Jump to content

Recommended Posts

Selon la presse italienne, Nico Hülkenberg a proposé ses services à Ferrari.

Séparé de Williams, Nico Hülkenberg cherche un nouveau volant en Formule 1. D’après La Stampa, le pilote allemand vise ni plus ni moins que Ferrari. Le quotidien italien tient son information d’un informateur au sein de l’écurie de Maranello. Hülkenberg souhaiterait ainsi remplacer Felipe Massa qui a cependant été confirmé pour la saison 2011.

-

Le constructeur allemand Audi a mis un terme avec effet immédiat au contrat le liant au Français Alexandre Premat pour le Championnat allemand des voitures de tourisme (DTM), a-t-il annoncé mercredi.

Premat, 28 ans, ne disputera pas la dernière épreuve de la saison le 28 novembre à Shangaï et sera remplacé par le Chinois Darryl O'Young.

"Cette décision n'a pas été facile à prendre, mais il y a eu dernièrement des divergences trop importantes", a expliqué Wolfgang Ullrich, le patron d'Audi Sport, sans donner plus de précisions.

Premat, 10e au classement du Championnat 2010 avec 12 points, a détruit son Audi A4 dans une spectaculaire et violente sortie de route lors de la 11e manche de la saison le 31 octobre en Italie.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sinon, beaucoup de pilotes et d'anciens pilotes ont critiqué le circuit de yas marina, car il n'offre strictement aucune (mais alors vraiment aucune) zone ou les dépassements sont possibles...mais tous sont d'accord pour dire que le cadre est sympa...l'ennui, c'est que le but d'un circuit c'est pas d'être joli, mais d'offrir de belles courses, ce qui ne fut pas le cas...en dehors d'une connerie d'un papy et d'une voiture de sécurité qui a foutu la merde...on a eu le droit à un train...

Share this post


Link to post
Share on other sites

je ne serais pas aussi critique contre ce circuit

260px-Circuit_Yas-Island.svg.png

il suffirais de changer 5.5 km et le refaire complètement

-

:transpi:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pourtant sur la wii j'arrive à doubler en bout des lignes droites :transpi:

Bon, heureusement que les dégâts sont pas pris en compte, sinon y'aurait le safety car à tous les virages :mdr:

Share this post


Link to post
Share on other sites

KUALA LUMPUR, Malaisie - Richard Branson agira comme "agent de bord" sur un vol d'Air Asia après avoir perdu un pari conclu en début de saison avec Tony Fernandes, le patron de Lotus Racing. L'enjeu était de savoir laquelle des deux équipes de Formule 1 se tirerait le mieux d'affaire à leur première saison.

Même si aucune des deux écuries n'a marqué de point au championnat, Lotus a légèrement fait mieux que Virgin.

Les deux patrons avaient parié avant le début de la saison que le perdant devrait agir comme "agent de bord" dans la compagnie aérienne du vainqueur sur un vol de Kuala Lumpur à Londres. Fernandez possède Air Asia tandis que Branson dirige Virgin.

Fernandes a déclaré qu'il "est désormais temps pour Richard de commencer à se préparer à du travail difficile et à la probable douleur d'une paire de talons hauts!"

La date du vol n'a pas encore été fixée mais les sièges seront mis aux enchères et l'argent versé à une ½uvre de charité choisie par Branson.

Autant c'est de la déconne, autant j'adore l'idée de reverser à une oeuvre de charité. Je trouve ça franchement génial, ils ont déliré et tiennent les paris

Share this post


Link to post
Share on other sites

Rosberg a l'air de penser que les pneus Pirelli ne sont pas aussi bons que les Bridgestone.... :fumer:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans ce qu'il dit, ils sont au mieux égaux aux pneux actuels, mais ils sont généralement plus lents, et se dégradent plus vite...ce qui, si les choses restaient en l'état arrangerait énormément un certain Fernando dont le pilotage lui permet d'attaquer tout en préservant ses pneux :D

Share this post


Link to post
Share on other sites

T'façon, faudrait faire comme en motos : pneus qualif pour tous, et en course, chacun fait son choix, et on s'arrête plus. Puis comme ça, Ferrari ferait moins de merdes aux stands :dd:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bah tant que RedBull fera des ailerons qui décollent les mouches qui auraient eu le malheur de rester posées sur la piste, le championnat sera faussé ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonne nouvelle ça :transpi:

Mais pas sur Direct8 et consors SVP ...

Tu imagines vraiment Direct 8 lacher 35Millions pour une saison de F1 ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est pour ça que je parle de Canal

Ou alors France TV... mais eux, si il nous colle des gars comme pour la coupe de la ligue ou le rugby... ça va pas le faire :craint:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je viens de repenser que la coupe du monde de rugby sera aussi ... sur TF1 :craint:

Pourquoi pas Orange ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Yep...un truc à méditer pour Ferrari :D

Article IV

DE LA MESURE DANS LA DISPOSITION DES MOYENS

Sun Tzu dit: Anciennement ceux qui étaient expérimentés dans l'art des combats se rendaient invincibles, attendaient que l'ennemi soit vulnérable et ne s'engageaient jamais dans des guerres qu'ils prévoyaient ne devoir pas finir avec avantage.

