Jump to content

Dans les poèmes de Nico.... =>MAJ !


Nicolas.G

Recommended Posts

Voilà quelque temps certains m'ont réclamé des textes suite à une indiscretion. Ben ouais, on peut être dual corerecteur, bosser pour PCI et se sentir une âme poétique. Enfin... Disons que c'est pas du Shakespeare, plutôt Pire que shakes :-p

En voilà donc de brefs extraits. Ils ne font pas partie du recueil publié l'an dernier. Des inédits en qq sorte...

Parmi ceux suscéptibles de plaire. Et si Tristan gère bien, prochainement, peut-être un site INpact-littéraire ???

Un aléas

Aux commandes de mon astronef

J’ai bravé la lumière

Pourfendu la solitude

Où la parole ne se risque plus

Au devant de la coque

Les astéroïdes et les comètes

Tournoyaient comme des nébuleuses

J’ai flirté avec les Confins du Connu

Et par une brèche, une mince fissure,

Mon appareil s’est engouffré.

Parmi les résidus d’univers à bâtir,

Près des Trous Noirs béants

Evitant de justesse un big bang,

A droite Bing

A gauche Bang

Dans le silence éternel de ces espaces etc.…

Quand l’absolu s’abandonne à des envies d’aventures,

Défier le temps et les dieux

J’ai trouvé,

Sur un caillou à la dérive

Un bar-tabac pour tes clopes ;

Et j’ai fait demi-tour.

Par des enchantements

Tu as dit : « Peut-être »

Et tout s’est bousculé

Dans ce saloon tuméfié, jauni de crasse

Où même les rats s’empêtrent dans les fils de la Vierge

J’ai frappé sur le zinc de la main

J’ai commandé

« Un tord-cerveau, sec »

Le barman, trop occupé à lustrer ses verres poussiéreux

S’est évanoui brutalement

M’accoudant, l’air mal négligé,

J’ai attendu.

Tu as dit : « Non »

Et tout s’est refermé

Conscience enterrée six pieds en dessous, justement,

Coyote à foie cyanosé par l’alcool frelaté

Ils m’ont laissé là, tête hors du sable

Desperados voleur de poules, brasseur de foule

L’agitateur défraîchi en quête d’étendues sauvages

J’ai hurlé

« Boéthia ! Quelqu’un ? »

Et le sol aride m’a vomi

Pas digne d’un cratère pour mourir

Les scorpions passaient en file devant moi

Pour cracher leur venin de côté.

Tu as dit : « Oui »

Mais c’était too late

Les étoiles chantent au voyageur la romance des égarés

Et les cactus pour seuls commerçants

Ca ne manque pas de piquant , un cactus,

J’ai dormi mon songe.

Puis, au réveil, ah ! Le réveil,

Toujours rien.

Décidément, ce fut une sale journée,

Pour les affamés.

Ambiance

Au décolleté d’une facture

Je scrute le céruléen vaporeux

les échalotes fumées

les bouches finement grasses, flasques

Négligé je sirote

Du luxe à grand frais, à petites lampées

Débraillé comme un bagnard

Rasé comme un poilu

Quelques gouttes pour le goût

Quelques gorgées pour la frime

Débraillé comme d’habitude

Rasé on ne peut pire

J’attends l’exécution d’un triste sire

d’un mouvement vivace, une brusque bourrasque

les palabres et les psaumes hantent mes dérives… ivre !

Ô ! que ma quille éclate, n’est-ce pas une supplique ?

Opulence et Vanité éclatantes de plaisir

Me serais-je trompé ?

La tête gigote, aux rythmes des glaçons

Mes songes s’engourdissent

Garçon,

Un foie de génisse !

Voilà, un peu de lecture pour ce WE. J'en rajouterai à mesure du temps qui filera...

Note : ce sont de petites choses vraiment sans prétention, et tout commentaire sera reçu avec sympathie.

D'ailleurs, si pour l'heure les choses stagnent, commission d electure oblige, il se pourrait que prochainement de bonnes nouvelles parviennent d'un véritable éditeur.

