurs sont nombreux (interligne, taille, marge, etc.) et permettent donc un confort non négligeable. J'ai pu régler une interligne à 1.35 (ratio), c'est dire. Remarque importante : interligne, justification et choix de police ne fonctionnent pas sur les fichiers sideloadés. Ne fonctionnent que sur fichiers achetés dans l'écosystème Kobo/FNAC. Autre remarque importante : à trop jouer avec les réglages, la liseuse plante. En fait, la liseuse est très plantogène. Ils ont d'ailleurs stoppé le déploiement du nouveau firmware pour cause de gros bug carte SD. La justification fonctionne plutôt intelligemment. Si tu alignes à gauche, pas de césures. Si tu justifies, césures automatiques afin d'éviter des espaces blancs entre les mots trop importants, et donc lézardes. Par contre, et c'est très très mal, si tu justifies, ça justifie tout, y compris les titres. Chez Amazon, ce point particulier tient de la catastrophe. Ils s'entêtent à justifier sur liseuse sans césures, ce qui peut créer des lézardes énormes et parasiter la lecture. Or le moteur de césure est embarqué dans les apps Kindle... incohérence dans l'écosystème donc. Après, ils ont une petite astuce pour éviter les espaces entre mots trop énormes en redistribuant le surplus à la fin de la ligne mais ce n'est pas une solution. Justification est le compromis des espaces entre les mots et leurs coupures. Le mec qui a décidé de justifier par défaut sans césure est à virer sur le champ, surtout que cet empaffé à décidé de ne pas laisser le choix d'aligner à gauche à l'utilisateur Le nouveau firmware tourne toujours avec le moteur de rendu Adobe Reader Mobile donc liseuse bénéficie des petites optimisations typo (quand possible de le faire, espace insécable devant signe de ponctuation double devient espace fine) et d'un moteur de césures très bon (prends exemple, Apple, s'il te plaît. On en est au point où tu ne respectes pas des règles de base et qu'on en vient à se dire que justifier sans césures avec les problèmes que ça engendre sera moins grave que de justifier avec césures tellement tu fais n'importe quoi). . Niveau dico, on a enfin un dico français. En fait, nouveau firmware embarque 13 dicos (espagnol, italien, etc. également) et offre une fonctionnalité de traduction. Bref, bien joué pour le coup. Autres détails typo bien chiants qui ne vont pas intéresser grand monde... Comme tu es obligé d'agrandir un peu taille de la police vu taille de l'écran, liseuse sort un chouilla de la fourchette optimale du nombre de caras par ligne. On est à 40-50. C'est un tout petit peu moins que les 55 à 75 conseillés mais je pense que ça ne jouera pas beaucoup pour pleins de lecteurs donc... Le rendu de police est très très bon, Adobe Reader Mobile oblige. J'ai essayé avec des polices intégrées à l'EPUB, et je peux vous dire qu'on se fait bien chier à les choisir afin que le rendu soit bon sur e-ink, et ça passe tranquille, même polices stylées ou très fines. Du coup, ça me pose un problème de paradoxe de rendu police intégrée meilleur que rendu polices choisies et optimisées par les fabricants, même si effectivement le gris typographique (impression à l'oeil du contenu de la page) soigné par dev ebook joue beaucoup. L'interligne permet de considérablement améliorer gris typo par exemple. Une serif bien fine à la hauteur d'oeil petite avec une interligne de 1.5 (usuellement utilisée pour sans-serif), c'est caca niveau confort pour ceux qui se posent la question. Pour ceux qui font des fichiers EPUB, faites gaffe : les <sup>, <small> et <span> sont coupés devant la balise et affichés sur ligne suivante, si besoin, par moteur de rendu Adobe, que ce soit aligné à gauche ou justifié. Donc, pour les titres genre Mme, Mlle, etc. qui exigent le "me" et "lle" en superscript en typo correcte, c'est bien la dèche. Pour les appels de notes, c'est la dèche aussi. Pour les fausses petites capitales avec <small> ou <span> c'est la merde aussi si tu englobes dans le mot lui même. T'auras la première lettre sur une ligne et le reste sur la ligne suivante (sigles, acronymes, etc.). En conclusion Liseuse pratique, accessible niveau prix, confortable mais pas parfaite. Kobo se traîne toujours de merdes niveau software, malheureusement, et chaque nouveau firmware apporte son lot de bugs. On en finit plus à ce niveau-là : un truc gênant est découvert, déploiement est arrêté, c'est corrigé dans un nouveau firmware qui contient lui-même un énorme bug qui peut causer l'arrêt du déploiement pour un