Jump to content

sky99

Ancien
  • Contenu

    2 057
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours de victoire

    3

À propos de sky99

  • Rang
    Raspberry master
  • Anniversaire 16/12/1983

Récents visiteurs du profil

17 771 profile views
  1. Conception d'un rhéobus de malade

    Hello :) Merci pour les encouragements. Je prends note pour les unités, en effet, c'est à prendre en compte pour les pays ayant encore des systèmes d'unités archaïques (je pense aux américains ^^). Pour l'instant, l'idée n'est pas d'en faire une aventure commerciale, mais juste de fabriquer un truc cool, avec des logiciels libres/modifiables/ajustables. Maintenant si il y a de la demande, je pourrais faire des batchs, en tous cas pour l'instant si des gens en veulent, ça serait prix coûtant ^^ Effectivement, pour les variantes, je vais sans doute envisager une variante plus simple, plus petite, et celle ci, ou je mets tout ce que je peux mettre sur la carte. Mais c'est vrai que l'idée de départ, c'est plutôt les power users, à savoir fabriquer un rhéobus qui fasse ce que ne font pas les bidules du commerce. Au départ je pensais simplement à un module pour ventilos + température, mais en fait les LEDs se contrôlent de la même façon, et on peut programmer des effets super cool avec les LEDs adressables :) Donc en fin de compte ça fait plus un dispositif "case control", avec ventilos, températures et éclairage :)
  2. Conception d'un rhéobus de malade

    Au passage, tout ce que je raconte au dessus n'est pas hypothétique: je n'ai jamais fait cette carte en particulier, mais j'ai déjà utilisé chacun des éléments mentionné dans un autre projet (les MOSFETS pour des ventilos, des LEDs et ce en production pendant des mois voir des années), les bandes de LEDs RGB je m'en sers dans mes robots que j'ai conçus pour l'enseignement, ainsi que dans divers montages , les sondes de température, pareil, ça tourne en production dans mes contrôleurs d'aquariums depuis environ 2 ans; L'I2C je m'en sers à mort, les Arduinos j'en ai dans ma maison par exemple pour gérer l'allumage/extinction auto de bandes de LEDs avec un capteur de présence infrarouge, bref, chaque concept intégré dans le rhéobus est éprouvé et je maitrise pas mal. Idem pour la fabrication de PCBs, j'en ai fait pas mal ces derniers mois, avec des HATs pour Raspberry pi, des cartes de contrôle pour mes robots , des circuits pour aquariums, ou encore les systèmes domotiques de ma maison. C'est la raison pour laquelle j'ai fait une première carte basée sur le Arduino nano : j'en ai plein à la maison, et j'ai l'habitude de travailler avec. Par contre l'objectif sera plus tard de faire une version ESP8266 pour ajouter le wifi et les fonctionnalités réseau/web. Donc en pratique, la première version pourra faire tout ce que j'ai présenté dans le post précédent, mais PAS de wifi, PAS de réseau, PAS d'interface web et tout ça. La seule méthode d'interaction avec le PC, c'est par un port USB (à moins d'ajouter un module wifi, ça existe pour arduino, mais je ne le ferai pas, je préfère passer carrément à l'ESP8266, par contre si quelqu'un veut le faire, le code sera dispo pour modif/fork etc. En général ça prend environ 1 mois pour que je reçoive les PCBs, et je les prends par 10. Donc dès que j'en aurai reçu, je commence à assembler un modèle pour valider :) Quand ce sera le cas (quand j'aurai validé qu'il n'y a pas d'erreur bloquante sur le circuit), si ça intéresse du monde d'essayer, je pourrai envoyer des cartes à quelques personnes (je pense qu'une carte complète me reviendra aux alentours de 20-25€ à fabriquer en comptant les pièces). Attention toutefois : les fonctionnalités mentionnées sont POSSIBLES, mais n'existent pas tant qu'elles ne seront pas codées. Donc je pense coder rapidement la base (contrôle de la vitesse de rotation, ou réglage par thermorégulation, voire affichage de quelques bidules sur un écran ou des LEDs) par contre ça prendra probablement du temps de faire une interface de commande avec des boutons physiques et tout, et idem pour tous les cas spécifiques. Dans tous les cas, le code source sera dispo (licence GPL je pense) donc ceux qui veulent coder des trucs pourront. SI vous avez codé un peu , Arduino c'est pas difficile; et si vous avez jamais codé, c'est une bonne méthode pour apprendre, surtout avec des leds et des trucs qui bougent, c'est plus fun qu'avec des affichages dans un terminal :) Enfin, dans tous les cas, n'hésitez pas à faire des remarques, suggestions, etc... j'ai conçu la carte avec des partis pris, donc je peux me tromper en pensant que tel bidule n'intéresse personne sur un rhéobus ou tel autre passionne tout le monde.
  3. Conception d'un rhéobus de malade

