Jump to content

Cher Monsieur Depierre.


Grimm Jow

Recommended Posts

----------------------------------------

Monsieur Depierre,

Si je me permets de vous solliciter aujourd’hui c’est en réaction à la récente polémique concernant le jeu vidéo « Rules of Roses ».

Je m’appelle [votre nom], j’ai [age] ans et je [travail].

Je suis aussi un joueur patenté et ce depuis 2 décennies, le jeu vidéo est le media qui me procure le plus de plaisir du fait de sa capacité immersive et sa façon d’impliquer profondément le joueur, cela me permet de vivre des autres vies par procuration et de m’évader du quotidien et de la routine monotone de mon existence.

Venons en aux faits, je tenais a exprimer mon désaccord profond envers votre amendement au projet de loi sur la délinquance qui consiste a interdire les jeux vidéos violents.

Mais d’abords permettez moi de douter, sinon de votre sincérité, de votre connaissance du vidéo ludisme et plus particulièrement du jeu « Rules of Roses », en vous basant uniquement sur l’article d’un journaliste manifestement aussi mal informé que vous et sur les déclarations alarmistes de vos homologues anglo-saxons vous vous lancez dans un factum qui n’a pour objet que de la pure récupération médiatique, une pathologie des hommes politique ma foi assez récurrente, se poser ainsi en pourfendeur des mauvaises influences et en protecteur du chérubin avec sporadicité et prise de conscience calculée, car la portion risible de votre raisonnement réside dans votre volonté mesquine d'exploiter l'événement, au détriment d'un traitement foncier de la problématique.

Avez-vous seulement conscience du burlesque engendré par cette situation ?

Vous poser ainsi en « rempart » (terme sali car tant de fois galvaudé…) portant un message déprécié par l'érosion de la redondance, en ayant jamais jouer a un jeu vidéo de votre existence ?

Comment pouvez vous légiférer sur de simples supputations ? Etes vous seulement assez qualifié, en votre âme et conscience d’homme politique probe pour demander la censure d’un jeu auquel vous n’avez jamais joué ?

Utilisez vous notre passion comme un marchepied permettant l’accession acertaines tribunes ?

Avez-vous l’intention de reconnaître votre diffamation manifeste sur le logiciel précité :

"le but du jeu incarne un sadisme et une perversion inacceptables : il s’agit de violer dans les plus horribles conditions une petite fille puis de la torturer avant de la tuer dans la pire des souffrances. Celui qui aura fait preuve de l’ignominie la plus infâme, la plus répugnante, remporte la partie."

Car je suis au regret de vous annoncer que tout cela est faux.

Le jeu vidéo est un produit culturel, il devrait être mis sur un pied d'égalité avec les films, livres et autres oeuvres artistiques, a partir ce postulat, l'industrie vidéo ludique doit se conformer a la législation en vigueur (contrôle, signalétique) et la ou j'accuse les politiques de démagogie et au risque encouru de me répéter c'est quand ils se contentent de 'dénoncer' sans aucune volonté de traitement du problème, uniquement dans une optique délationelle gérbative et dans l'unique but de faire des galipettes médiatiques.

Il est beaucoup plus spectaculaire et facile d'interdire que de mettre en place une législation équitable ou les joueurs "âgés et responsables" pourront se procurer leurs jeux sans craindre une éventuelle censure qui telle l'épée de Damoclès guette les titres qui sortent du créneau habituel, tandis que l'on interdirai l'accès a ces titres aux "n'enfants sans défenses et influençables".

Par ailleurs censurer quelque chose est le meilleur moyen pour attirer la curiosité, voire la sympathie, et que dans la société mondiale de l'information, il n'y a aucun mal à se procurer des objets/média interdit. Cette interdiction ne protège personne, et une simple vente en magasin spécialisé aurait résolu d'une bien meilleure manière le problème.

Ce n'est pas parce qu'une personne plus sensible que les autres réagit mal à un jeu vidéo qu'il faut interdire le jeu vidéo en question. Prenons l'alcool par exemple : est-ce qu'on a un jour proposé d'interdire les alcools forts parce qu'ils entrainent des comportements violents chez certaines personnes ? Non. Pourquoi ? Parce qu'on s'intéresse plus à la faiblesse de la personne alcoolique qu'au fait qu'elle ait fait un acte violent suite à la consommation abusive d'alcool (et on s'intéresse aussi bien plus aux taxes en vigueur sur les alcools).

Je suis d'accord avec le fait qu'il faille protéger les enfants des excès de violence présents dans les médias. Mais à ce moment là il faudrait peut-être commencer par regarder le(s) problème(s) en face et de manière objective.