nouveau firmware qui corrige, etc. Néanmoins, la boîte a fait le choix d'améliorer la typo, ce qui est très important puisqu'on parle de livre et qu'on ne peut pas faire sans. Elle offre donc pleins de réglages utilisateur. Reste que je vois mal l'utilisateur s'emmerder à régler à chaque fois l'ebook à sa convenance avant de lire, c'est pas une expérience utilisateur géniale ça. Parfois je me dis que si l'écosystème EPUB fonctionnait sur des thèmes au lieu de fonctionner sur du design qui se rapproche du web (feuilles de styles, etc.), ça ne serait pas plus mal pour les utilisateurs qui n'auraient plus qu'à choisir un thème à l'ouverture du fichier sans avoir à s'emmerder de tout régler si le dev ebook s'est foiré ou même si sa proposition ne plait pas au lecteur. Kobo a également pensé aux lecteurs dyslexiques et c'est très bien (n'est-ce pas, Amazon, toi qui ne permet même pas d'aligner à gauche alors que tes liseuses sont utilisées dans l'éducation US où on estime que 10% des élèves sont dyslexiques et que donc ils sont dans la merde avec la justification arbitrairement imposée ?). Enfin bref, entre un Kindle non touch et une Kobo Mini, je pencherai vers la Kobo Mini perso. Après, ça va dépendre de chacun. L'écosystème Kobo n'est pas aussi complet que celui d'Amazon et ça peut jouer (genre s'envoyer des docus par mail, etc.), la taille de l'écran peut également jouer, le tactile aussi, l'aspect typo sera privilégié par une frange de lecteurs connaisseurs dans le domaine, etc. De toute manière, toutes deux imposent de gros compromis. Et je pense quand même que les merdes software chez Kobo peuvent facilement faire pencher la balance, même si c'est très complet et que des fonctionnalités ne sont pas dispo chez la concurrence. On parle quand même d'assez grosses merdes du genre "biblio à resynchro à chaque plug PC/Mac chez certains. Et j'ai bien envie de dire que sur du produit d'appel, donc aussi de découverte de lecture numérique, ça peut laisser une mauvaise expérience de la chose et des lecteurs qui n'y reviendront pas de sitôt :-/ Voilà voilà, s'il y a des questions... n'hésitez pas. NB : ouais, je sais, je parle de typo et j'utilise des guillemets droites et n'utilise pas les bons caractères pour points de suspension mais bordel, j'ai pas envie de me taper un code à chaque fois parce que le mec qui a fait le mapping des claviers Windows s'en foutait des langues autres que l'anglais à l'époque
  6. [Opinion n'engageant que moi] Je suis allé regarder le test sur ebouquin et même si elle bénéficie d'améliorations techniques et logicielles, je la trouve relativement moche par rapport aux PRS 350- 650. J'ai offert à ma belle mère une PRS T1, et j'avais déjà fait ce constat d'une qualité de fabrication qui est très éloignée du standard précédent, pour un confort de lecture équivalent : même si le processeur des T1 et T2 est largement plus véloce que celui des 350-650, l'écran reste le principal vecteur d'interaction, et, en dehors de la vitesse de rafraîchissement, rien n'a changé (c'est un e-ink pearl en 800*600 qui équipe les 3 dernières générations de liseuses sony)... Sony pourrait comprendre que les gens aiment acheter des objets de qualité, bien finis, et qu'ils en attendent aussi un suivi bien plus important. S'il est impossible de rajouter le wifi sur la 650, ils pourraient modifier son firmware et la faire bénéficier des nouveaux logiciels qu'ils proposent pour leurs nouveaux modèles, afin d'unifier les versions plutôt que de créer des exceptions à chaque version.[/opinion n'engageant que moi] Par ailleurs, existe-t-il des gestionnaires de bibliothèques numériques indépendants, dotés de fonctions telles que windows media player par exemple, ou itunes, rattachés à des magasins en ligne ? Alors, amélioration firmware, c'est clairement pas leur philosophie. Là, ça va faire plaisir aux possesseurs de T1, on vient d'apprendre que Sony a décidé de ne pas mettre à jour son firmware pour qu'il soit à peu près au niveau du T2 (alors qu'on a fait les tests directement à la sortie, niveau support EPUB, et ils ont corrigé tout un tas de bugs images qui peuvent jusqu'à faire planter la liseuse alors que t'as juste un lien sur une image de fond… ) Par ailleurs, la T2 ne supporte toujours pas un truc aussi con qu'un lien sur une image… En gros on a droit à HTML5 et CSS3 dans EPUB3, et certains fabricants de liseuses sont bloqués en 1996 niveau possibilités… (et encore, je suis à peu près sûr qu'Internet Explorer 3 