    Hello! Retour sur le bouzin : j'ai fait une première version du circuit imprimé pour Arduino : Le circuit n'est pas super beau, je dois nettoyer certains trucs, arranger des pistes pas droites, etc. Mais l'essentiel est là pour cette version, je vais vérifier le circuit quelques fois, et je vais sans doute faire un batch de fabrication en même temps que ma prochaine commande de circuits. Je suis passé à un format 5x7 pour avoir un peu plus de place, ce qui m'a permis d'utiliser TOUS les GPIO disponibles. En pratique, sur ce que permet de faire cette version : Contrôle en PWM de 6 ventilateurs (ou n'importe quoi qui fonctionne en DC), de façon indépendante, avec 256 niveaux de vitesse, en 12V; Mesure de la vitesse de rotation réelle du ventilateur en utilisant le tachymètre intégré (je dois vérifier que les signaux logiques sont bien en 5V et pas en 12v!); 5 entrées analogiques ou sorties numériques (pour des boutons, potentiomètres, capteurs suplémentaires, bandes de LEDs adressables ou non, bref, extensions); 6 emplacements pour des sondes de température DS18B20 (extensible à pratiquement autant que voulu, la seule limite sera la ram du Arduino); 3 prises I2C pour l'ajout de capteurs, d'extensions, ou de modules divers tels que des écrans LCD texte, OLED, etc... Les 3 peuvent être utilisées en même temps, donc 3 écrans, ou 2 écrans et une sonde, etc. Ici aussi, c'est extensible, jusqu'à environ 127 périphériques I2C en théorie, en pratique probablement moins, mais une dizaine sans problème); Un emplacement pour une horloge temps réel avec batterie, permettant au système de connaitre l'heure de façon précise (par ex pour une fonction horloge sur un écran, ou simplement pour avoir des presets de cooling en fonction de l'heure, plus agressif en journée par ex, plus silencieux la nuit); Un socket pour Arduino Nano, le micro-contrôleur qui pilote le tout; je le mets dans ce format plutot qu'une puce soudée sur la carte, car on a un port USB qui peut être utilisé pour communiquer avec le PC en port serial-USB, ou pour le reprogrammer sans matériel supplémentaire; d'autre part ça permet de changer cet élément en cas de grillade du matos (par exemple si je fais un court circuit avec un coup de tournevis malencontreux, ou n'importe quelle erreur de bidouille), le arduino nano coutant environ 2-3€ en version clone chinois; Une entrée pour une prise d'alimentation avec du 5V (obligatoirement 5V, pour alimenter le arduino) et un second canal d'alim (par défaut 12V, mais c'est changeable entre 3 et 40V environ). Prises de ventiateurs, LEDs, etc : 6 canaux indépendants d'au moins 25W chacun En pratique, on a 6 prises, une par ventilo, prises 3 broches, mais c'est compatible avec les prises 4 broches. On peut aussi brancher les ventilos à 2 fils, mais on aura pas le retour de la vitesse de rotation. Dans tous les cas, que le ventilo gère le PWM ou pas, on module INDIVIDUELLEMENT, pour chaque ventilo, sa vitesse en jouant sur son alimentation (le PWM en gros, ça veut dire qu'on allume/eteint très vite le courant pour le ventilo, du coup si le ventilo est allumé 50% du temps et éteint 50% du temps, il tourne à la moitié de sa vitesse. Ces cycles interviennent plusieurs centaines de fois par seconde.) Chaque prise peut donc gérer un ou plusieurs ventilo(s), à la tension fournie en entrée (par défaut 12V, mais c'est changeable). Les ventilos sont commandés par des mosfets bien costauds (IRF3708), donc on peut y aller. Un ventilo 12V de PC en 120mm c'est souvent entre 0.1 et 0.5A, alors que ces MOSFETs là, je les utilise en continu depuis plus d'un an pour du PWM sur des rampes de LEDs qui consomment plusieurs ampères. Ces mosfets sont extrêmement efficace, ce qui fait qu'on a quasiment aucun dégagement thermique, et ils n'ont pas besoin de radiateur pour plusieurs ampères. Donc pour un ventilo PC autant dire qu'ils ne dissipent quasiment aucune chaleur, quelle que soit la vitesse du ventilo. Overkill? peut être. Mais je SAIS que ces mosfets encaisseront sans broncher. Du coup on peut aussi utiliser le système pour commander des bandes de LED en 12V (ou autre tension). En 12V, chaque canal peut facilement gérer 5M de bandes de LED... La valeur de 25W mentionnée plus haut correspond en fait à une valeur conservatrice pour les connecteurs utilisés, qui sont aux alentours de 2-3A (donc en 12V ça fait 24-36W, ou 48-72W en 24V...). En pratique le mosfet peut commuter bien plus de courant sans soucis, et les pistes sont pensées pour un courant important. Au passage, on peut par ce biais sans problème commander une ou plusieurs pompes pour du watercooling, tant qu'elles sont en 12V, 24V, ou une autre tension de courant continu dans la plage 3V-40V. Sondes de température On a ensuite 6 prises pour des sondes de température DS18B20. Ces sondes sont des sondes numériques fiables, solides, peu chères, et sont disponibles en version classique ou en version waterproof. Je m'en sers par exemple pour monitorer la température de mes aquariums depuis quelques années, en immersion permanente dans un milieu très actif (l'aquarium, donc plein de bactéries, les bestioles qui passent dessus, etc). Les versions waterproof ont un capuchon en inox ou en epoxy, ça tiendra des années dans une loop de watercooling sans problème. les versions non waterproof sont également résistantes, mais bien sur on ne les met pas dans l'eau :) Les sondes sont hot-pluggables, et mesurent des températures entre -40 et 125°C, avec une précision d'environ 0.5°C. Par rapport à d'autres sondes, je les trouve très correctes, précises, et avec une bonne répétabilité des mesures. De 1, si je mets 2 sondes au même endroit, la température qu'elles rapportent est très proches, et de deux, N mesures successives d'un bidule à température constante ont peu de variation, contrairement à d'autres sondes qui retournent des valeurs bruitées). Chaque sonde à une adresse sur 64 bits unique qui permet de la reconnaitre, ce qui signifie que je peux brancher autant de sondes que je veux sur une prise, et ça marche. Pour que ce soit pratique, j'ai mis 6 prises, à priori une par ventilo, mais encore une fois on fait ce qu'on veut (plus, moins, aucune...) Connecteurs d'extension I2C J'ai mis 3 connecteurs I2C, parceque j'aime beaucoup l'I2C. A priori, ça n'a pas d'utilité directe pour un rhéobus, toutefois, on peut connecter facilement des écrans texte I2C, des écrans OLED, des écrans LCDs 128*64, etc... Il existe de plus de très nombreux capteurs, par exemple des capteurs de courant, température, pression, humidité, luminosité, bruit... Bref, tout plein de choses qu'on peut brancher dessus. Avec 3 prises on peut directement brancher 3 périphériques I2C, mais c'est un bus, donc c'est extensible. j'en ai mis 3 car il y avait la place pour 3 :) L'horloge RTC est en pratique en I2C, mais elle utilise un connecteur spécifique, d’où le fait qu'elle aie son connecteur spécial. Cette horloge peut être programmée quand on le souhaite, et une fois réglée, elle garde l'heure et la date avec une dérive maximale d'une à quelques secondes par an. Bref, on fait ce qu'on veut avec l'I2C, ou on ne s'en sert pas si on ne veut pas. On peut même utiliser l'I2C pour connecter deux rheobus ensembles, et placer le second en mode esclave pour qu'il soit commandé par le premier. ça peut permettre par exemple de commander 6 ventilos 12V et 6 ventilos 24V séparément, ou des ventilos 12V et des bandes de LED 5V... Connecteurs d'extension générique Enfin, on a 5 connecteurs d'extension génériques, au format 3 broches. Sur ces broches on a du +5V, la masse, et un GPIO. Donc on peut connecter des capteurs divers utilisant un protocole spécifique, des boutons poussoirs, des potentiomètres, des sliders, bref, ce qu'on veut. Ici, on peut utiliser ces GPIO individuellement, chacun pourant être soit une entrée analogique (par exemple pour mesurer les tensions d'alimentation, un potentiomètre, etc), soit une entrée numérique (0 ou 1, donc par exemple un bouton), ou bien une sortie numérique (0 ou 1, donc j'allume ou j'éteins un truc, mais pas quelquechose qui consomme beaucoup, plutôt une LED classique)... Commander des LEDs On peut commander des bandes de LEDs avec le système. Deux types principaux : Les bandes de LEDs "basiques". Là, on a une bande de LEDs d'une même couleur : on branche sur un connecteur pour ventilos, et en faisant varier le PWM, on fait varier la luminosité. On peut prendre 3 bandes (une rouge, une verte et une bleue) pour générer un éclairage RGB. Les bandes de LEDs adressables. Ici, chaque LED contient une petite puce, et la bande permet de définir la couleur et l'intensité de chaque LED individuellement. Je peux donc faire des dégradés, un drapeau, des effets de poursuite, bref, ce que je veux. Ces bandes de LED sont un peu plus chères, mais bien plus customisables. Bien sur il faut programmer les effets, ou utiliser des effets pré-programmés. Mais encore une fois, sur une bande de 1m, par exemple avec un modèle ayant 30 leds, je peux allumer chaque LED d'une couleur différente si je le souhaite, en éteindre certaines, etc. Une utilisation directe, peut être par exemple, avec une bande de 10, que selon la température, j'ai entre 0 et 10 Leds qui s'allument (comme une barre de température). Mais comme c'est du RGB, je peux faire que la bande s'allume d'une couleur variant entre le vert ou le bleu (ok, température basse, tout va bien) et le rouge (attention, ça chauffe, etc). Chaque couleur peut être réglée sur 256 nivaux, donc j'ai 256 nuances de rouge, 256 de vert, 256 de bleu, pour 16 millions de combinaisons. Pour le dégradé du bleu au rouge, on aura 65000 nuances intermédiaires, les transitions sont invisibles à l'oeil nu. En terme de nombre de LEDs, la limite est double : si la bande est trop longue, l'alimentation en 5V à du mal à se propager (mais bon on peut en théorie faire 5m, même si je ferais plutôt des bandes continues de 2m ou moins), et si on a trop de LEDs, on aura pas assez de ram dans le arduino pour tout gérer. Mais en pratique on doit facilement dépasser les 100 leds sans soucis, donc 3m pour une bande à 30leds/m... Ces LEDs adressables peuvent se brancher sur les 5 prises pour connecteurs génériques, et donc n'utilisent pas un canal PWM. En effet, on leur envoie du 5V en direct de l'alimentation, et chaque LED reçoit les instructions pour s'allumer ou s'éteindre. Donc on pourrait avoir 5 bandes indépendantes si on le voulait.
  4. Conception d'un rhéobus de malade