Les jeux-vidéo ne sont pas à mettre au premier plan. Les films, certains dessins animés, certaines revues bien plus accessibles aux plus jeunes sont bien plus présents dans leur vie quotidienne et pourtant tout le monde se contre-fout de l'impact psychologique que ces autres médias ont sur eux.

Est-il normal de voir aux informations nationales (toutes chaines confondues) un enfant Irakien de 8 ans éventré par un éclat d'obus Américain ? Ou un autre se faire descendre par un Sniper (encore Américain) sous les yeux de son père apeuré et non armé ? Oui c'est normal, ça rapporte de l'audience (donc de l'argent) aux chaines qui diffusent ce genre de contenu désinformatif à souhaits.

Voici le témoignage d’un vendeur de jeux vidéo :

Quand un gamin vient me voir et me demande le dernier GTA je n'ai pas le droit de lui refuser, je serais là en infraction avec la loi, c'est un refus de vente.

Notez l'ironie Monsieur le Député.

Je vous prie d’agréer mes salutations les plus distinguées Monsieur Depierre.

--------------------------------------------

Cela ne coute rien de copier-coller ce mail et de l'envoyer, je vous encourage tous a vous rebeller contre cette reduction de liberté et cette tentative de restriction de la creativité videoludique.

Notre passivité pourrait bien nous couter les dernieres velleités creatives du jeu vidéo deja bien entamées par les suites a repetition et autres resucées..

Qui ne dit mot consent :transpi:

Edit1:

J'ai rajouté certaines de vos propositions a la lettre initiale (en italique) :D

S'il fallait ajouter un bémol a cette protestation epistolaire et collective, c'est sa relative longueur...

Est ce qu'il vaut mieux raccourcir ou laisser de la lecture a Monsieur Depierre ?

Link to comment
Share on other sites

Très jolie lettre.

Quelques fautes, que je me suis permis de corriger.

Par ailleurs je trouve qu'il y a des maladresse est pas mal de phrases à raccourcir, mais ce n'ai pas le temps de proposer des corrections à ce niveau là ce matin.

----------------------------------------

Monsieur Depierre,

Si je me permets de vous solliciter aujourd’hui c’est en réaction à la récente polémique concernant le jeu vidéo « Rules of Roses ».

Je m’appelle [votre nom], j’ai [age] ans et je [travail].

Je suis aussi un joueur patenté et ce depuis 2 décennies, le jeu vidéo est le média qui me procure le plus de plaisir du fait de sa capacité immersive et sa façon d’impliquer profondément le joueur, cela me permet de vivre des autres vies par procuration et de m’évader du quotidien et de la routine monotone de mon existence.

Venons en aux faits : je tenais à exprimer mon désaccord profond envers votre amendement au projet de loi sur la délinquance qui consiste à interdire les jeux vidéos violents.

Mais d’abords permettez moi de douter, sinon de votre sincérité, de votre connaissance du vidéo ludisme et plus particulièrement du jeu « Rules of Roses », en vous basant uniquement sur l’article d’un journaliste manifestement aussi mal informé que vous et sur les déclarations alarmistes de vos homologues anglo-saxons vous vous lancez dans un factum qui n’a pour objet que de la pure récupération médiatique, une pathologie des hommes politiques ma foi assez récurrente, se poser ainsi en pourfendeur des mauvaises influences et en protecteur du chérubin avec sporadicité et prise de conscience calculée, car la portion risible de votre raisonnement réside dans votre volonté mesquine d'exploiter l'événement, au détriment d'un traitement foncier de la problématique.

Avez-vous seulement conscience du burlesque engendré par cette situation ?

Vous poser ainsi en « rempart » (terme sali car tant de fois galvaudé…) portant un message déprécié par l'érosion de la redondance, en ayant jamais jouer a un jeu vidéo de votre existence ?

Comment pouvez vous légiférer sur de simples supputations ? Êes vous seulement assez qualifié, en votre âme et conscience d’homme politique probe pour demander la censure d’un jeu auquel vous n’avez jamais joué ?

Utilisez vous notre passion comme un marchepied permettant l’accession a certaines tribunes ?

Avez-vous l’intention de reconnaître votre diffamation manifeste sur le logiciel précité :

"le but du jeu incarne un sadisme et une perversion inacceptables : il s’agit de violer dans les plus horribles conditions une petite fille puis de la torturer avant de la tuer dans la pire des souffrances. Celui qui aura fait preuve de l’ignominie la plus infâme, la plus répugnante, remporte la partie."