gérait un truc aussi con que ça). Le fait est que Sony passe plus de temps à améliorer le support PDF que le support EPUB, en fait. (alors qu'Adobe a elle même foutu le format PDF de côté pour la lecture numérique et mobile en 2007…) Et je suis d'ailleurs en train de voir s'ils n'ont pas fait une erreur dans leur fiche technique parce qu'il y a un truc très bizarre dedans : support EPUB (OPS 2) alors qu'on est à OPS 2.0.1 depuis un bail… En espérant que ce soit le mec qui a rédigé les specs qui a fait l'économie du truc sinon… L'ebookstore de la Sony PRS-T2 sera Chapitre.com pour info. Encore une fois, comme il n'y a pas de MAJ PRS-T1, l'ebookstore chapitre.com ne sera pas dispo sur la liseuse de précédente génération. Ils avaient déjà fait le coup avec les PRS-X50 pour les MAJ firmwares pas faites (j'ai été concerné directement), mais là ils confirment qu'ils n'en ont rien à foutre de leurs clients… Au total, si on compte les PRS-X50 et PRS-T1, c'est quelque chose comme 1.2 millions d'utilisateurs qui n'ont pas eu droit à une MAJ firmware de leur matos, donc aucune correction de gros bugs également, en moins de 2 ans… Pour les gestionnaires indés, Calibre est le plus connu. À ma connaissance, il n'y en a pas qui prend en charge des magasins. :-/ PS : C'est pas notre rôle de prendre parti dans l'histoire contre Sony et sa politique de merde ou pas. Mais je peux dire que l'envie ne manque pas d'arrêter de dégrader les fichiers qui passent chez tous les autres pour que ça tourne chez Sony en mettant un "liseuses incompatibles : Sony PRS-xx" à la fin de la description du bouquin. Après tout, eux ne font pas en sorte que tous leurs utilisateurs soient au même niveau, alors pourquoi on devrait cacher leur logiciel dégueulasse qui se tape des bugs monstrueux sur des trucs tous cons ? Peut-être que si des éditeurs commencent à faire ce genre de trucs, ils auront un peu plus de considération pour tout le monde : lecteurs et devs…
  7. Sony PRS-T2 en approche http://store.sony.com/webapp/wcs/stores/servlet/ProductDisplay?catalogId=10551&storeId=10151&langId=-1&productId=8198552921666483313 En espérant que leurs devs ont enfin réglé les bugs avec les images… (même pas possible de foutre un lien sur une image chez Sony).
  8. Hum ouais nan, c'est la MAJ problématique, celle du 12 Juillet. Certains utilisateurs ont un lag de plusieurs secondes à chaque changement de page. + problèmes divers. Tous ne semblent pas en souffrir mais y'a beaucoup de feedbacks négatifs qui ont été envoyés en tout cas :-/ edit : ils l'avaient retirée au téléchargement un moment. Si elle est de nouveau dispo, c'est qu'ils ont dû régler les plus gros bugs. Maintenant, j'espère quand même qu'ils ont différencié le numéro de version dans ce cas. edit 2 : hum ben ça sera plus facile avec des liens : http://aldus2006.typepad.fr/mon_weblog/2012/07/kobo-touch-mise-à-jour-logicielle.html et http://aldus2006.typepad.fr/mon_weblog/2012/07/kobo-bricole-lepub.html Là, c'est le deuxième article qui me met un peu beaucoup en émoi… sachant que les choses n'ont jamais été claires à ce sujet, chez Kobo…
  9. C'est une nouvelle nouvelle ou c'est celle d'il y a deux semaines ? On en parlait justement dans la centra ebook, beaucoup de lecteurs ont reporté pas mal de bugs très gênants. Côté développement, je n'en parle même pas, c'est encore plus hardcore niveau bugs :-/ (genre points de suspension… en suspension au milieu de la ligne)
  10. Bah, il reste quand même Samsung qui a racheté LiquaVista. http://www.digitaltr...irm-liquavista/ En gros, c'est à mi-chemin entre e-ink et LCD vu qu'il faut un rétro-éclairage pour que ça tourne. Au niveau technique, faut dire que Mirasol touchait aux limites de la technologie e-ink, et qu'il aurait fallu une énorme découverte (donc beaucoup de pognon lâché en R&D) pour faire avancer le truc de façon significative. En gros, c'était couru d'avance ou presque, qu'il y avait plus de chances que ce soit un échec qu'une réussite. Maintenant, Samsung a mis de côté le hardware e-book depuis un certain moment donc je ne sais pas ce qu'ils vont en faire, d'autant que ça a été avalé par la division LCD… Faut dire que les revendeurs vendent aussi beaucoup plus de tablettes LCD (Nook Tablet, Kindle Fire) que de readers e-ink… D'ailleurs, Nook Touch n'a pas été rentable pour B&N cette année. Ça leur a mis les comptes dans le rouge au dernier trimestre, parce qu'ils ont dû reprendre les invendus de la saison de Noël… et il y en avait beaucoup.