    Bonjour à toutes et à tous! Je remonte ce vieux sujet, car l'idée n'est pas morte :) Merci pour vos suggestions et idées, ça fera plein de choses à intégrer! Depuis que j'ai démarré ce projet, certaines choses ont changé : j'ai beaucoup progressé en conception de circuit imprimé; je passe progressivement des Arduinos nano aux ESP8266/ESP32 pour ce genre de montages; le Raspberry pi zero W existe! Le premier point implique que je peux faire un bien meilleur circuit, plus fiable, etc. Le second point, ça change pas mal de choses. En effet, l'ESP8266 est un SOC qui permet de faire du wifi, et l'ESP32 est une nouvelle puce qui permet de faire la même chose, + du bluetooth, avec plus de capacités. Ce qui est chouette, c'est qu'on peut s'en servir comme d'un Arduino, CAD qu'il a des GPIO qui peuvent contrôler des trucs. On trouve de petites cartes ESP8266 avec pour USB pour à peine plus cher que les Arduinos les moins chers. L'idée c'est donc d'utiliser ces puces en lieu et place des Arduinos nanos (peut être overkill en puissance, mais pour un prix très similaire, une conso électrique comparable, pourquoi se priver?). Cela nous ouvre en plus des perspectives, grâce au wifi : avoir une unité purement rhéobus DANS le PC, mais sans rien en façade, donc super clean, et une seconde unité externe, qui communique avec l'autre sans fil, et donc qu'on peut mettre sur son bureau, pour avoir un (ou plusieurs) beau(x) écran(s), des boutons, etc... ajouter des modules supplémentaires, comme par exemple un wattmètre, et du coup pas de complications pour savoir ou mettre le système; les communications avec le PC peuvent être simplifiées, on peut faire du HTTP/JSON plutôt que des communications série, donc SUPER FACILE de faire un client sur le PC pour récupérer les valeurs ou envoyer des commandes aux modules; possibilités réseau/web, par exemple envoyer des données sur le web, utilisation d'un smartphone/tablette pour commander le tout, etc... puisqu'on peut travailler en réseau, la collecte d'infos/contrôle du système/autres peut continuer quand le PC est en veille, en train de démarrer, etc. Donc on pourrait utiliser un smarphone pour voir les valeurs quand on est dans le bios, ou en train de tripatouiller un truc... Intéréssant par exemple en grosse séance d'overclock, ou on reboote tout le temps, on pourrait voir les températures même sans booter, etc... Bref, plein de pistes sont ouvertes par ce matériel pas cher et facile à trouver. Enfin le dernier point, le raspi zero W, c'est aussi une solution qui pourrait faire ce que fait l'ESP8266 ou l'ESP32, et il coûte 10€, pour encore plus puissant, avec du bluetooth et du wifi. L'intérêt ce serait d'en avoir un quelquepart, car comme c'est un vrai ordinateur au sens classique, tout en étant compact, il peut servir de station centrale, et logguer les données, fournir une belle interface web en responsive design, stocker les trucs dans une BDD, stocker des profils, rajouter des programmes sophistiqués qui font ceci ou celà en fonction des températures du bruit, de la lune ou ce que vous voulez... Bref, plein de nouvelles pistes. Cependant, pour que ça avance concrètement, je revois un peu l'approche. L'idée c'est de faire par étapes. Plutôt que de faire l'ultime rhéobus d'un coup, ce que je propose, c'est de faire le tout de façon itérative, à savoir commencer par les fonctions de base (mesure de températures et contrôle PWM de ventilos), et de rajouter au fur et à mesure des fonctionnalités. Sachant que je fais souvent des circuits imprimés, c'est pas un problème de faire N cartes pour autant de révisions. Donc du coup, histoire de faire un truc, je vais déjà faire un circuit pour le Arduino Nano qui permet de mesurer des températures et de contrôler N ventilos. Je reste sur le Nano parceque je dois encore tester quelques trucs avec les ESP8266 pour mieux me familiariser avec (je suis en train d'expérimenter sur des modules ces temps ci), et du coup je peux faire un premier circuit aujourd'hui. Pour le format, je vais commencer par 5x5cm, parceque c'est le moins cher pour fabriquer des PCBs, mais c'est pas définitif! Et d'ailleurs si vous avez des idées de noms cool, n'hésitez pas...
  5. Conception d'un rhéobus de malade