Avant que de les entreprendre, ils étaient comme sûrs du succès. Si l'occasion d'aller contre l'ennemi n'était pas favorable, ils attendaient des temps plus heureux.

Ils avaient pour principe que l'on ne pouvait être vaincu que par sa propre faute, et qu'on n'était jamais victorieux que par la faute des ennemis.

Se rendre invincible dépend de soi, rendre à coup sûr l'ennemi vulnérable dépend de lui-même.

Être instruit des moyens qui assurent la victoire n'est pas encore la remporter.

Ainsi, les habiles généraux savaient d'abord ce qu'ils devaient craindre ou ce qu'ils avaient à espérer, et ils avançaient ou reculaient la campagne, ils donnaient bataille ou ils se retranchaient, suivant les lumières qu'ils avaient, tant sur l'état de leurs propres troupes que sur celui des troupes de l'ennemi. S'ils se croyaient plus forts, ils ne craignaient pas d'aller au combat et d'attaquer les premiers. S'ils voyaient au contraire qu'ils fussent plus faibles, ils se retranchaient et se tenaient sur la défensive.

L'invincibilité se trouve dans la défense, la possibilité de victoire dans l'attaque.

Celui qui se défend montre que sa force est inadéquate, celui qui attaque qu'elle est abondante.

L'art de se tenir à propos sur la défensive ne le cède point à celui de combattre avec succès.

Les experts dans la défense doivent s'enfoncer jusqu'au centre de la Terre. Ceux, au contraire, qui veulent briller dans l'attaque doivent s'élever jusqu'au neuvième ciel. Pour se mettre en défense contre l'ennemi, il faut être caché dans le sein de la Terre, comme ces veines d'eau dont on ne sait pas la source, et dont on ne saurait trouver les sentiers. C'est ainsi que vous cacherez toutes vos démarches, et que vous serez impénétrable. Ceux qui combattent doivent s'élever jusqu'au neuvième ciel; c'est-à-dire, il faut qu'ils combattent de telle sorte que l'Univers entier retentisse du bruit de leur gloire.

Sa propre conservation est le but principal qu'on doit se proposer dans ces deux cas. Savoir l'art de vaincre comme ceux qui ont fourni cette même carrière avec honneur, c'est précisément où vous devez tendre; vouloir l'emporter sur tous, et chercher à raffiner dans les choses militaires, c'est risquer de ne pas égaler les grands maîtres, c'est s'exposer même à rester infiniment au-dessous d'eux, car c'est ici où ce qui est au-dessus du bon n'est pas bon lui-même.

Remporter des victoires par le moyen des combats a été regardé de tous temps par l'Univers entier comme quelque chose de bon, mais j'ose vous le dire, c'est encore ici où ce qui est au-dessus du bon est souvent pire que le mauvais. Prédire une victoire que l'homme ordinaire peut prévoir, et être appelé universellement expert, n'est pas le faîte de l'habileté guerrière. Car soulever le duvet des lapins en automne ne demande pas grande force; il ne faut pas avoir les yeux bien pénétrants pour découvrir le soleil et la lune; il ne faut pas avoir l'oreille bien délicate pour entendre le tonnerre lorsqu'il gronde avec fracas; rien de plus naturel, rien de plus aisé, rien de plus simple que tout cela.

Les habiles guerriers ne trouvent pas plus de difficultés dans les combats; ils font en sorte de remporter la bataille après avoir créé les conditions appropriées.

Ils ont tout prévu; ils ont paré de leur part à toutes les éventualités. Ils savent la situation des ennemis, ils connaissent leurs forces, et n'ignorent point ce qu'ils peuvent faire et jusqu'où ils peuvent aller; la victoire est une suite naturelle de leur savoir.

Aussi les victoires remportées par un maître dans l'art de la guerre ne lui rapportaient ni la réputation de sage, ni le mérite d'homme de valeur.

Qu'une victoire soit obtenue avant que la situation ne se soit cristallisée, voilà ce que le commun ne comprend pas.

C'est pourquoi l'auteur de la prise n'est pas revêtu de quelque réputation de sagacité. Avant que la lame de son glaive ne soit recouverte de sang, l'État ennemi s'est déjà soumis. Si vous subjuguez votre ennemi sans livrer combat, ne vous estimez pas homme de valeur.

Tels étaient nos Anciens: rien ne leur était plus aisé que de vaincre; aussi ne croyaient-ils pas que les vains titres de vaillants, de héros, d'invincibles fussent un tribut d'éloges qu'ils eussent mérité. Ils n'attribuaient leur succès qu'au soin extrême qu'ils avaient eu d'éviter jusqu'à la plus petite faute.