  11. Mauvaise nouvelle pour ceux qui attendaient les écrans e-ink couleur… Qualcomm a décidé de fermer sa division Mirasol : http://www.the-digit...r/#.UA2yEjE0N0U Faut dire qu'apparemment, leur première tentative est un énorme échec commercial : http://www.lesnumeri...ial-n25363.html Pour résumer : fermeture de la division, vont tenter de vendre des licences à des fabricants, vont sortir certains produits prévus sous leur propre nom… Après, le rendu couleur est assez mauvais vu qu'on touche les limites de la techno e-ink. Et pour les licences, bon courage pour en refourguer sachant que tout le monde sait que c'est galère niveau production avec un énorme taux des écrans produits qui part à la poubelle et que ce n'est donc pas rentable de les fabriquer. Selon certains propos en off, on sait même que près de la moitié des écrans produits partent à la poubelle pour défaut qualité…
  12. Bon OK, ça faisait longtemps. Donc MAJ Kobo (qui apporte semble-t-il pas mal de soucis). J'ai une "collègue" dev ebook qui a réussi à avoir des points de suspension alignés verticalement dans la ligne quoi… et le rendu des polices semble être reparti de deux pas en arrière. MAJ Kindle (qui gère leur nouveau format). Là, ça sera plus technique et ça intéressera plus les gens qui fabriquent de l'ebook, une exploration du rendu du format sur Kindle e-ink chez moi. À savoir qu'en gros, c'est du Canada Dry d'EPUB, KF8… et au final, leur support des langages de code se rapproche de celui qu'on demande depuis plusieurs mois chez les autres (qui sont censés être à fond sur EPUB puisque c'est le format qu'ils vendent… mais non, c'est juste catastrophique… genre Kobo qui ne prend pas en compte les valeurs CSS pour body… et qui ne communique jamais avec les devs, sauf si tu vas chez eux avec un bug… ce qui est juste pitoyable sachant qu'ils vont prendre un nouveau moteur de rendu pour EPUB3 et qu'on a aucune documentation ni émulateur… Bref…) Pour les autres, KF8 apporte le zoom des images (encore un truc qu'on demande depuis des plombes), les tableaux (tabular data), les BD en mode de lecture case par case, etc.
  13. Annonce technique (dis-donc, ça faisait longtemps). Adobe prépare un nouvel SDK pour EPUB3, WSDK (basé sur Webkit), vu qu'il est apparemment ultra difficile de faire évoluer l'actuel (j'ai pas les détails mais, apparemment et en gros, l'actuel génère des images à la volée et le système de notes / surlignage est un énorme bricolage). Pour rappel, ce RMSDK Adobe est utilisé par Barnes & Noble, Sony, Kobo et consorts (l'essentiel des fabricants de liseuses en fait). C'est un moteur de rendu qui interprète le code du fichier EPUB pour afficher le livre (et sa mise en page) à l'écran. Il sera donc intéressant de voir qui va se bouger chez les fabricants pour les MAJ dans les prochains mois, une fois ce nouvel SDK disponible. Ça vous permettra de voir qui se fout de la gueule des consommateurs (je l'ai encore en travers, l'abandon du support logiciel chez Sony pour la génération précédente) et qui a envie de faire avancer les choses. Voilà.
  14. Entièrement d'accord.C'est quand même lamentable d'être obligé de passé par la pub pour réussir à s'en sortir. Après comme il faut bien vivre, le fait de rajouter une pub au début ou à la fin du livre (avant qu'il ne commence ou après qu'il soit fini), ne me choquerai pas tant que ça (je n'ai aucune vision de ce qui est fait actuellement). Par contre faut voir la gueule de la pub. Si c'est pour un bouquin similaire\ même auteur, ça serait presque normal. Dans les bouquins papier, on à bien la partie "du même auteur", "aux éditions bidule" ou encore le marque page avec le prochain livre à acheter chez l'éditeur. Mais dans tous les cas il ne faut pas que ça gêne la lecture. Après est-ce que tu ne pourrais pas mettre toi même de la pub pour tes autres publication? Genre 2/3 pages en plus avec le synopsis qui va bien. Ce n'est pas de la pub qui te rapporterai directement mais ça pourrait guider les lecteurs vers des autres ½uvres si celle-ci leurs a plu. Quand je viens de lire un livre que j'ai apprécié je me note souvent le nom des autres publication de l'auteur qui m'interesse pour un achat ultérieur. Ça, tout le monde le fait déjà. Mais ça ne rapporte pas grand chose, en fait. En gros, la proportion de gratuit peut représenter jusqu'à 95% chez certains revendeurs. Chez Apple, ça doit tourner autour de 80% à la louche… (à peu près comme les apps, en fait). Là, je parle vraiment du niveau supérieur : page de pub entre chapitres, pub type Adsense en note de pied de page sur page non-complète, (peut-être même pub d'intro vidéo sur le format ibooks à peine sorti puisqu'Apple a prévu un encart pour intro multimédia), placements produits (mine de rien, le truc se faisait au 19ème siècle, j'ai vérifié et trouvé des textes non finis où l'auteur plaçait des encart "placement produit" dans le brouillon du texte… et à mon avis, ça se fait encore mais c'est juste tenu secret. Des poètes ont été payés en nature par des marques d'alcool par exemple ), etc. Pour l'instant, Kindle affiche de la pub en écran de veille et en bas du menu (faut vérifier pour la nouvelle version, mais je sais qu'ils le faisaient sur Kindle3). Exemple, si tu as un ouvrage de non fiction sur tel ou tel thème, prenons l'informatique par exemple, tu auras une page de pub pour Acer par ci, une annonce type adsense pour un revendeur par là, etc. Si on est sur de la science fiction, placement produit Nokia par ci, placement produit Dell par là… et fausse-pub (par exemple vidéo) d'Asus en opening, intégré dans l'histoire genre 'le mec était placé devant un écran télé avant de partir de chez lui, etc." avec un produit qui n'existe pas mais avec une tagline du style "Tout ceci, déjà possible aujourd'hui avec Asus" et un lien intégré qui renvoie vers leur ultrabook par exemple…
  15. Oui, c'est possible. Mais la pub dans les livres… perso je trouve que c'est une horreur. À mon humble avis, Amazon risque d'y passer en premier sur le marché US. Pour l'instant, la pub n'est pas intrusive mais les bénéfices pourraient être énormes une fois que ce sera passé dans les m½urs :(
  16. Joie ! Un nouveau format bien proprio (.ibook) basé sur un format ouvert et standard (EPUB). Bon… et bah on va passer notre temps à porter les livres au lieu d'en créer des nouveaux.