    J'aime bien l'idée des bargraphs! En plus avec des LEDs adressables, c'est super facile à faire :) Et comme tout sera en RGB, on peut afficher divers niveaux d'information.... Pour la communication avec le reste, l'idée serait d'utiliser le port serie-usb du arduino pour pouvoir envoyer des infos et recevoir des commandes. Du coup, une fois l'API écrite, il sera facilement possible de faire des plugins pour envoyer les données à tel ou tel endroit! Il faudra juste que je voie dans quel langage faire tout ça, je pencherais vers python, mais il faudra voir ce que ça donne sous windows :) (oui, au départ, moi je suis sous linux ^^) En même temps je vois mal comment ça pourrait poser problème! Mais c'est que pour la version windows, j'aimerais bien avoir un wrarper pour tout encapsuler, et que l'utilisateur ne se pose pas de questions sur les dépendances ou autre... Et sous linux, bah c'est simple d'office :) Pour ce qui est des câbles, le problème c'est que si je fais un rhéobus, ça veut dire des câbles de ventilos, et ceux des sondes... Ceci dit, en le disant, je me dis que rien ne m'empèche d'avoir une unité dans le PC, d'un format quelconque, et d'avoir l'unité de contrôle externe, et là effectivement, plus beaucoup de câbles à faire passer! Par contre dans ce cas là, je n'utiliserais pas des connecteurs dupont, mais une prise qui fait classe, avec un connecteur métallique!
  6. Conception d'un rhéobus de malade

    Hello! Je me demande si dans un premier temps, je ne vais pas faire un boitier de monitoring externe? D'un autre côté ça ferait beaucoup de câbles... Je suis en même temps en train de réfléchir à reconstruire mon NAS, cette fois à la découpeuse laser, donc il faut que je réfléchisse à l'intégration du bidule :)
  7. Conception d'un rhéobus de malade