Car je suis au regret de vous annoncer que tout cela est faux.

Le jeu vidéo est un produit culturel, il devrait être mis sur un pied d'égalité avec les films, livres et autres ½uvres artistiques, à partir ce postulat, l'industrie vidéo ludique doit se conformer a la législation en vigueur (contrôle, signalétique) et la où j'accuse les politiques de démagogie et au risque encouru de me répéter c'est quand ils se contentent de 'dénoncer' sans aucune volonté de traitement du problème, uniquement dans une optique délationelle gérbative et dans l'unique but de faire des galipettes médiatiques.

Il est beaucoup plus spectaculaire et facile d'interdire que de mettre en place une législation équitable où les joueurs "âgés et responsables" pourront se procurer leurs jeux sans craindre une éventuelle censure qui telle l'épée de Damoclès guette les titres qui sortent du créneau habituel, tandis que l'on interdirai l'accès à ces titres aux "n'enfants sans défenses et influençables".

Voici le témoignage d’un vendeur de jeux vidéo :

Quand un gamin vient me voir et me demande le dernier GTA je n'ai pas le droit de lui refuser, je serais là en infraction avec la loi, c'est un refus de vente.

Notez l'ironie Monsieur le Député.

Je vous prie d’agréer mes salutations les plus distinguées Monsieur Depierre.

Link to comment
Share on other sites

Meme si je suis assez d'accord sur le fond, mais :

Etes vous seulement assez qualifié, en votre âme et conscience d’homme politique probe pour demander la censure d’un jeu auquel vous n’avez jamais joué ?

Ceux qui ont interdit l'héroïne l'ont-ils essayé pour pouvoir être "qualifié" ?

Non ? Alors comment ont-ils fait ? ils ont été conseillé... Depierre aussi !

Bref, le fait de na pas avoir jouer au jeu est un argument foireux, et d'autre part, il s'est servi d'un cas particulier pour faire une loi générale... Tu procèdes du même raisonnement pour faire d'un seul jeu l'argument qui va démonter la loi !

Peut etre que rappeler que censurer quelque chose est le meilleur moyen pour attirer la curiosité, voire la sympathie, et que dans la société mondiale de l'information, il n'y a aucun mal à se procurer des objets/média interdit. Que cette interdiction ne protège personne, et qu'une simple vente en magasin spécialisé (et pourquoi pas les sex-shop, ça ne me choquerait pas plus que ça, transformant de fait les sex-shop en "magasin pour adultes") aurait résolu d'une bien meilleure manière le problème... Introduisant un controle. Rappeler que l'illégalité, c'est ne plus avoir de controle. Qu'aucune chose illégale n'a disparu, et que rendre quelque chose illégal, c'est créer de fait une organistaion pour contourner cette illegalité. Ca marche pour les armes, ça marche pour la drogue, ça a marché pour l'alcool sous la prohibition... et là, vu qu'il s'agit simplement de se connecter à amazon.com au lieu de amazon .fr pour pouvoir acheter, ça n'empechera personne... (ou amazon.de ou ebay ou...). Sans parler, bien sûr, de méthode bien plus illégale encore de type téléchargement.

Link to comment
Share on other sites

L'intention est tout à fait louable, mais à mon avis un peu maladroite, car un peu abrupte : par exemple, dire à un poilitique qu'il fait de la récupération n'est sans doute pas le meilleur moyen 'attirer son attentiotn sur le point que tu veux défendre, ce n'est que mon avis ceci dit.

A ta place, je le caresserais plus dans le sens du poil avec des trucs du genre : "Même s'il est fort rassurant de voir que dans une société toujours plus laxiste, certains n'hésitent pas à élever la voix contre le conformisme du laisser faire, et á démnoncer les agissements révoltants (car, et nous sommes tout à fait d'accord sur ce point, un jeu vidéo appelant au viol d'une petite file, ou de quiconque d'autre, serait tout à fait révoltant), je crains que, dans ce cas précis, les informations dont vous disposez ne soit erronnées." Un truc dans le genre (je sais, ca schlingue le bien pensant, mais bon, tu t'adresse á un politique)

Par ailleurs j'indiquerais un truc du genre : " Malgré tout le mal que vous pouvez penser de l'industrie du jeu vidéo, je ne pense pas que celle ci prendrait le risque d'exalter le viol dans un de ces jeux, ne serait ce que pour le risque judiciaire encouru."