  17. Bah honnêtement, je t'ai donné mes chiffres, ce serait 10 fois plus viable pour moi de foutre de la pub que de vendre à prix réduit. Le contenu gratuit peut représenter jusqu'à 95% des téléchargements chez certains vendeurs. Le truc, c'est de dealer directement avec la marque et ne surtout pas faire appel à une régie pub type adMob ou Adsense. Là, tu te fais juste saigner vu qu'elles sont sur des solutions où le gagnant est l'annonceur vu les prix pratiqués. Pour info, un indien a testé (sur du PDF) et il a réussi à alpaguer Acer pour de la pub (3 pleines pages), c'est te dire si les annonceurs sont intéressés, d'autant qu'on ne joue plus uniquement sur la quantité d'impression. On peut imaginer que tu fixes un palier par nombre d'exemplaires téléchargés, puis tu leur fais remonter les chiffres et hop, ils te payent au fur et à mesure en fonction de ça. Ex : 200 euros par 1000, puis 150 euros par mille à partir de 5000, etc. Pour eux, c'est tout bénéfice parce qu'il y a une valeur "premium", ils sont donc plus enclins à payer des justes rétributions (surtout que le premier à le faire va générer un gros gros buzz je pense). A prix réduit, tu vas typiquement toucher la même chose dans une fourchette bien établie (entre 1 et 3 euros). En fait, ça ne sert même presque à rien de vendre sous 3 euros vu que la quantité ne compense pas pour la majorité. Ce truc-là, c'est encore un fantasme et quand on s'y intéresse de plus près, on voit que ça ne tient pas la route et qu'on fait de l'exception une règle générale... Quand je parlais de signes qui nous mènent tout droit à croire qu'on va passer sur ce genre de modèle, j'oubliais l'expérience d'Amazon sur la location gratuite pour les membres Amazon Prime. Le truc a totalement boosté les rétributions de ceux qui s'y sont inscrits côté éditeurs / auteurs, avec un droit d'auteur moyen de 1.70 dollars par bouquin, soit beaucoup beaucoup plus que si le livre est vendu 1 ou 2 dollars. Et là, Amazon tourne sur un concept de tirelire dont le montant est fixé d'avance... alors s'ils vont sur de la pub, ça risque d'être encore plus élevé, les revenus devenant exponentiels par rapport à un nombre pré-établi qui sert de base de calcul en fonction des volumes de chacun... Et j'oserais même dire que les revendeurs ont sacrément peur niveau pub puisqu'ils l'interdisent pour le moment. Tu n'as pas le droit d'en placer dans tes livres sinon Apple, Amazon et consorts te jettent dehors. Là, je crois qu'on touche vraiment à quelque chose, ils doivent pertinemment savoir que s'ils l'acceptent, ils vont ouvrir une boîte de pandore et que ça changera le business-model à tout jamais :/
  18. Bon, allons-y pour un "post-débat". Donc, nous avons récemment décidé de remonter le "prix minimum" de nos publications étant donné que 1 euro, on arrivera pas les tenir en France, c'est du suicide financier. Chez Amazon, ça nous laisse 30 cents, ce qui ne couvre même pas les frais de production d'un e-book d'une trentaine de pages et il est illusoire de penser que nous arriverons rattraper sur la quantité d'exemplaires vendus. Finalement, qu'importe que le prix soit de 1 ou 3 euros, on reçoit à peu près à chaque fois la même rétribution sur la publi. J'ai vérifié auprès d'auteurs US, ils ont fait le même constat. Dans cette fourchette de prix, ils touchent à peu près la même somme, qu'importe le prix. Certains décident même de filer gratos pour se faire de la pub sur leurs autres livres. Maintenant, je vais donner mes quelques chiffres. Sur un an, je vais écouler 20.000 exemplaires de mes bouquins sur 5 références. Mais, ne croyez pas que je vais devenir riche puisque la majorité est en gratuit (par choix ou par publicité). En fait, je ne vais même pas rembourser mes frais courants... Me suis renseigné, j'aurais pu toucher entre 4 et 5000 euros si j'avais foutu de la pub (placement produit et pages de pubs) dans mes bouquins. Et faut savoir que le ratio gratuit-payant peut monter jusqu'à 1000 pour 1. Problème, je suis philosophiquement contre la pub dans les livres, je n'en fous déjà même pas sur mon site...). Mais force est de constater qu'il serait plus rentable, en l'état actuel des choses, d'aller faire la manche au lieu de vendre des e-books pas chers du tout. J'emploie vraiment la comparaison en pesant mes mots, pour vous dire à