    Ah la conso c'est une idée intéréssante! Par contre ça veut dire qu'il faudrait une pince ampèremétrique! Mais je pense que je peux intégrer ça, et du coup avoir la vraie conso et pas un truc estimé en software :)
  8. Salut à toutes et à tous! Certains anciens me reconnaîtront peut-être, d'autres sont arrivés après mes derniers posts, donc petit topo rapide : je suis Inpacticien depuis longtemps, et je fabrique mes boîtiers PC, en bois parceque c'est pratique et pas cher. J'ai fait pas mal de bidouilles à droite à gauche, et sur ce forum j'ai documenté un boitier de NAS noir laqué dont j'étais à l'époque très satisfait. Depuis cette époque, j'ai une imprimante 3D, j'ai accès à une découpeuse laser, je maîtrise OpenScad, très bon pour faire ce type de constructions, et me permettant de faire une conception paramétrique, ce qui en pratique signifie que quelqu'un d'autre peut prendre le fichier, modifier quelques variables, et re-générer un modèle ajusté à ses besoins. Je me suis mis à la robotique, avec par exemple R.Hasika et R.Ian, deux robots open source, grandement fabriqués à l'imprimante 3D, l'électronique étant également assemblée par mes soins. Voici une petite vidéo sur ce robot : Vous me demanderez "oui, c'est bien beau tes trucs là, sky, mais quel rapport avec le sujet?" Ben demandez m'enfin! Non? personne? bon ben je vous dis quand même !! Tout ça pour dire que j'ai progressé dans plein de compétences, et j'ai fait plein de montages divers, par exemple : Ceci est Rlieh, mon contrôleur d'aquarium (cliquez sur l'image pour en savoir plus). Ce bidule allume et éteint automatiquement mon éclairage, surveille la température de l'eau et de l'air, et affiche le tout sur un LCD 4*20 caractères. J'ai fait tout ça en open source et open hardware, donc si ça vous intéresse, regardez le lien pointé par l'image. Le boitier est fait à l'imprimante 3D mais j'aurais aussi bien pu le faire à la découpeuse laser. Vous voyez mieux ou je veux en venir? Toujours pas? On approche! Un écran LCD, des boutons, des températures affichées, le contrôle d'éléments de puissance? c'est les fonctionnalités d'un rhéobus! Ici, j'utilise des signaux PWM pour allumer/eteindre progressivement mes LED, mais ça marcherait aussi bien pour des ventilos! Du coup si je change un peu le bouzin, j'en fais un rhéobus. Le tout ne coûte pas bien cher à fabriquer. Devant la mort de l'écran de mon rhéobus acheté dans le commerce, je me suis dit que : Je peux faire mieux; je peux faire moins cher; je peux faire plus configurable; je peux mettre bien plus de sorties pour ventilos; je peux mettre un gros paquet de sondes de température (pratiquement autant que je veux); je peux mettre un écran LCD de la taille qui me plait; je peux mettre un rétro-éclairage RGB; je peux rajouter un module pour contrôler des LED adressables RGB (éclairage ultra-configurable); je peux ajouter des communications entre le rhéobus et le PC via USB; je peux donc mettre un programme qui récupère les données du rhéobus et fait des actions en fonction de divers paramètres; je peux ENVOYER des infos au rhéobus pour les afficher, et donc mettre le texte que je veux à l'écran, quand je veux. Du coup ce petit projet me trotte dans la tête, et je me suis dit que quand mes enseignements finissent (mes étudiants passent leur exam' terminal dans les deux semaines, à partir de demain), j'ai bien envie de me lancer dans la création d'un Rhéobus de malade. Quand je dis rhéobus de malade, je parle de mettre tous les trucs cools qu'on a toujours voulu avoir dans un rhéobus, mais qu'on avait pas en même temps, ou alors ça coutait 200€ le bidule. Ici, je SAIS que je peux fabriquer ça pour un coût de reviens réduit. Disons que pour environ 20€ je peux faire un rhéobus qui fait ce qui est marqué au dessus, sans problème. Mais, et c'est là que je vous consulte, je me dis, tant qu'à faire, soyons fous, et réfléchissons au bidule ultime! Qu'est ce qu'on pourrait bien rajouter à un rhéobus pour le rendre encore plus cool? Pour l'instant ce que j'ai prévu c'est: grand écran texte; couleur de l'écran réglable; leds RGB réglables individuellement pour les indicateurs; contrôle d'un bon nombre de ventilos, au moins 4, plutôt 8; broches pour ajouter des LED pour éclairer tout un boitier; plein d'emplacements pour des sondes de températures (disons au moins 8, mais pourquoi pas le double, ça ne coûte presque rien de mettre plein de broches, même si on ne s'en sert pas. Et le gars qui veut mettre plein de sondes n'aura qu'a acheter le nombre de sondes qu'il veut!); fonctionnement autonome, alim par molex; si on branche l'USB alors on peut avoir des commuications vers le PC (l'USB est présent de toutes façons); ensemble customisable (façades remplaçables, boitier fait à l'imprimante 3D ou à la découpeuse laser); emplacement pour ajouter un module RTC (permet d'avoir l'heure sans le PC, sans le net, etc); boutons à définir (moi je pars sur des boutons chromés, super classe, mais combien? ou peut être des boutons chromés avec LED intégrés, à réfléchir); Du coup avez vous des idées? si oui, je vous propose de les soumettre ici, dans deux catégories : 1-raisonable : les idées qui sont raisonnables à mettre en oeuvre, par exemple, ajouter des ports USB de charge, des LEDs pour un truc spécifique, etc. Bref, des choses quand même accessible. ça peut être un peu fou, tant que c'est réalisable sans couter une blinde ou sans des techniques de fabrications ultracomplexes 2-dingue : ici les idées les plus folles, que ce soit parceque ça couterait cher à faire, ou alors parceque ce serait complexe. Si ça coute cher et que c'est simple, on pourra de toutes façons faire en sorte que ce soit possible de l'ajouter en option, si c'est complexe mais super cool, on réfléchira à une manière de le rendre réalisable! Quel intérêt pour vous? Mon but n'est pas juste de me fabriquer un rhéobus qui tue, mais plutôt de faire un projet communautaire. Tout ce que je réaliserai sera sous licence libre (open source/open hardware), ce qui signifie que tout un chacun sera libre de fabriquer son rhéobus comme il le souhaite. J'ai une bonne maîtrise des outils de CAD et CAM utilisés pour l'impression 3D et la découpe laser, et je sais faire des fichiers faciles à utiliser. Donc si vous n'avez pas le matos, pas de panique : il suffira d'aller dans un fablab pour fabriquer le bouzin. On y pense pas forcément, mais sachez qu'il y en a presque toujours un pas loin de chez vous. Sinon je pourrai toujours vous recommander des services en ligne de fabrication. Pour l'électronique, on peut faire avec un système de prototypage, quelques soudures, et bingo. Je compte ceci dit designer un circuit, du coup il sera possible d'utiliser les services en ligne de fabrication de circuit pour faire la carte, ou de la faire soi même si on sait le faire (encore une fois, à voir dans les fablabs). Sinon, pour ceux qui ont deux mains gauches, dans le pire des cas, ça ne me gène pas de fabriquer quelques exemplaires, au prix du matos (par contre faudra voir les frais de port, je suis en Guadeloupe, donc c'est pas le top. Peut être que si on fait un envoi groupé, ça peut le faire. Mais bon on en est pas encore là). Bref, j'ai envie de fabriquer un truc made in PCI (ou plutot NXI, j'ai encore les vieilles habitues). Si vous regardez mon projet R.Ian, vous verrez que c'est un robot pas cher à fabriquer, et pensé pour être facile à construire soi-même, et c'est le même concept que je veux reprendre ici. J'ai acquis pas mal d'expérience avec ces projets dans le domaine de la conception de systèmes facile à construire, même par un noob (c'était le but, que le robot soit fabriquable par un débutant). Du coup, j'espère que ce projet bottera quelques personnes, si c'est le cas, n'hésitez pas à participer : -Comment on pourrait appeler ce truc? -suggérez des fonctionnalités, raisonables ou dingues; -si vous avez d'autres remarques ou idées, faites en part! Fabriquons un truc cool, ensembles :)