Mais bon, en relisant je m'apercois que le ton de ta lettre est vraiment volontairement agressif, et même si je peut être d'accord avec toi dans l'ensemble, je crains qu'elle n#aterisse directement à la poubelle. :transpi:

Link to comment
Share on other sites

Merci theocrite !

N'hesites surtout pas a corriger/raccourcir le mail :pastoutlu:

en fait tout est parti de la:

http://www.inpactvirtuel.com/news/15105-lo...=150679#c150679

Et de la demande de Jarodd pour un mail type, j'ai donc copié-collé le mail que j'avais envoyé mais peut etre aurai-je du me montrer un peu plus concis...

Neo13:

Tout d'abord, merci pour vos avis et vos critiques constructives, maintenant le mieux qu'on puisse faire c'est que vous ecriviez des petits paragpraphes que l'on greffera au mail type tandis que l'on enlevera les parties que vous jugerez inappropriées, je prendrais note et j'editerais mon premier post au fur et a mesure jusqu'a l'obtention du mail type parfait.

Kasa:

Bonne initiative en effet, le domaine du jeu est déjà assez pollué par les histoires de gros sous pour ne pas en plus subir une pression politique qui nuirait à son originalité & sa diversité.

yaisse.gif

:yes:

lebud:

A ta place, je le caresserais plus dans le sens du poil avec des trucs du genre : "Même s'il est fort rassurant de voir que dans une société toujours plus laxiste, certains n'hésitent pas à élever la voix contre le conformisme du laisser faire, et á démnoncer les agissements révoltants (car, et nous sommes tout à fait d'accord sur ce point, un jeu vidéo appelant au viol d'une petite file, ou de quiconque d'autre, serait tout à fait révoltant), je crains que, dans ce cas précis, les informations dont vous disposez ne soit erronnées." Un truc dans le genre (je sais, ca schlingue le bien pensant, mais bon, tu t'adresse á un politique)

Par ailleurs j'indiquerais un truc du genre : " Malgré tout le mal que vous pouvez penser de l'industrie du jeu vidéo, je ne pense pas que celle ci prendrait le risque d'exalter le viol dans un de ces jeux, ne serait ce que pour le risque judiciaire encouru."

J'ai essayé de de mettre l'accent sur sa meconnaissance du jeu video, et aussi de montrer que notre communauté n'est pas aussi idiote qu'on la depeint dans les medias traditionnels, j'ai essayé de trancher dans le vif du cliché du jeu vidéo infantilisant...

Lui faire voir que nous ne sommes pas dupes en sommes,et que notre passion ne servira pas ses basses ambitions, j'ai eté un peu trop vindicatif (j'avais prevenu dans les commentaires de news) certes, mais la il faut aussi lui montrer que nous sommes nombreux ;)

Mais ça c'etait mon mail, deja envoyé, repondu bref... la on va essayer de pondre un mail type qui federera la communauté des joueurs et qui donnera de l'envergure a notre action, je compte sur vos contributions :yes:

Sur le lien de la news il y'a aussi les commentaires de alexnrock, et de mados qui sont tres interessants.

Mais bon, en relisant je m'apercois que le ton de ta lettre est vraiment volontairement agressif, et même si je peut être d'accord avec toi dans l'ensemble, je crains qu'elle n#aterisse directement à la poubelle.

Non il m'a repondu ;)

Cher Monsieur

Bien évidemment, la plupart des joueurs font la différence entre réel et virtuel. Ceci dit un seul cas de dérapage justifie que l'on s'interroge. Je suis d'accord sur le fait qu'il ne faut pas tout amalgamer. Certains jeux sont des chefs d'oeuvre. La question à se poser est seulement : peut-on et doit-on tout tolérer au nom du principe de création et de liberté d'expression? Le PEGI a un rôle à jouer tout comme le SELL, le syndicat des éditeurs de jeux vidéos. Si l'ensemble de nos réglementation étaient suivies d'effets et si chacun prenait ses responsabilités, nous serions sans doute moins immergés dans ce contexte violent permanent. Mais je reste persuadé que c'est un leurre de croire que la mention interdit aux moins de 16 ou 18 suffit à protéger les plus jeunes.

1- Notre objectif est d'ouvrir le débat sur la montée en puissance de la violence dans les jeux vidéos mais plus largement dans les films, à la télé...Il ne s'agit pas d'interdire pour interdire mais d'alerter l'opinion, les parents, sur ce que l'on donne à voir à nos enfants et à nos ados. Cela commence d'ailleurs dès le plus jeune âge avec les dessins animés très violents...