quel point on en est. Il y a quelques jours, nous avons lancé un micro-roman à 2 euros + Pay With a Tweet. En contrepartie de la montée en prix, nous avons décidé de soigner le design du livre (illustrations, mises en page réalistes, polices de caractère spécifiques, etc), ce qui a demandé 3 jours de conception vu le boulot artisanal que ça représente (je pourrais facturer ça 200 euros minimum à un éditeur). Problème, le prix a été considéré comme très élevé par un ou deux lecteurs (que je remercie pour leur critique d'ailleurs) et ça a lancé un gros gros débat sur les réseaux sociaux au point où certains récupèrent le truc pour profiter du buzz... et se faire leur pub sur notre dos. Un auteur a également eu une critique Amazon où la lectrice offusquée allait dire qu'un euro pour une nouvelle (pas aboutie... en même temps c'est le concept d'une nouvelle quoi), c'était abusé. Donc même si nous avions fixé le prix à un euro, on peut affirmer (sans peur et sans reproche) que ça aurait gueulé. Amazon a même retiré l'avis suite aux signalements d'autres lecteurs... Puis en plus, là il est gratos si tu paye avec un tweet, t'inscris à la newsletter ou en parle sur FB... et bien sûr, rien n'a été dit sur le soin apporté au design de l'e-book. Du coup, je l'ai fait pour rien. Voilà, j'aimerais bien avoir votre avis sur la question. A savoir qu'on risque la gratuité financée par la pub très rapidement. Moi, je ne le ferai pas, je préfère arrêter de publier pour être honnête. Pour moi, la pub n'a pas sa place dans un livre. Voilà, on relance le débat sur le prix, merci d'avance.
  19. Bon, les serveurs Adobe sont en panne chez Numilog depuis une heure environ, ce qui a pour effet de bloquer tous les téléchargements des ebooks avec DRM Adobe achetés sur la plateforme… Voyez, quand je parlais d'ultra-dépendance envers un prestataire-tiers pour les DRMs… J'ai peut-être trouvé ma raison pour laquelle ça merdait quand je commence une fois sur deux à la Fnac, tiens. PS : si quelqu'un croise Adobe Adept dans la rue, qu'il le tue. Nous lui en serons tous reconnaissants.
  20. Potentiellement, tous les ebooks vendus par Fnac pourraient être impactés. Faudra que je regarde sur leurs bouquins du domaine public pour voir si c'est la même chose (mais bon, une commande sur deux sur site fnac.com = bug chez moi…) Pour la conversion AZW -> Calibre, suffit de chopper le script Calibre qui va bien et de convertir en EPUB. Là, suis obligé d'envoyer vers Calibre vu que c'est la seule solution… Va falloir vous y habituer d'ailleurs, parce qu'avec Kindle KDP Select (option de publication à l'usage de tous, indés comme gros éditeurs, qui permet de proposer ses livres au prêt et d'avoir du pognon en retour + bénéficier d'une pub de taré), on risque d'avoir des exclus Kindle chez certains. L'adhésion au programme = 90 jours d'exclusivité Amazon minimum Et vu les premiers retours, les résultats financiers de cette adhésion invitent beaucoup à y aller… Bon, certains auteurs et éditeurs indés refusent d'y aller parce qu'évidemment, on part sur un problème de "Comment voulez-vous vendre votre livre demain ? Avec ça, on va faire perdre de la valeur aux livres." mais j'ai bien envie de dire que ce sont les lecteurs qui vont choisir et que les auteurs et éditeurs, ils sont un peu largement impuissants sur leur propre sort… Comment ça marche ? Les clients qui ont souscrit à Amazon Prime peuvent louer gratuitement un livre par mois. KDP Select permet aux auteurs et éditeurs de mettre les livres de leur choix à la location. Le programme KDP Select = 500.000 dollars de cagnotte commune par mois (pour 2012, on a un total minimum garanti de 6 millions de dollars). Amazon prend le nombre total de locations puis prend le nombre de locations de chaque livre. Amazon fait le calcul et si on atteint 1500 téléchargements sur un total de 100.000 emprunt, l'auteur ou l'éditeur touche 7500 dollars. De l'autre côté, ça n'a aucun effet sur la mise en vente du livre. Donc c'est une sorte de "bonus". Et comme Amazon est très fort niveau marketing, tu peux également mettre ton livre du programme KDP Select gratuit pendant 5 jours à tous. Le truc, c'est que tu ne peux pas proposer de livres gratuits sur Amazon Kindle, t'es obligé de le vendre au moins 0.99 dollars (ou 0.86 euros) donc la gratuité temporaire est