Jump to content

Etes vous pour ou contre l'euthanasie?


nemesis93_75

Etes vous pour ou contre l'euthanasie?  

38 members have voted

You do not have permission to vote in this poll, or see the poll results. Please sign in or register to vote in this poll.

Recommended Posts

  • Replies 55
  • Created
  • Last Reply

Mouais.

C'est impossible à réaliser dans la majorité des cas (voire tout les cas). S'il peut dire clairement que c'est ce qu'il veut, à la limite (encore que...), mais ça irait au contraire de la loi. Loi qui stipule que le suicide n'est pas légal...

Des dérapages, même avec un suivi complet, il y en aura...Exemple : s'il souffre physiquement de manière visible (tremblements, maux, rejets,...), victime d'un cas pathologique précis, et qu'il ne peut parler ou même faire des signes d'acquiescement fort, c'est litige à gogo... Et même s'il peut le faire.

C'est dur, c'est ""cruel"", mais je ne vois pas comment on peut y rémédier.

Link to comment
Share on other sites

donc moi j'ai mis pour aussi, dans le même cadre que vous, car je trouve que dire, pour ces personnes, qu'elles veulent mourir, est une démonstration de la sagesse de la decision

mais il faut que ce soit encadré strictement, c'est sur

je pense que seulement dans des cas graves, comme le cas de ce pauvre jeune homme ;)

Link to comment
Share on other sites

Allez faire un tour dans les commentaires de Libé, c'est assez affligeant. Entre les sempiternels naïfs, ceux qui aiment polémiquer, tout en ne supportant pas la chose inverse, ceux qui ne voient qu'au bout de leur nez, ceux dont l'ouverture d'esprit est décidemment bien dure à trouver, et j'en passe, il y a de la réflection et du débat ;) ...

Link to comment
Share on other sites

j'ai voté pour, mais dans le cas où l'euthanasié n'a plus les moyens de se suicider : en clair, dans le cas de Remy, pas d'euthanasie... un médecin prépare la seringue, et le malade injecte seul. Ca vaut aussi pour chantal...

Link to comment
Share on other sites

Je suis contre.

La personne veux souvent en finir car elle souffre et ne voit pas l'issue possible. Ça ne vous rappelle pas quelque chose ?

Je suis plus pour empêcher ou réduire fortement la souffrance tout en maximisant l'autonomie.

Aussi, rien ne dit que la médecine n'avanceras pas et que dans 5 ans certains cas irrécupérable ne pourrait pas être soigné.

Bref, c'est assez difficile à justifier.

Link to comment
Share on other sites

Je suis contre.

La personne veux souvent en finir car elle souffre et ne voit pas l'issue possible. Ça ne vous rappelle pas quelque chose ?

Je suis plus pour empêcher ou réduire fortement la souffrance tout en maximisant l'autonomie.

Aussi, rien ne dit que la médecine n'avanceras pas et que dans 5 ans certains cas irrécupérable ne pourrait pas être soigné.

Bref, c'est assez difficile à justifier.

de ce point de vue, oui

mais un malade qui a une maladie de type dégénérative, on peut 'prévoir' combien de temps il lui reste, et au lieu d'attendre, s'il souffre, lui donner la "chance" de pouvoir dire au revoir à ses proches, sans que la découverte d'un corps soit fait, "à l'arrache" :transpi:

Link to comment
Share on other sites

Je suis contre.

La personne veux souvent en finir car elle souffre et ne voit pas l'issue possible. Ça ne vous rappelle pas quelque chose ?

Je suis plus pour empêcher ou réduire fortement la souffrance tout en maximisant l'autonomie.

Aussi, rien ne dit que la médecine n'avanceras pas et que dans 5 ans certains cas irrécupérable ne pourrait pas être soigné.

Bref, c'est assez difficile à justifier.

L'argument est correcte, mais je me dis que même si aujourd'hui, on trouve le remède contre la maladie en question, au stade où se trouverait la personne concernée, je doute qu'il restera encore quelque chose à faire... ;)

C'est pour ça que je préfère éviter une longue et inutile agonie aux personnes que j'aime ou à moi même sous le prétexte d'un hypothétique espoir qui aurait plus de chances d'être un miroir aux alouettes...

ceci étant dit, c'est quand même un débat délicat, et chaque cas est unique... c'est pour ça qu'il faut que tout soit encadré par des médecins, des juristes et la famille, et que ce soit rapide, mais sans précipitation...

Link to comment
Share on other sites

ceci étant dit, c'est quand même un débat délicat, et chaque cas est unique... c'est pour ça qu'il faut que tout soit encadré par des médecins, des juristes et la famille, et que ce soit rapide, mais sans précipitation...

C'est ça, le truc à ne pas faire c'est créer un truc qui permettrai d'arriver à l'hôpital en pointant une loi qui permet au médecin de vous donnez la mort.

Dans d'autres pays ça a l'air d'être un beau bordel, et certain en profite...

Link to comment
Share on other sites

Il y a aussi le danger des compressions. Un médecin qui voit toujours ses salles d'attente pleines et qui voit un légume qui dégénère pourrait avec subtilité parler de l'eutanasie, arrêt des souffrances à sa famille autour d'un café. ;)

En pratique, j'espère pouvoir mettre fin à mes jours la journée avant qu'une maladie mentale m'enlève toute personnalité et que je ne sois même plus conscient ni la même personne.

Link to comment
Share on other sites

C'est pourquoi il faut que les choses soient clairement cadrées pour savoir quelles situations sont concernées et sous quelles éventuelles conditions ...