Il ne s'agit pas d'interdire tous les jeux vidéos mais ceux qui incitent directement à des actes barbares et au crime...cela reste beaucoup de possibilité de se divertir. En quoi les jeux non violents seraient-ils moins intéressants que les autres ? Pourquoi doit-on chercher la violence aujourd'hui pour s'amuser avec un jeu vidéo ? Est-ce normal?

2- Il s'agit de responsabiliser toute la chaîne des acteurs : les éditeurs et créateurs (en ce sens le SELL a un rôle majeur à jouer); les distributeurs ; mais aussi les parents et d'une manière générale les adultes intervenant dans l'éducation des enfants

3- la plupart des gens font bien la différence entre virtuel et réel mais pour un seul cas de dérapage, cela vaut le coup de susciter le débat

4- l'amendement a peu de chance (on touche à la liberté de création) mais doit-on tout tolérer au nom de ce principe ? C'est l'éternel débat.

5- Faire de ce débat une question politique et électoraliste n'est pas raisonnable; nous sommes face à un véritable problème; celui de l'explosion de la violence.

Je reste à votre disposition.

Bernard DEPIERRE

Député de Côte-d'Or

Vous voyez quoi comme changements dans le mail type pour anticiper ce genre de reponse ?

Edit:

Ah oui :transpi: pour lui ecrire:

http://www.bernard-depierre.com/contact.asp

Link to comment
Share on other sites

J'avais pas vu le topic :fou:

http://www.inpactvirtuel.com/news/15105-lo...=3c150339

Mais il est trisomique ce gars

3- la plupart des gens font bien la différence entre virtuel et réel mais pour un seul cas de dérapage, cela vaut le coup de susciter le débat

Et on doit dire quoi dans le débat?

Oui des gens tue avec des couteaux de cuisine cela vaut le coup de susciter le débat sur la violence des ustensiles de cuisine

'tain je nous croyais pas si américain oups pardon je voulais dire con... Enfin en meme temps faut voir d'ou sort le mec

Tout à fait d'accord, mais on peut aller encore plus loin.

Ce n'est pas parce qu'une personne plus sensible que les autres réagit mal à un jeu vidéo qu'il faut interdire le jeu vidéo en question. Prenons l'alcool par exemple : est-ce qu'on a un jour proposé d'interdire les alcools forts parce qu'ils entrainent des comportements violents chez certaines personnes ? Non. Pourquoi ? Parce qu'on s'intéresse plus à la faiblesse de la personne alcoolique qu'au fait qu'elle ait fait un acte violent suite à la consommation abusive d'alcool (et on s'intéresse aussi bien plus aux taxes en vigueur sur les alcools).

Pourquoi ne fonctionnerait-on pas de la même manière avec les jeux-vidéo ? Pourquoi au lieu d'aider la "victime" à discerner le réel du virtuel (l'alcool de l'eau :-D ), on la laisserait dans son ignorance en interdisant l'objet qui l'a mené à sa perte ?

Bon ceci dit l'alcool est bien plus taxé que les jeux vidéo, hein. :smack:

Je suis d'accord avec le fait qu'il faille protéger les enfants des excès de violence présents dans les médias. Mais à ce moment là il faudrait peut-être commencer par regarder le(s) problème(s) en face et de manière objective.

Les jeux-vidéo ne sont pas à mettre au premier plan. Les films, certains dessins animés, certaines revues bien plus accessibles aux plus jeunes sont bien plus présents dans leur vie quotidienne et pourtant tout le monde se contre-fout de l'impact psychologique que ces autres médias ont sur eux.

Est-il normal de voir aux informations nationales (toutes chaines confondues) un enfant Irakien de 8 ans éventré par un éclat d'obus Américain ? Ou un autre se faire descendre par un Sniper (encore Américain) sous les yeux de son père apeuré et non armé ? Oui c'est normal, ça rapporte de l'audience (donc de l'argent) aux chaines qui diffusent ce genre de contenu désinformatif à souhaits.

Bref, il y a des problèmes bien plus importants concernant la violence et nos députés préfèrent les ignorer car plus lucratifs que les jeux-vidéo. Hypocrisie, quand tu nous tiens...

Link to comment
Share on other sites

Je soutiens moralement cette initiative de manière totale, étant contre toute réglementation arbitraire.

Pour lui fermer le clapet, on peut lui dire que ce n'est pas en interdisant que l'on stoppe la propagation des choses : au contraire, on est attiré davantage par l'interdit que par l'autorisé. S'il veut un monde en paix, une solution : laissez-faire. :cartonrouge:

Link to comment
Share on other sites

Archived

This topic is now archived and is closed to further replies.

×
×
  • Create New...