un levier promotionnel fort (d'autant que la conversion gratuit en payant est pas mauvaise du tout). Et Amazon va bien sûr assurer une promo d'enfer pour mettre ton livre gratuit en avant. Résultat : même si tu n'atteints pas 1500 emprunts avec ton livre, il te reste quand même l'argument de la promotion temporaire qui booste les ventes globales de ton catalogue… Et là, en plus, ça se vérifie par les premiers chiffres. À moyen terme, on va sûrement vers un système d'abo streaming où le client payera X dollars par mois et pourra lire tous les livres de son choix (avec limite de X par mois). Donc sur 2012, KDP Select est un test. Et vu comme c'est parti, les réticents ne pourront peut-être pas résister longtemps… À noter que pas disponible en France (enfin si, tu peux y adhérer mais on compte tes emprunts Amazon US). Mais faut dire qu'en France, va falloir que les revendeurs "apprennent" aux lecteurs à payer vu que sur du gratuit Vs Payant, on peut aller jusqu'à un ratio de 1000 pour 1. Oui, les téléchargements se concentrent sur le domaine public même si on commence à voir un petit frémissement sur le contenu indé à bas prix, mais on parle d'un arbre de très petites feuilles (chiffres de vente) qui cache une forêt de millions d'hectares… certains revendeurs font 95% de téléchargements sur le domaine public… je parle même pas de "situation catastrophique pour les auteurs vivants", les chiffres parlent d'eux-mêmes. Pour info, entrer dans le TOP100 gratuit, c'est plusieurs milliers de téléchargements sur plusieurs mois. Entre dans le TOP100 gratuit, c'est 2 ventes / jour… Au final, les éditeurs numériques commencent tous à faire du domaine public amélioré (parce que les gutenberg sont jugés de trop mauvaise qualité par les lecteurs en général), ce qui tient de l'aveu d'impuissance. Et leurs best-sellers… sont souvent ces domaines publics. Bref, pour vous dire au point où on en est, je traduis maintenant systématiquement mes livres en anglais ne serait-ce que pour pouvoir survivre niveau coûts de publication… Aujourd'hui, c'est le seul moyen qu'un auteur a pour faire (à peine) de l'argent de poche en numérique en France. (Sur les livres à 1 euro, il touche 30 cents. Même avec 1000 DL, ça ne lui fait que 300 euros. Et les 1000 DL, ce sont plutôt les gros éditeurs qui le font…)
  21. Bon, bah finalement y'avait quand même un truc chez Kobo… le format KePub qui est un dérivé "proprio" d'Epub qui ne respecte pas les standards, Confirmation chez Sony : http://www.sony.fr/discussions/message/721020#721020 Le wiki du format : http://wiki.mobileread.com/wiki/Kepub Bon, en gros, c'est une feuille de style kobo.css à gicler pour rendre le fichier interopérable mais comme faut dégager le DRM Adobe Adept… voyez ce que je veux dire par là
  22. Bon, j'ai super pas le temps donc je vais résumer sans quotes : Sans généraliser avec Kindle 4 plus rapide que Kindle Touch, j'ai quand même constaté qu'on perdait en rapidité avec le Touch chez les autres (hormis peut-être Sony qui a une expérience là-dedans). Edit : correction. Me suis fait traité comme un chien sur Twitter pour ça : asymétrie info DRM - Kobo. Apparemment, ils laissent le choix (pourtant entendu un différent son de cloche ici et là). Pour la conversion .mobi, Modifier un EPUB pour Kindle. Si c'est voué à un usage "pro" dans le sens mise à dispo pour lecteurs, oubliez Calibre, merci. (Sur du CSS avancé, les headers qui sautent et ne se retrouvent pas dans le fichier final + 200 erreurs HTML dans le .mobi avec Calibre, 3 erreurs corrigées automatiquement avec Kindle Previewer. J'ai testé Kindle Previewer 2.2 qui prend en charge le nouveau format KF8, y'a plus aucune excuse si le fichier .mobi sort pourri -> le code de l'EPUB de base est juste dégueulasse et ne respecte par les standards HTML). Pour le PDF, y'a des options (tags) pour la lecture mobile mais personne ne les utilise. Faut donc blâmer celui qui a fait le PDF. Sinon, Adobe l'a lui même mis de côté il y a plus d'un an vu qu'impossible à utiliser confortablement. Serait donc temps de passer à autre chose pour ceux qui les produisent (et ceux qui vendent du livre numérique en PDF…). Pour les annotations, faudra pas mettre vos livres à jour malheureusement. En gros, les annotations sont liées au fichier du livre, pas au livre en lui-même. Si mise à