Link to comment
Share on other sites

Ah beh depuis le temps qu'on attendait ça!!!

Merci Nico de nous donner ces quelques vers,

qui avec bonheur nous détendent un petit peu,

en ce début d'automne quelque peu frileux,

en mettant un peu de joie dans notre univers.

:-D

;)

edit: pour l'éditeur, j'espère que ça sera pas le même que le précédent :byebye:

Link to comment
Share on other sites

Tu avais pris quoi avant ? :francais:

:francais: c'est original :francais:

Un placenta :francais::francais::francais::|:mdr2::mdr2::mdr2:

Je dirais même plus, un placenta de labrador au banania :francais:

Pour la prochaine édition (la semaine prochaine?? :D ) il rajoute le lait qu'il aura réussi à piquer au bébé :francais:

:transpi::francais:

Link to comment
Share on other sites

hmmmm sympa ;)

par contre j'avais parcouru chez toi un petit bouquin où... bin dans mon souvenir c'était très différent comme écriture... différentes époques ?

tiens au fait, ça vient d'où poésie ? étymologiquement ?

Du verbe grec poïein, qui signifie fabriquer.

Ca a donné lieu à pas mal de dérive de la part des auteurs au travers des siècles qui se sont pris pour des Dr Frankenstein de la littérature.

Et merci d'être venu faire un tour.

Ouais, ce sont des époques différentes, le receuil qui a été publié avait été écrit en 2001, et publié l'an dernier. Ca, ça date de 23, probablement.

Link to comment
Share on other sites

[...]

tiens au fait, ça vient d'où poésie ? étymologiquement ?

Du verbe grec poïein, qui signifie fabriquer.

Ca a donné lieu à pas mal de dérive de la part des auteurs au travers des siècles qui se sont pris pour des Dr Frankenstein de la littérature.

[...]

Faudrait dire ça aux ouvriers qui sont pas motivés par leur boulot, que ce sont des poètes :transpi:

Y sont fous ces grecs :D

Sinon tu entends quoi par dérive??

Link to comment
Share on other sites

Les enfants n'ont pas d'ailles mais ils plannent quand meme :transpi:

Je ne donnerai pas d'avis j'y connais rien en poésie :(

pourquoi tu doubles les consonnes ?? c'est volontaire ? :D

Je sais pas s'il y'a des choses à connaître en poésie... enfin surement y'en a, moi non plus j'y connais rien :-D

mais à mon avis l'important c'est de ressentir... comme tu peux être ému ou transporté par une musique, un film, un livre...

non Nico ?

Link to comment
Share on other sites

Tu avais pris quoi avant ? :yes:

:yes: c'est original :transpi:

Un placenta :yes::up::up::up::D:mdr2::mdr2:

Bravo ,c est d un gout :theo:

Bon je te dedicace ce poeme de mon cru (dans les 2 sens du terme)

Un vampire n ayant trouvé de victime

erre de latrine en latrine

desepéré fouille moult poubelles

à la quéte de tempons menstruel

les bras chargés des precieux tampons

rentre chez lui savourer une infusion

Link to comment
Share on other sites

Bravo ,c est d un gout :transpi:

Bon je te dedicace ce poeme de mon cru (dans les 2 sens du terme)

Un vampire n ayant trouvé de victime

erre de latrine en latrine

desepéré fouille moult poubelles

à la quéte de tempons menstruel

les bras chargés des precieux tampons

rentre chez lui savourer une infusion

:yes: la classe internationale

Mais je sais pas pourquoi, je préfère ceux de Nico :theo:

Link to comment
Share on other sites

Bravo ,c est d un gout :transpi:

Bon je te dedicace ce poeme de mon cru (dans les 2 sens du terme)

Un vampire n ayant trouvé de victime

erre de latrine en latrine

desepéré fouille moult poubelles

à la quéte de tempons menstruel

les bras chargés des precieux tampons

rentre chez lui savourer une infusion

:yes: la classe internationale

Mais je sais pas pourquoi, je préfère ceux de Nico :theo:

moi aussi

Link to comment
Share on other sites

Les enfants n'ont pas d'ailles mais ils plannent quand meme :nvidia:

Je ne donnerai pas d'avis j'y connais rien en poésie :(

pourquoi tu doubles les consonnes ?? c'est volontaire ? :fumer:

Je sais pas s'il y'a des choses à connaître en poésie... enfin surement y'en a, moi non plus j'y connais rien :ouioui:

mais à mon avis l'important c'est de ressentir... comme tu peux être ému ou transporté par une musique, un film, un livre...

non Nico ?