  9. Intéressant! ceci dit, il me paraîtrait surprenant qu'on puisse faire juste pile 100m, mais pas un peu plus, même en dégradant les performances avec un débit plus faible, surtout qu'il s'agit d'un environnement sans interférences électromagnétiques, et pas "un peu plus". D'un autre coté, ce serait tenter un truc hors spécifications, donc un risque que ça ne fonctionne pas, alors que plus de 100m de fil ont été installés. Toutefois, je pense qu'au pire on peut utiliser du câble ethernet cat 5e, mais pas pour faire autre chose que de l'ethernet, par ex une communication série. Mais dans ce cas la, ce serait peut être intéressant de voir si avec du câble téléphonique basique on ne parvient pas au résultat. Sur les limites des câbles, j'ai été également surpris de voir qu'en 10baseT la limite est aussi de 100m... alors soit ils montent la qualité du câble pour chaque standard pour arriver à 100m à chaque fois, soit le débit n'influe pas sur la portée efficace?
  10. 1000base T c'est beaucoup :) en 100, on peut sans doute aller bien plus loin!
  11. Le plus simple c'est de mettre plusieurs capteurs. Le DS18B20 est très bien pour cet usage, et pas trop cher. On trouve des versions waterproof pour ce genre d'usage. Il y en à très peu cher sur amazon, du genre 10 pour 10-20€. Maintenant, ça vaut peut être le coup de mesurer avant, car il est très probable que la température soit la même à peu de choses près pour ces multiples profondeurs. En effet, sur des distances si courtes, la température du fluide devrait à priori s'égaliser, de plus le courant devrait uniformiser le tout. Cependant, c'est peut être l'occasion de mesurer la température de l'air à côté, du sol sur la berge, etc. Autre possibilité : mesurer le niveau de l'eau. L'eau et l'air seront généralement à des température différentes. Si on connait la température de l'air et celle de l'eau (sonde à des endroits toujouts émergés et toujours immergés), et qu'on place des sondes à des endroits ou l'eau peut monter et descendre, en comparant les températures, on peut déduire de l'immersion ou non de la sonde. Du coup on peut en déduire le niveau de l'eau. Pour le sans fil, il faut bien y réfléchir. Si c'est en ligne de vue, ça devrait être facile. Sinon il faudra plus de matériel. Mais pour chaque répéteur, il faudra penser à une alim supplémentaire, et de quoi recharger les batteries (panneaux solaires, éolienne, etc). Du coup, à voir si ça pourrait être plus rentable de faire passer un câble, quitte à l'enterrer/le passer dans une gaine :)
  12. Effectivement, la lib VUSB est super cool, et dans l'ensemble tout cet écosystème Arduino + libs USB permet de faire des périphériques pour nos chers PC :) J'attends avec impatience de voir la suite de ton projet :) Le mien avance lentement, j'ai fait un montage à base d' ATMega (puce d'Arduino), avec un LCD, un baromètre, un hygromètre, une sonde de température, et un capteur de luminosité. Maintenant il faut que j'en fasse un second qui transmettra d'autres trucs au premier, sans fil :) Je vais cependant voir si je le refais pas avec un ATTiny, car j'ai des 2313, qui ont 17 GPIO (et sont moins chers). Je vais d'ailleurs essayer de bosser un peu dessus pour utiliser le ATtiny comme interface vers divers trucs, par ex, ATtiny+ lcd + boutons, qui formeraient un module. Et du coup un Raspi ou arduino communiquerait avec ce module via un protocole quelconque (I2C?) pour envoyer et recevoir des données. Du coup ça économise des GPIO de l'autre coté... Avec VUSB, ça peut aussi faire un écran LCD USB pour PC, si y'a le bon soft pour envoyer des infos... Et je peux programmer les boutons pour emuler le clavier ou alors exécuter des commandes système... En tous cas, ce qui est chouette dans tout ça, c'est qu'avec le temps, on réalise qu'on peut faire moins cher et mieux que certains trucs qu'on achète :) Je devrais en plus recevoir mon imprimante 3D sous peu, ça va bien m'aider :)
  13. Bonjour! Les solutions "tout fait" sont intéressantes du point de vue "plug and play", et souvent il y a du code déja tout fait avec. Généralement, c'est fait par des équipes, et du coup on a des fonctionnalités avancées facilement. En contrepartie, le coût est souvent élevé. Par exemple, le module "Vera" coûte déjà 179$! De mon point de vue on peut faire un équivalent, exactement adapté à nos besoins, pour bien moins cher. Mais du coup ce qu'on ne paie pas en euros, on le paie en temps et en investissement! Cependant, apprendre des montages de ce genre c'est l'objet d'assez peu de temps finalement, et encore moins avec un coup de main! Pour mes commandes, je commande surtout aux USA (adafruit.com, pololu.com, sparkfun.com, etc), car ils ont TOUT ce que je veux, y compris des trucs que j'ignorais vouloir avant de les trouver chez eux. Les prix sont plus bas, sans compter que le dollar est bas. En revanche, les frais de port sont parfois importants, du coup, je ne fais que de "grosses" commandes. En effet, j'ai constaté que les FDP montent très vite, et le minimum est important. En revanche, ça stagne vers 100$ de FDP. du coup si on commande 400$ de matos, c'est carrément rentable, car en france les 400$ de matériel couteraient sans doute 500€, hors FDP. 400$+100$ de FDP=500$ soit environ 400€. Du coup, c'est rentable :) Sinon pour la France, j'aime bien snootlab, en effet, car ils sont serieux, rapides, et les FDP sont faibles, même vers la Guadeloupe. En France continentale, c'est souvent gratuit. Du coup on peut faire plein de petites commandes :) Pour commencer à "jouer avec les capteurs", ce que je recommanderais ce serait : Arduino uno R3 breadboard câbles mâle-mâle pour breadboard (on peut remplacer par du fil mono-brin gainé , en coupant des bouts et dénudant) câble mâle femelle pour certains composants (ou pour pouvoir les utiliser sans les brancher sur la breadboard) le câble USB type B classique (on en a tous à la maison ^^) des résistances de 150 Ohms (servira pour les LED), et de 4.7KOhms ou de 10 KOhms (serviront pour "lire" des boutons poussoirs, interrupteurs, etc) quelques LED, par exemple rouges, jaunes, vertes en 3mm, ou en 5mm (rouge, vertes, bleues, bien plus puissantes que les autres ...), voire des multicolores (led RGB 5mm, on peut composer la couleur de son choix). Il en existe en 10mm : c'est pareil en plus gros :) Bref, des led, au choix. ça coute pas bien cher pour les modèles simples, et ça permet de mettre de petits indicateurs dans les montages. Facultatif toutefois :) Tout ça fait le pack de base, qui ne mesure rien en pratique, maintenant on peut ajouter des capteurs : bouton poussoir potentiometres rotatifs ou linéaires (c'est pareil du point de vue fonctionnel, par contre les linéaires sont cool, ça fait "vaisseau spatial" :) en revanche, plus chiant à mettre sur une breadboard que l'autre) sonde de température : numérique (DS18B20) , analogique (LM35), numérique et waterproof pour mesurer la température de liquides (DS18B20 waterproof) température et humidité avec le DHT11 ou le DHT22 (pareil en plus précis, et plus cher) pression atmospherique (et température) capteur de distance à ultrasons capteur de luminosité micro pour détecter le niveau sonore détecteur de gaz pince ampèremétrique (mesurer la consommation d'un apareil electrique. On mesure l'intensité avec cet appareil, on connait la tension, et on multiplie les deux pour avoir les watt. Du coup on peut calculer le coût de l'appareil) anémomètre et pluviomètre ... Bref, il y a plein de capteurs, et donc de quoi s'amuser. Il faudra donc choisir en fonction de ce qu'on veut mesurer. Pour commencer, je conseillerais au moins des capteurs analogiques simples, comme la sonde de température LM35 et/ou le capteur de luminosité, qui sont peu chers, faciles à utiliser, et bien pour apprendre à utiliser l'analogique. Le DS18B20 est une bonne sonde de température, précise et fiable, le DH11 est pas mal aussi avec l'humidité en prime pour pas cher. Sinon un composant sympa, c'est un écran LCD, pratique pour afficher du texte (2*16 caractères). ça utilise environ 7 fils en revanche. pour y remédier, il y a ceci, qui permet d'utiliser moins de broches du Arduino (donc davantages sont disponibles pour des capteurs/led/boutons/etc), ou carrément un shield LCD avec tout de préparé. Ceci dit, il ne faut pas avoir peur de la soudure, avec un fer de 20-30W, un peu d'étain, on fait facilement pas mal de trucs. ça s'apprend vite, et ça permet de faire des économies, en prenant des kits :) A bientôt!
