Jump to content

Starry

INpactien
  • Content Count

    18
  • Joined

  • Last visited

About Starry

  • Rank
    Ewok
  1. Ou quand le personnel de la fourrière était payé à rien foutre. Edit : Francois Hollande et la dette publique
  2. Juste une question : expliques-moi comment ton vote peux changer quelque chose si les candidats autorisés à se présenter défendent tous les mêmes intérêts ? Ce n'est pas parce que tu as le choix de voter pour les candidats qu'on te présente que cela signifie que tu n'es pas dans une oligarchie. Quoi qu'il en soit tu n'es pas dans une démocratie puisque tu n'es qu'un simple électeur. Autre question : en quoi était-il rationnel pour la France d'avoir abandonné le droit régalien de création monétaire depuis 1973 ? Autrement dit, quel intérêt y a-t-il pour un Etat souverain, qui peut s'autofinancer en se faisant des prêts gratuits à lui-même, d'aller emprinter coûteusement (à cause de l'usure) de l'argent dont il a besoin sur les marchés fianciers au risque de devenir la proie de ses créanciers s'il n'est pas en mesure de les rembourser ? Le fait que l'UE interderdise également aux Etats membres de s'autofinancer via leur banque centrale montre qu'elle sert les intérêts de ceux qui son en mesure de prêtter de l'argent aux Etats (article 104 du traité de Maastricht et article 123 du traité de Lisbonne), c'est-à-dire essentiellement les banques privées et les riches. Ce n'est donc pas un hasard si l'on retrouve la très controversée banque d'affaires "Government Sachs" - impliquée dans la crise des subprimes en escroquant ses propres clients et dans le démarrage de cette "crise" de la dette - aux commandes de la BCE, de l'Italie (sans l'élection de Mario Monti) et de la Grèce (sans l'élection de Lucas Papadémos), mais aussi au ministère des finances US sous W. Bush (Henry Paulson, ex PDG de Goldman Sachs) et Obama (Timothy Geithner, ex PDG de Goldman Sachs). Tu ne prends donc pas en compte les notions d'influence, de réseau et de conflit d'intérêts dans ton analyse. Il paraît logique qu'à partir du moment où L’État a abandonné la création monétaire, il soit désormais impossible de financer l’État providence. A qui la faute ? Par contre, je ne me souviens pas que les électeurs aient votés en 1973 pour cet abandon, ni qu'on ait les averti que le traité de Maastricht, le Traité constitutionnel rejeté démocratiquement par référendum et ratifié par nos soi-disant représentants politiques en tant que Traité de Lisbonne, interdisaient aux États de pouvoir s’autofinancer par la création monétaire. Je ne me souviens pas non plus qu'on ait demandé aux Français de se prononcer sur le traité établissant le MES (ex FESF) après leur avoir expliqué qu'il légalisait le racket bancaire de la France. En outre, sache que lorsque la loi de création de la Réserve Fédérale (banque privée détenue par douze banques commerciales) fut votée aux États-Unis en 1913, l'impôt sur le revenu, qui n'existait pas jusque là, a été créé la même année afin de payer le service de la dette. Cela signifie que les Américains bossent pour la FED comme au temps des serfs. En France l'impôt sur le revenu sert également a payé le service de la dette alors que si nous n'avions pas abandonné la création monétaire, cet argent aurait pu service à des choses constructives. Voilà où mène le système que tu défends. Deux vidéos en bonus. French American Foundation
  3. Je n'arrive pas comprendre comment tu fais pour croire encore en des soi-disant représentants politiques qui nous ont surendettés sur le plan national (en raison de leur incompétence dans l'hypothèse la plus favorable) et qui vont ruiner des centaines de millions de personnes lorsqu'on les associe à leurs homologues européens et américains et japonais. J'avoue que cela me sidère. Qu'on ne sache pas que l'UE interdit la création monétaire aux États peut se comprendre. Par contre, supporter ses propres bourreaux n'a définitivement aucun sens.
  4. Le professeur d'économie Etienne Chouard, qui fait la distinction entre le gouvernement représentatif et la démocratie, met en évidence les mécanismes qui nous ont conduit au surendettement des États et propose des solutions. Site web : http://etienne.chouard.free.fr/ Synthèse : http://www.le-message.org/ http://www.youtube.com/watch?v=oNod_lhjpOs http://www.youtube.com/watch?v=j_3PKx-LFn4 Autres conférences de Etienne Chouard : Les enjeux de la creation monétaire et Le tirage au sort comme bombe politiquement durable contre l'oligarchie avec la rédactrice du magazine Bilan Myret Zaki qui explique comment et pourquoi la crise grecque a débutéL'abandon de la création monétaire Article 25 de la loi n°73-7 du 3 janvier 1973 sur la Banque de France : Le Trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l'escompte de la Banque de France. Article 104 du Traité de Maastricht repris par l'article 123 du Traité de Lisbonnes : Il est interdit à la BCE et aux banques centrales des États membres, ci-après dénommées «banques centrales nationales», d'accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions ou organes de la Communauté, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres; l'acquisition directe, auprès d'eux, par la BCE ou les banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite. Le Mécanisme Européen de Stabilité Le parlement a ratifié le traité établissant le MES qui est une institution permettant de racketter sans limite les États tout en bénéficiant de l’immunité judiciaire : http://blog.crottaz-finance.ch/?p=8304 Olivier Delamarche parle du MES (ex FESF) sur BFM Business : http://youtu.be/0emH-B9UXNw?t=6m9s
×
×
  • Create New...