J'aime quand tu finis par Mon Nico, ça me rappelle nos tendres nuits ...hem, euh bon...

Connaître, si ça signifie savoir quelles sont les règles, alors non, pas besoin de connaître pour apprécier. C'est le travail des prof et des universitaires que de "connaître", pour révéler des sens cachés.

Ressentir, c'est la base. Susciter une émotion, c'est le plaisir de tout auteur. Certains auteurs parlent de "l'émotion nommé poésie". Je partage pas mal leur idée.

Lire de la poésie, c'est simplement accèder à un monde différent, où l'on peut faire cohabiter le passé et le futur pour créer une autre réalité. Un monde différent avec (ou sans règles). Juste se laisser emporter par les mots, et accepter de se rendre compte qu'il n'y a peut-êztre rien à "comprendre", mais tout à vivre.

Bon, je remets mon nez rouge de peur de tomber dans la démonstration philosophique.

Y'as des auteurs qui disent écrire pour vivre mieux. Je préciserais juste que j'écris pour avoir quelque chose de potable à lire... :transpi::love:

Link to comment
Share on other sites

Ressentir, c'est la base. Susciter une émotion, c'est le plaisir de tout auteur. Certains auteurs parlent de "l'émotion nommé poésie". Je partage pas mal leur idée.

:chinois: :chinois:c est pour ça que lis beaucoup (très peu de poésie j avoue).

Disséquer un texte,poésie,nouvelle c est en rompre le charme.

C est comme une fleur dans un champ,la laisser et la regarder procure un plaisir que tu ne peut ressentir en la cueillant,la cueillir,c est en abolir le charme

Link to comment
Share on other sites

J'aime quand tu finis par Mon Nico, ça me rappelle nos tendres nuits ...hem, euh bon...

Connaître, si ça signifie savoir quelles sont les règles, alors non, pas besoin de connaître pour apprécier. C'est le travail des prof et des universitaires que de "connaître", pour révéler des sens cachés.

Ressentir, c'est la base. Susciter une émotion, c'est le plaisir de tout auteur. Certains auteurs parlent de "l'émotion nommé poésie". Je partage pas mal leur idée.

Lire de la poésie, c'est simplement accèder à un monde différent, où l'on peut faire cohabiter le passé et le futur pour créer une autre réalité. Un monde différent avec (ou sans règles). Juste se laisser emporter par les mots, et accepter de se rendre compte qu'il n'y a peut-êztre rien à "comprendre", mais tout à vivre.

Bon, je remets mon nez rouge de peur de tomber dans la démonstration philosophique.

Y'as des auteurs qui disent écrire pour vivre mieux. Je préciserais juste que j'écris pour avoir quelque chose de potable à lire... :byebye::ouioui:

Wow c'est beau tout ça :transpi:

C'est un peu comme dans tous les arts, ya ceux qui analysent, et ya ceux qui aprécient, c'est pas toujours les mêmes...

Link to comment
Share on other sites

J'aime toujours autant le ton décalé, c'est incisif, intelligent, drôle... on dirait du Desproges (J'en fait trop là, non ? :francais: )

Bref, tu sais ce que j'en pense : j'adore :p

On attend la suite avec impatience, et bon courage pour ta publication :|

Edit : voilà j'ai bookmarqué le thread, comme ça plus de problème !

Link to comment
Share on other sites

Archived

This topic is now archived and is closed to further replies.

×
×
  • Create New...