Éviter jusqu'à la plus petite faute veut dire que, quoiqu'il fasse, il s'assure la victoire; il conquiert un ennemi qui a déjà subi la défaite; dans les plans jamais un déplacement inutile, dans la stratégie jamais un pas de fait en vain. Le commandant habile prend une position telle qu'il ne peut subir une défaite; il ne manque aucune circonstance propre à lui garantir la maîtrise de son ennemi.

Une armée victorieuse remporte l'avantage, avant d'avoir cherché la bataille; une armée vouée à la défaite combat dans l'espoir de gagner.

Ceux qui sont zélés dans l'art de la guerre cultivent le Tao et préservent les régulations; ils sont donc capables de formuler des politiques de victoire.

Avant que d'en venir au combat, ils tâchaient d'humilier leurs ennemis, ils les mortifiaient, ils les fatiguaient de mille manières. Leurs propres camps étaient des lieux toujours à l'abri de toute insulte, des lieux toujours à couvert de toute surprise, des lieux toujours impénétrables. Ces généraux croyaient que, pour vaincre, il fallait que les troupes demandassent le combat avec ardeur; et ils étaient persuadés que, lorsque ces mêmes troupes demandaient la victoire avec empressement, il arrivait ordinairement qu'elles étaient vaincues.

Ils ne veulent point dans les troupes une confiance trop aveugle, une confiance qui dégénère en présomption. Les troupes qui demandent la victoire sont des troupes ou amollies par la paresse, ou timides, ou présomptueuses. Des troupes au contraire qui, sans penser à la victoire, demandent le combat, sont des troupes endurcies au travail, des troupes vraiment aguerries, des troupes toujours sûres de vaincre.

C'est ainsi que d'un ton assuré ils osaient prévoir les triomphes ou les défaites, avant même que d'avoir fait un pas pour s'assurer des uns ou pour se préserver des autres.

Maintenant, voici les cinq éléments de l'art de la guerre:

I. La mesure de l'espace.

II. L'estimation des quantités.

III. Les règles de calcul.

IV. Les comparaisons.

V. Les chances de victoire.

Les mesures de l'espace sont dérivées du terrain;

les quantités dérivent de la mesure;

les chiffres émanent des quantités;

les comparaisons découlent des chiffres;

et la victoire est le fruit des comparaisons.

C'est par la disposition des forces qu'un général victorieux est capable de mener son peuple au combat, telles les eaux contenues qui, soudain relâchées, plongent dans un abîme sans fond.

Vous donc, qui êtes à la tête des armées, n'oubliez rien pour vous rendre digne de l'emploi que vous exercez. Jetez les yeux sur les mesures qui contiennent les quantités, et sur celles qui déterminent les dimensions: rappelez-vous les règles de calcul; considérez les effets de la balance; la victoire n'est que le fruit d'une supputation exacte.

Les considérations sur les différentes mesures vous conduiront à la connaissance de ce que la terre peut offrir d'utile pour vous; vous saurez ce qu'elle produit, et vous profiterez toujours de ses dons; vous n'ignorerez point les différentes routes qu'il faudra tenir pour arriver sûrement au terme que vous vous serez proposé.

Par le calcul, estimez si l'ennemi peut être attaqué, et c'est seulement après cela que la population doit être mobilisée et les troupes levées; apprenez à distribuer toujours à propos les munitions de guerre et de bouche, à ne jamais donner dans les excès du trop ou du trop peu.

Enfin, si vous rappelez dans votre esprit les victoires qui ont été remportées en différents temps, et toutes les circonstances qui les ont accompagnées, vous n'ignorerez point les différents usages qu'on en aura faits, et vous saurez quels sont les avantages qu'elles auront procurés, ou quels sont les préjudices qu'elles auront portés aux vainqueurs eux-mêmes.

Un Y surpasse un Tchou. Dans les plateaux d'une balance, le Y emporte le Tchou. Soyez à vos ennemis ce que le Y est au Tchou. (Si Y pèse environ 700 grammes, Tchou ne pèse même pas un gramme)

Après un premier avantage, n'allez pas vous endormir ou vouloir donner à vos troupes un repos hors de saison. Poussez votre pointe avec la même rapidité qu'un torrent qui se précipiterait de mille toises de haut. Que votre ennemi n'ait pas le temps de se reconnaître, et ne pensez à recueillir les fruits de votre victoire que lorsque sa défaite entière vous aura mis en état de le faire sûrement, avec loisir et tranquillité.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ils avaient pour principe que l'on ne pouvait être vaincu que par sa propre faute, et qu'on n'était jamais victorieux que par la faute des ennemis.

Se rendre invincible dépend de soi, rendre à coup sûr l'ennemi vulnérable dépend de lui-même.

Être instruit des moyens qui assurent la victoire n'est pas encore la remporter.

Inculte :p

Share this post


Link to post
Share on other sites

Please sign in to comment

You will be able to leave a comment after signing in



Sign In Now

×
×
  • Create New...