Et puis il me semble que ce genre de décision ne pourra jamais être enterinée par un seul médecin.

Link to comment
Share on other sites

Je suis pas sûr que cela change grand chose (cf. pas qu'un médecin), au fond, on touche toujours au même problème. Un, deux, cinquante, deux milles... Ont-ils le droit de "s'exprimer" sur la vie d'autrui ?

Et les cas où les personnes ont formulés pendant des années leur envie d'être euthanasiés s'ils venaient à perdre la tête, écrivant /enregistrant lesdites envies, ont fait quoi lorsque ce moment arrive ? Quid de la véracité des propos ? Quid de notre propre vérité, de nous même ?

Peut on vraiment décider, ou plutôt a-t-on le droit de vie et de mort sur nous-même ? Ce qui m'amène à l'utilité d'écrire une telle lettre vis-à-vis du président....

Link to comment
Share on other sites

Je pense qu'avant d'envisager la lourde décision de l'euthanasie, il doit quand même y avoir une consultation médicale par une assemblée médicale dont les membres diffèrent de l'équipe qui suit le patient. Par exemple pour déterminer si oui ou non tous les traitements ont été envisagés et si ceux tentés ont inefficaces.

Avoir la liberté de juger de sa propre existence c'est quand même essentiel non ? On vit d'abord pour soi-même pas pour les autres...

Link to comment
Share on other sites

Je suis contre.

La personne veux souvent en finir car elle souffre et ne voit pas l'issue possible. Ça ne vous rappelle pas quelque chose ?

Je suis plus pour empêcher ou réduire fortement la souffrance tout en maximisant l'autonomie.

Aussi, rien ne dit que la médecine n'avanceras pas et que dans 5 ans certains cas irrécupérable ne pourrait pas être soigné.

Bref, c'est assez difficile à justifier.

Ce que je trouve difficile à justifier c'est de priver quelqu'un reconnu sain d'esprit du droit à disposer d'elle même (habeas corpus)

L'euthanasie c'est quand quelqu'un a à ce point besoin d'aide que meme pour avaler une boite de cachet ou appuyer sur la seringue, elle ne peut le faire seule et donc ne peut disposer de son propre corps.

Link to comment
Share on other sites

Je pense qu'avant d'envisager la lourde décision de l'euthanasie, il doit quand même y avoir une consultation médicale par une assemblée médicale dont les membres diffèrent de l'équipe qui suit le patient. Par exemple pour déterminer si oui ou non tous les traitements ont été envisagés et si ceux tentés ont inefficaces.

Avoir la liberté de juger de sa propre existence c'est quand même essentiel non ? On vit d'abord pour soi-même pas pour les autres...

Certes, mais arrêter son existence, ce n'est pas seulement la juger, c'est l'empêcher de continuer. Je veux dire, tout choix est mûri, je m'en doute, mais si légalisation il y a, et même avec des restrictions ou des accompagnements, c'est fondamentalement une ouverture à tout. 

Si l'on vit pour soi même, n'est-il pas dommage de fermer son avenir à tout jamais ?

Link to comment
Share on other sites

blabla

Ce que je trouve difficile à justifier c'est de priver quelqu'un reconnu sain d'esprit du droit à disposer d'elle même (habeas corpus)

L'euthanasie c'est quand quelqu'un a à ce point besoin d'aide que meme pour avaler une boite de cachet ou appuyer sur la seringue, elle ne peut le faire seule et donc ne peut disposer de son propre corps.

La prostitution et les drogues seraient légales si on pouvait vraiment tout faire de son corps, non ? ;)

Et le fait de justement ne pas être capable d'avaler une boite de cachet ou autre, est-ce que cela n'affecte pas le moral au point de ne plus être sain d'esprit ?

Link to comment
Share on other sites

Salut à tous,

Voila, je sais pas si vous avez entendu/lu/vu, mais Rémy, 23 ans, atteint d'une maladie dégénérative rare, s'est suicidé, après avoir reçu une réponse du Président de la République, suite à sa demande d'euthanasie.

Qu'en pensez vous?

Sources: Libération

Bonjour,

C'est un suicide, rien de plus....le rapport avec l'euthanasie est très ténu.

Une fois encore, certains médias saisissent la balle au bond pour faire passer le message du lobby pro-euthanasie, en occultant ce qui peut être gênant, comme dans le cas de V. Humbert....ce jeune homme voulait mourir parce qu'il souffrait d'une affection dégénérative, une maladie mitochondriale?

En langage clair, on doit tuer tous les myopathes, les parkinsoniens ou les Alzheimers qui le demandent?

Link to comment
Share on other sites

Je suis pas sûr que cela change grand chose (cf. pas qu'un médecin), au fond, on touche toujours au même problème. Un, deux, cinquante, deux milles... Ont-ils le droit de "s'exprimer" sur la vie d'autrui ?

Bonjour,

Oui, le droit de s'exprimer dans le cadre du devenir d'une pathologie...le problème est ailleurs...s'il faut tuer quelqu'un dans un acdre législatif, qui va le faire, au juste? :ouioui:

Les membres du corps médical ne peuvent théoriquement pas le faire, ayant prêté serment....dire qu'il faut abréger les souffrances de quelqu'un est très joli sur le papier, le faire réellement en sachant qu'on tue un homme est autre chose, et seuls ceux qui ne sont pas passés par là ignorent combien ce geste est un fardeau pour celui qui y procède.

On va recréer la dynastie des Samson version XXI°, alors? :iloveyou:

Link to comment
Share on other sites

Archived

This topic is now archived and is closed to further replies.


×
×
  • Create New...