jour du livre, vous les perdrez (et pire encore, on a pas de standard pour les annotations, ça tourne sur du proprio partout). Je ne le conseillerai jamais assez : prévoir un workflow où les formats sont bien différenciés. Un PDF, un Epub, un Epub modifié pour Kindle. On a l'impression que de mettre en page avec Sigil fait perdre du temps, mais ça prend en général quelque chose comme deux heures par livre et le résultat est impeccable niveau qualité. Donc, en gros, par rapport à d'autres solutions où il faut corriger le code à la main, on gagne finalement un max de temps. Passer un PDF en le modifiant pour EPUB, c'est globalement une perte de temps monstrueuse (crois-moi) et un résultat pourri (la logique des formats est complètement différente et trop de compromis en résultent). Je parle même pas de son incapacité à bâtir un EPUB propre en conversion à la base (y'a des merdes de style partout dans les headers + du bricolage de partout)… Bref, c'est acceptable quand tu es lecteur qui doit convertir, c'est inexcusable si tu es auteur qui distribue. Depuis peu, il y a même une autre solution : Pressbooks. Si tu sais bloguer avec Wordpress, tu sais publier. Ça exporte en PDF, en Epub, en XML et bientôt en mobi. Tu peux même importer tes propres CSS depuis avant-hier.
  23. Pour l'Odyssey, la dernière MAJ firmware ne corrige pas le problème USB. J'ai eu confirmation ce matin. Sinon, je sors de deux jours de test Kindle Format 8, je pense qu'on peut l'appeler le "IE6 du livre numérique"… Honnêtement, ce n'est pas beau à voir, surtout que ça "source" en EPUB.
  24. Petit détour : Si vous êtes en recherche d'une application Linux / OS X / windows qui est déjà compatible avec EPUB 3 -> http://azardi.infogridpacific.com/html/
  25. Yep, faut prendre en compte que c'est vraiment la dèche dans le sens où seules les "indés avec notoriété technique" et des grosses maisons anglo-saxonnes font un effort dessus. Tout le problème est le support du format EPUB à la conversion Amazon. Personne ne fout le nez dans les guidelines, très peu de monde adapte un fichier EPUB Kindle-friendly et on se retrouve avec ce genre de choses. Je suis à peu près certain que si je passe tes fichiers sur Kindle, ils seront dans le même "état". En fait, .mobi fonctionne avec des "flags"qui sont grosso-modo des tags spécifiques qui vont assurer la mise en page, la bonne tenue des styles, le formatage et tout le chapitrage du fichier. Si tu crées un livre pour Kindle sur Mobipocket Creator, tu t'en rends compte très rapidement. Or, les boîtes de composition qui sous-traitent la majorité des livres numériques s'en branlent totalement. Elles veulent engranger du pognon et basta. Donc elles balancent un fichier EPUB dont plein de trucs vont sauter une fois converti pour Kindle. Et disons que certaines vont jusqu'à automatiser le truc en passant par de la conversion (et la conversion, c'est pas synonyme de qualité). Le dernier Goncourt en qualité correcte sur Kindle, faut aller le chercher chez… Team Alexandriz. Je le dis franchement, elles ne prennent pas le temps d'effectuer un contrôle qualité… et elles ne font corriger que quand les gens gueulent. Le truc, c'est que sortir un EPUB "universel" qui tourne correctement partout, ça demande déjà une certaine expertise (je pense notamment au problème tout simple de… centrer une image sur iBooks… où il faut "péter le style de justification du texte dans le CSS" avec une balise <span> sinon elle sera alignée à gauche). Alors lâcher un EPUB Kindle-compliant (ça prend 10 minutes en gros, mais faut connaître)… Du coup, la qualité des fichiers est très très inégale sur Kindle. Voir http://www.ebouquin.fr/2011/11/25/amazon-une-offre-numerique-a-la-qualite-inegale/ Ce qui a motivé Amazon à passer sur Kindle Format 8, c'est également l'archaïsme du format .mobi qui supporte HTML3 et ne supporte pas les feuilles de style… Du coup, en ce moment, il n'y a plus aucun effort sur ce format-là, parce que les boîtes de compo attendent KF8… Mais je peux t'assurer que ce que tu vis sur le Kobo, le client Amazon le vit souvent sur Kindle… PS : si tu peux faire une petite photo histoire que je fasse transiter aux gens qui ont testé la lecture .mobi / AZW sur Kobo et leur demander s'ils ont rencontré le même problème, ce ne serait pas de refus.
×
×
  • Create New...