Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'Google'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Matériel et Conseils d'achat
    • Ordinateurs de bureau et Composants
    • Ordinateurs portables
    • Conseils d'achat
  • Ajustements et Personnalisation de PC
    • Surcadençage
    • Refroidissement à air et à eau
    • Personnalisation de PC
  • Systèmes d'exploitation
    • Microsoft Windows (Mobile)
    • Apple MacOS et iOS
    • GNU/Linux, *BSD et dérivés d'UNIX
  • Réseaux et Programmation
    • Réseaux, Internet, Téléphonie et Services en Ligne
    • Nuage (cloud) et Services en ligne
    • Programmation et Lignes de code
  • Multimédia
    • Jeux vidéo, Consoles, Rétrogaming et Jeux occasionels
    • Mobilité et périphériques portables
    • Audio, Vidéo, Photo et Créations
  • Au pays de l'occasion
    • Achats, Ventes et Estimations
    • Retours d'expérience
  • INpact Café
    • Débats et Discussions
    • Espace Détente
    • Projets personnels et Gestion communautaire
  • Vie du site et du forum
    • Vie INpactienne
  • Les Nintendomaniacs's Switch
  • Les Nintendomaniacs's 3DS
  • Les Nintendomaniacs's Consoles virtuelles
  • Les Nintendomaniacs's Anciennes consoles
  • Les Nintendomaniacs's Amiibo
  • Hardware PC's CM
  • Hardware PC's CPU
  • Hardware PC's GPU
  • Hardware PC's RAM
  • Hardware PC's SSD/HDD
  • Hardware PC's Boîtier & Co
  • Hardware PC's Écran
  • Hardware PC's Clavier/Souris
  • Hardware PC's Réseau
  • Final Fantasy XIV's Discussions
  • Skyrim's Modding : how to et principes de base
  • Skyrim's News, discussions et partage de connaissances
  • Skyrim's Les perles du Nexus et autres ressources
  • DIY or Die !'s Maquettes et Modélisme
  • DIY or Die !'s Electronique
  • Kerbal Space Program Vers l'infini enfin si on décolle !'s Bien débuter
  • World Of Warcraft (actuel/classic)'s Sujets
  • Microsoft Fly Simulator's Votre matos
  • Microsoft Fly Simulator's Vos voyages!
  • Microsoft Fly Simulator's Discussion libre

