Jump to content

numerid

INpactien
  • Content Count

    14
  • Joined

  • Last visited

About numerid

  • Rank
    Ewok

Recent Profile Visitors

225 profile views
  1. Moi aussi j'ai travaillé dans la presse. Justement ça fait plus d'un an que le magazine est financé. Il y a très largement eu le temps de payer des gens pour faire une maquette et, vu que ça fait plus d'un moins qu'ils ont choisi les articles, ils ont eu, encore une fois, largement le temps de le mettre en page quitte à adapter un poil la maquette. Ça sent le "ya plus de sous pour le magazine".
  2. Expliqués, vite dit, ils ont donné une excuse très vague et seulement dit "voilà on a fait le tri des articles". Depuis, plus rien. Mettre en page un magazine quand tu as le contenu, ça ne prend pas des mois. On aimerait bien avoir une date d'expédition puisque le contenu est bouclé depuis plus d'un mois.
  3. La "reprise en main" de Teuf c'est du pipeau. Cela fait tout de même quelques mois justement que ça grogne à ce sujet. Il sait donc qu'il fallait faire quelque chose. Ce n'est pas maintenant en quémandant de l'argent qu'il doit faire amende honorable. D'ailleurs je trouve cette demande d'argent louche. Ça sent l'argent du crowfunding dépensé à autre chose et plus de sous pour payer le magazine :-(. Pour le reste, moins d'articles en période de vacances, ça ne choque pas.
  4. Les réponses ne sont pas satisfaisantes, elles sont seulement vagues et imprécises et c'est un peu du foutage de gueule.
  5. Tout à fait. On comprend le retard mais pas l'absence de communication.
  6. C'est parti pour au rythme où on n'a pas ni info précise, ni date ou période de parution.
  7. L'année de retard est dépassée il me semble non ?
  8. Personnellement, je serais la rédaction de Next-Inpact, soit j'abandonnerais l'idée d'attendre qu'il n'y ait plus de gros dossier pour boucler la version papier vu que les gros dossiers ça arrive tout le temps, soit j’essaierais de trouver des excuses plus convaincantes et donnerais des dates, soit, ben j'annoncerais que vu le temps que ça a trainé, il n'y a plus de sous pour le papier. Passons. Donc ? C'est un peu comme le Brexit :-( chaque fois que la rédaction daigne s'exprimer sur le sujet, rien n'a bougé. On nous ressert toujours le même plat avec des virgules pas au même endroit histoire de faire semblant que ça a bougé.
  9. Je plussoie. Des vraies informations seraient bienvenues plutôt que ce brouillard.
  10. Surtout des gros papiers ça arrive tout le temps. Donc reculer la sortie du magazine sur ce prétexte c'est un peu facile.
  11. Je dois dire que je perds aussi patience. Et je répète, sauf plus ample informé, ce retard n'a aucune raison et j'ai donc l'impression que le projet est en tellement basse priorité que plus bas il n'y guère que la fosse des Mariannes. Et, oui, le milieu de la presse et de l'édition je connais bien aussi de l'intérieur. Soit dit en passant, trouver un graphiste professionnel indépendant pour mettre en page le magazine n'est pas le plus difficile.
  12. Le déménagement et le projet Inpact Hardware sont arrivés après le lancement du projet Magazine et bien après son financement. Les excuses sont donc un peu faciles. Par ailleurs, pour lancer la campagne de financement, il a bien fallu faire un budget préalable, donc avoir des estimations des coûts, donc contacter des prestataires. Bref, ça c'était déjà fait. Le contenu du magazine avait déjà été élaboré en grande partie (ou aurait dû). Je peux admettre que la rédaction attendait la rencontre de novembre avec ses lecteurs pour peaufiner le contenu du magazine et changer deux ou trois trucs, mais pas pour le faire. Et tout ça ne nous mène pas à la fin de ce mois de mars sans magazine ni aucun délai de parution annoncé. Ce qui m'ennuie aussi c'est qu'il a fallu pleurnicher pour avoir des informations qui n'apportent rien de concret (on n'a pas eu le temps, on est débordé, on ne savait que c'était autant de travail, promis on vous dira l'avancée des travaux tous les quinze jours mais on ne sait toujours pas quand ça va paraître) et qui, de mon point de vue, sont à la limite du foutage de gueule. Moi je veux qu'on me dise : ça c'est fait, on envoie ça à l'imprimeur à telle date, expédition prévue vers telle date. Les atermoiements ne m'intéressent pas. Si c'est pour avoir dans quinze jours "ah ben là on n'a toujours rien fait parce qu'il y a eu tel salon, parce que le type qu'on voulait interviewer s'est reconverti dans l'élevage des escargots et parce que l'imprimeur pressenti est mort de vieillesse entretemps", je ne vois pas l'intérêt. J'ai l'impression que le magazine est passé en (très) basse priorité.
  13. En l'espèce il s'agissait de faire "rapidement" une annonce sur l'état du projet qui, je le pensais tout au moins, devait être fort bien avancé au moment du lancement de la campagne. Pour tout dire, s'agissant d'un projet éditorial, quand ce genre de campagne est lancée c'est, généralement, une forme de souscription pour payer la réalisation matérielle d'un projet abouti qui ne demande qu'à être concrétisé. Personnellement, je trouve que plus d'un mois et demi d'attente simplement pour une annonce sur l'état du projet ce n'est pas rapidement et c'est un peu se moquer du monde.
  14. Juste pour savoir, dans cette phrase du 1er février 2019 : le mot "rapidement" signifie quoi exactement ? A priori pas "très vite" ou "dans pas longtemps" étant donné qu'il n'y a pas eu de nouvelles concernant ce magazine depuis. Ce serait bien d'en parler un peu, non ?
×
×
  • Create New...