  14. Si tu peux gérer la partie électrique, pour l'électro ça devrait rouler sans soucis :) D'autre part, si tu peux réussir à programmer ton attiny depuis le pi, alors en effet, pas besoin de Arduino. Je citais cette solution, car c'est la plus simple, on trouve plein de montages pour faire ça depuis un arduino quelconque, et après on programme dans l'IDE Arduino directement. Cependant, il est effectivement possible de faire de plein d'autres façons, et ainsi de se passer de l'investissement d'un Arduino. Dans ce cas, tu peux très fortement réduire le coût, puisqu'un Attiny + un module radio + un/des capteurs et une source d'alim suffisent. Si tu pars sur des montages en intérieur, alors une alim quelconque avec un régulateur 5V feront l'affaire. Du coup pour un noeud capable d'envoyer/recevoir la température et/ou d'autres commandes revient a environ 2€ pour le ATtiny + 6€ pour le module radio avancé + 3-4 € pour une bonne sonde de température, 1-3€ pour la partie régulation de la tension, et quelques euros pour un transfo pour alimenter le noeud. disons donc environ 10-15€ pour chaque nœud. Dans un premier temps, cela permet déjà de pouvoir faire des tests de portée à faible coût, mettre en place les capteurs, etc. Il faudra probablement faire un réseau ou certains noeuds relaient le signal, par exemple si on a A B et C, avec A et B capables de communiquer, B et C capables de communiquer, mais A et C trop loin, alors faire en sorte que B relaie les messages de A à C et vice-versa. Comme puce, le ATtiny 2313 est pas mal, car il a plein de GPIO et est pas cher. Par contre il n'a que des entrées sorties numériques. Le ATtiny85 à des entrées analogiques également, mais peu de broches. Enfin, il y en a plein, donc sans doute un qui convient. Pour les capteurs, il y a le TMP35DZ de pas cher, ou le LM35 (est-ce le même que le LM335 dont tu parles?), mais j'ai eu des résultats mitigés avec ces capteurs. Le problème est que dans mes tests, j'ai eu quand même pas mal de bruit sur les mesures. En revanche, avec le DS18B20, les mesures sont peu bruitées (de l'ordre de quelques dixièmes de degré tout au plus, contre parfois des mesures aberrantes avec l'autre). Peut être que mon setup était défaillant quelquepart, que la breadboard avec une fuite de courant ou autre, mais tout de même, les capteurs numériques ont fonctionné impeccablement. Pour ce qui est du délai de rafraichissement, avec un DS18B20, on peut avoir une mesure environ toutes les secondes. Avec le DHT11, c'est le même ordre, et le DHT22 2 secondes. Sur les autres, certes, on peut lire la température plus souvent, mais ça n'apporte pas forcément plus d'information. En effet, j'ai expérimenté des changements de température brutaux avec toutes sortes de capteurs, et dans tous les cas, le capteur à une certaine inertie, qui fait que lorsque je change la température de l'objet en contact, il faut généralement quelques secondes pour avoir une mesure stable. Ceci pour TOUS les capteurs que j'ai testés (TMP36DZ, LM35, DS18B20, DHT11, DHT22). D'autre part, si on parle de chauffage, l'inertie thermique d'une pièce est énorme en comparaison de la latence du capteur. Généralement, sur une pièce, on a des changements de température de l'ordre d'un ou deux degrés par période de dizaines de minutes, donc n'importe quel capteur classique devrait suivre. Dans tous les cas, ces capteurs ont un coût faible devant le budget du projet, donc sur le premier nœud, je te recommande de prendre au moins un DS18B20 en plus des capteurs numériques pour tester :) D'autre part, c'est bien d'avoir plusieurs capteurs, afin de pouvoir comparer les mesures : si on en a un seul, on DOIT le croire, si on en à deux, s'ils sont d'accord c'est bien, sinon on ne sait qui croire, et à partir de 3 on peut déjà calculer un "centre de gravité" des mesures :) Maintenant, sur la fiabilité du système, le Pi peut planter, et ça arrivera probablement de temps en temps. Il est sensible aux Interférences Electro-Magnétiques -IEM- (j'avais mis un PI dans le couvercle d'un aquarium que j'ai fabriqué pour contrôler les néons, et faire un allumage automatique. Cependant l'allumage des néons met systématiquement le pi dans les choux), la carte SD peut flancher, si l'alim déconne il va facilement râler, etc etc. Je dis pas que ce n'est pas fiable, mais on peut s'attendre durant la vie du bidule à avoir un problème ou deux. En revanche, un ATtiny ou un ATmega, si le systeme est fait à peu près correctement, ça ne flanche pas. Suite à mon problème d'IEM, j'ai mis un circuit basé sur un ATmega328P (la puce du Arduino), sur une breadboard, avec une alim non filtrée, juste régulée, bref, très basique, qui gère le bouzin. Le pi quand à lui envoie des commandes au Atmega pour lui dire d'allumer/eteindre les relais des néons, et tous sont dans le couvercle. Depuis des mois le Atmega ne flanche pas, et fonctionne parfaitement. Le pi quand à lui ne parvient à fonctionner dans cet environnement :) . Le Atmega est carrément posé sur un des néons, alors que le Pi était shieldé par une plaque d'alu... Du coup, si la centrale ne fonctionne plus, rien n’empêche chaque nœud de continuer à fonctionner, en régulant le chauffage en fonction de la température :) D'autre part, il y a moyen de protéger le système, il y a des mécanismes de gestion des brown-out sur ces puces, mais on peut sans doute mettre un bidule simple qui fait que quand le noeud est HS, il n'envoie pas un signal logique quelconque, et donc que le radiateur se coupe... Je suis parfaitement d'accord avec ton approche, Youri, à savoir que chaque noeud est capable de fonctionner seul, et que le neoud racine permet de configurer les autres, administrer l'ensemble, activer manuellement certaines commandes, centraliser les données, etc. Bref, chaque noeud peut maintenir une tempérautre cible, mais le noeud racine plus intelligent pourrait par exemple donner des ordres différents à tel ou tel nœud pour anticiper une situation, ou pour accélérer un changement d'état, etc... Sur la compatibilité avec les radiateurs, je n'y connais rien, il n'y a pas de radiateurs en Guadeloupe :) ça consomme combien un radiateur? Pourquoi n'est il pas possible d'utiliser des relais? Dans l'ensemble, un capteur externe, ou alors la lecture d'une source données fiable donnant la température externe (la météo, il doit y avoir moyen de récupérer sur le pi les données d'un flux RSS) pour pouvoir anticiper et commencer à chauffer plus tôt par grand froid ou autre... La simplicité d'utilisation, je pense que ça ne devrait pas être un problème, un petit lcd, deux trois boutons, et après c'est juste du code à faire :) Pour l'appli android, même chose, il suffit d'un pi qui écoute sur le réseau local les requetes web, et l'appli andoid n'a qu'a envoyer certaines commandes, avec un simple http post, ça suffit :) La compatibilité avec les maisons, à mon sens, elle vient de la qualité du module radio. LE truc problématique, c'est de faire passer les signaux radio à travers des murs épais blindés de feraille, ou sur certaines distances, ou encore à travers plein de perturbations electromagnétiques. DU coup un bon module radio peut permettre de mieux gérer la puissance d'émission, peut gérer les paquets perdus, le "routage" des paquets, les interférences sur la bande de fréquence utilisée, etc. Le RFM12B fait beaucoup de trucs de ce genre, et il permet de créér des centaines de réseaux de 31 nœuds. on peut donc avoir PLEEEEIN de noeuds qui parlent en même temps sans se gêner, sur des réseaux différents. il y a le RFM22, encore plus riche en fonctionnalités, mais je ne suis pas assez calé en radio émissions pour en connaitre l'intérêt. Sur les options, le capteur de présence, c'est une très bonne idée, d'autant que c'est archi simple, et efficace. Les capteur PIR sont faits pour détecter des humains vivants dans une pièce (ça ne marche pas avec les zombies, sauf s'ils sont encore chauds ^^). Bref, c'est simple à utiliser : il y a un fil "signal" qui est à un quand il y a un humain dans la pièce. ça prend du 5V généralement, et du coup c'est facile à utiliser, il suffit de relier le 5V, la masse, et le fil "signal" sur une broche numérique. SI ça vaut 1, y'a un truc, si ça vaut 0, rien. Il y a généralement un potentiomètre pour calibrer le machin, donc on peut mettre un seuil plus ou moins élevé, pour éviter que le chat fasse sans arrêt des faux positifs. La lumière, c'est également archi-simple, puisqu'il suffit d'un relais. Là encore, une alim, la masse, et un fil. Le fil est connecté à une sortie numérique du ATtiny, et s'il est à 0 le 220V est coupé, s'il est à 1, le 220V circule. (en pratique, c'est légerement plus complexe, il faut une diode anti-retour, mais on peut carrément acheter une petite plaque avec le relais et tout ce qu'il faut pour 2-3€, ce qui fait qu'on envoie juste +VCC, la masse et le signal.). Dans mon cas, c'est ce que j'utilise pour contrôler l'éclairage de mes aquariums. Un atmega contrôle un relais pour allumer/eteindre l'éclairage, avec un bouton pour dire au atmega d'allumer ou d'éteindre l'éclairage "à la main". Le atmega contrôle également des ventilateurs qui refroidissent l'eau, le tout étant fonction de la température de celle ci. Du coup le système maintient une température de l'eau entre 24 et 24.5°C (avec un DS18B20 "waterproof"). Derrière tout ça, un pi s'occupe de dire au atmega d'allumer la lumière à une heure donnée, et de l'éteindre au bout de X heures (paramètres réglables). Si le pi lâche, je peux toujours allumer/éteindre manuellement. Le pi permet aussi de contrôler le tout n'importe ou depuis le réseau. Quand on allume la lumière depuis le pi hors des horaires normales, il eteint la lumière au bout de 15 minutes (réglables) de sorte qu'on oublie pas la lumière trop longtemps. En pratique, certaines problématiques sont très proches. D'ailleurs, je suis en train d’emménager, et je développe un système domotique pour gérer la lumière et la température (avec des ventilos et la clim dans une pièce). J'ai donc exactement les mêmes problématiques que toi, hormis le fait que je doive écacuer de la chaleur/générer du froid plutôt que de chauffer :) j'ai bien l'intention d'en profiter pour faire un système un peu "intelligent", qui sera capable d'anticiper, peut être par apprentissage, les pics de chaleurs, et ainsi parfois ventiler en avance de phase :) Je souhaite donc essayer d'aller loin dans la "sophistication", tout en maintenant une interface simple, à savoir deux ou trois boutons (je pensais à un pour allumer/eteindre le refroidissement, un autre pour la lumière, et un troisième, général. Du coup, si je suis dans la pièce, et que j'ai chaud, j'appuie sur le bleu pour allumer la ventilation, sur le blanc pour la lumière, et quand je sors, je peux carrément appuyer sur le rouge pour tout eteindre, ou tout allumer quand j'y rentre. Mon idée d'interface, c'est qu'un appui long sur chaque bouton déclencherait le mode automatique, avec par exemple l'allumage auto des ventilos au delà d'une certaine température, ou la gestion de la lumière en fonction de l'heure et/ou de la présence de quelqu'un dans la pièce J'ai choisi des boutons lumineux, donc on peut renvoyer un signal à l'usager, par exemple allumé normalement quand le dispositif est allumé en mode simple, un clignotement très léger quand il est éteint (pour voir le bouton dans le noir), et une "respiration" en mode auto (on gère la luminosité de la led en PWM -un effet de ce genre : - ). En tous cas super projet, on va pouvoir s'échanger des astuces :) Qui sait, on pourrait ptet même faire un protocole de gestion ^^
  15. Salut! C'est sans doute possible, mais plusieurs problèmes se posent : -le protocole de communication est il connu (souvent c'est du protocole proprio, même si pas forcément super sécurisé, plein de gens "hackent" ces protocoles et récupèrent les données -quelle est la qualité du capteur dans ce dispositif? Parfois ils mettent un truc tout pourri pour avoir "à peu près" l'information sans dépenser de sous. -quelle portée espérer? sans en connaitre davantage, difficile de prévoir la portée effective du truc. D'autre part, dur de savoir si il sera possible d’accéder à une piste sur le circuit permettant d'ajouter une antenne! Du coup, ça peut marcher, mais il y a plusieurs inconnues dans l'équation. Selon ce que tu souhaites faire, il peut être plus intéressant de partir sur du module "fait maison". Si c'est juste pour mesurer la température extérieure, ça demandera un (ou deux) Arduino, et du coup c'est peut être moins rentable. Mais si il s'agit de mesurer divers trucs, là, ça devient intéréssant. Avec un arduino, on peut aussi programmer (facilement) des puces telles que les ATTiny, qui peuvent servir à contrôler des capteurs, et envoyer les données via un module sans fil. et du coup, on peut fabriquer un module équivalent pour un prix similaire : capteur de température : DS18B20 - http://snootlab.com/34-temperature-humidite (précis, économique et fiable) Une autre solution est le DHT11, un peu plus cher : http://snootlab.com/adafruit/255-capteur-de-temperateur-et-d-humidite-dht11-extras-.html lui rajoute en plus de la température, l'hygrométrie. un microcontrôleur : Un ATTiny, très économe en euros et en énergie : http://snootlab.com/arduino/536-atmega-84-support-dip14-fr.html OU des composants pour fabriquer un Arduino "maison" : http://snootlab.com/composants/107-kit-arduino-standalone.html OU la puce seule : http://snootlab.com/arduino/34-atmega-328.html + quelques condensateurs OU un Arduino classique (plus cher, et consomme davantage, les solutions au dessus sont préférables) http://snootlab.com/arduino/142-arduino-uno-rev3.html Pour programmer le ATTiny ou les Arduino "home made", il faudra disposer d'un Arduino normal, ou de ce composant : http://snootlab.com/arduino/127-adaptateur-usb-to-serial.html Un module de communications sans fil : récepteur + emetteur (le plus économique, mais le plus basique) OU deux modules sans fil bidirectionnels (plus cher, mais BIEEEEN plus complet, et avec un troisieme module, on peut connecter un autre appareil de mesure, et ainsi de suite) Une source de courant : un truc du genre + des piles ou batteries AA OU une batterie LiPo + un chargeur OU une batterie LiPo + un autre chargeur (solaire) + un panneau solaire Un régulateur de tension 5V, par exemple, celui ci, très bon et efficace pour une utilisation sur batterie, mais un LM7805 fera l'affaire pour bien moins cher (mais moins efficace, il gaspille plus d'énergie, donc moins d'autonomie. Cependant, avec un panneau solaire de 2W on recharge plus vite le module qu'on ne dépense l'énergie!) Avec tout ça, on peut, selon les options faire un truc d'un coût proche (hors coût du Arduino ou de la carte de programmation), ou plus cher, mais plus performant, extensible, etc... Les liens que j'ai mis ne sont pas les moins chers du monde, mais c'est un vendeur en france, serieux et rapide, et pour ce projet on peut presque tout prendre chez eux. Le projet peut sembler légèrement complexe de prime abord, mais c'est réellement l'affaire d'une après midi, et on peut fabriquer un bidule qui peut rester dehors pendant des semaines sur sa batterie, ou des années si on rajoute le paneau solaire. L'avantage de cette approche,c'est qu'il devient possible de rajouter l'hygrométrie avec le DHT11, mais on peut aussi en rajouter un à l'intérieur sur le Arduino/raspberry pi qui reçoit les données pour avoir aussi la temp et l'hygro intérieure, mais on peut aussi rajouter la pression atmospherique, la température de liquides, la force du vent, la pluviométrie et la direction du vent, le débit d'un liquide, la luminosité, les gaz dans l'air, ou encore plein d'autres trucs... Une autre solution possible, c'est de mettre un pi près de la fenêtre, un thermometre à l'extérieur, et une webcam qui filme celui ci. On peut alors avec le pi voir la température en analysant l'image :) Enfin bref, si tu veux un coup de main sur tout ça, n'hésites pas, j'ai justement un projet de station météo en cours :)
×