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


Found 3 results

  1. Bonjour à tous, C'est mon premier message sur le forum même si ça fait bien longtemps que je suis inscrit... J'espère ne pas être hors sujet avec cette demande ! Je vous contacte à propos d'un ami qui a n'a plus accès à son compte Google et est complètement désespéré (15 ans de mails, photos, contacts, agenda, etc.). Il a déjà fait un certain nombre de recherches et de tentatives, moi aussi, sans piste concluante. En dernier recours je me dis que vue la population technophile qu'on peut trouver ici, ça parlera peut-être à quelqu'un, voire même je peux toujours rêver en espérant trouver quelqu'un de chez Google qui pourrait m'aider ? Quoi qu'il en soit, cet ami a "bloqué" (ce n'est pas vraiment le bon terme) son compte en essayant de se connecter à Gmail depuis son PC du boulot. Comme c'était un nouvel emplacement, nouveau périphérique, etc. ça lui a demandé un code de confirmation, jusque là rien de bien exceptionnel... Sauf qu'il n'a jamais pu accéder à sa boite mail, car visiblement tous ses accès ont été coupés (en particulier le lien avec son téléphone sous Android). Maintenant lorsqu'il essaye de se connecter à son compte, on l'informe qu'une activité inhabituelle a été détectée et qu'il doit valider quelques étapes : 1. saisie du mot de passe => OK 2. réponse à ses questions secrètes => OK 3. envoi d'un mail à son adresse de récupération (l'adresse est masquée en partie, il faut la saisir) => OK 4. une fois le mail reçu, il y a un lien qui conduit à cette page : https://accounts.google.com/speedbump/idvreenable/sendidv, qui demande de saisir un numéro de téléphone pour l'envoi d'un code de validation => KO Quel que soit le numéro de téléphone renseigné, il a toujours la même erreur : "Ce numéro de téléphone a déjà été utilisé de trop nombreuses fois à des fins de validation". Il a essayé avec son propre numéro, celui de sa femme, sa belle-mère, mon numéro, un numéro de téléphone fixe, etc. toujours le même résultat... Il a bien entendu essayé de récupérer son compte via la page dédiée (https://accounts.google.com/signin/recovery), mais à chaque fois ça finit par l'étape de la saisie du numéro de téléphone avec le même résultat. 😟 Pour vérifier que son compte n'aurait pas été piraté, on a utilisé la fonction "Trouver votre adresse e-mail" en utilisant son email de récupération => le compte est bien trouvé (donc si réellement piraté, l'email de récupération n'a pas été modifié, c'est étrange...). Son téléphone était aussi lié à son compte, mais il a été déconnecté, donc son numéro n'est plus reconnu. Pour info aussi j'ai lu sur TechCrunch (https://techcrunch.com/2019/02/01/how-to-recover-quickly-if-you-get-locked-out-of-google) qu'en ouvrant un compte GoogleOne (payant), on peut bénéficier d'un support téléphonique, mais comment ouvrir un compte s'il ne peut pas se connecter à son compte ?! 🤔 Tout ça est un peu long, mais je préférais donner un maximum de détails. Comme je le disais au début c'est un dernier recours, mais peut-être que ça parlera à quelqu'un... Merci d'avance pour votre aide !
  2. Hello à tous, C'est un sujet a polémique, un torchon qui brule et consume un lien délicat entre la Presse traditionnelle française et les Moteurs de recherche, mais aussi un feuilleton en plusieurs saisons pouvant faire facilement de l'ombre a Plus Belle La Vie : Google abuse la Presse Française ! Dans la dispute, la presse reproche le vole de son contenu par le géant de la recherche ; tandis que l'autre se défends dans son rôle de moteur de recherche. Mais c'est quoi le problème dans ce couple là ? Qu'est-ce que la presse reproche exactement a Google ? Et alors que nous, INpactiens, nous cantonnons à nous gausser de la presse traditionnelle, accompagné d'un regard réprobateur envers ces institutions d'un certain âge, est-ce que nous avons bien compris le sujet ? Est-ce que nous ne serrions pas finalement aussi aveugle que ceux que l'on reproche ? Exercice de synthèse. Droits voisins : Google ne bafoue pas la loi — NextInpact, octobre 2019 La perche était la depuis le début, et la réaction de Google pour moi aussi, est sans surprise. La Presse est à la recherche de revenus et ne pensait pas le géant de la recherche irai se démembrer de ses fonctions. Pourtant, il me semble logique que Google se pénalise lui-même, mais dans une bien moindre mesure. Brève histoire de la crise de la presse Si ma dernière phrase vous questionne, je vais quand même faire une mise en contexte. Quand on parle de la presse, on parle en fait d'une presse très spécifique : La Presse Quotidienne Nationale (PQN). Les autres formes de presse, en particulier la Presse Gratuite et la Presse Spécialisée sont en fait peu concerné par la crise. Tel que je la perçois, cette crise existe depuis presque 15 ans et est, je pense, issue d'une multitude de facteurs. Crise de la presse quotidienne française — Wikipédia, septembre. 2019 Selon Wikipédia, la crise est issue : d'une érosion du lectorat (selon moi) Nourrie par une méfiance des contenus produits et de la neutralité des éditeurs (Clientélisme, Propagande) D'une évolution des modes de consommation de l'information et de la culture d'une concurrence des autres formes de presse Dont la presse gratuite et financée par la publicité Dont la presse en ligne Dont les réseaux sociaux et des blogs de l'évaporation des ressources publicitaires classiques des contraintes économiques propre à la presse (structurelle, lié a l'impression, la masse salariale, la distribution) C'est intéressant de noter que dès 2010, la manière traditionnelle de faire de la presse commençait à ne plus être en face des usages. La question de la manière de consommer la presse naissait, sans que l'on en connaisse encore bien la forme : Crise de la presse: comment fut loupé le virage du numérique — Médiapart, janvier 2011 On note que la presse traditionnelle est trop préoccupée à survivre dans son format d’antan pour se questionner à chercher de nouvelle formes de revenus contemporains. On peu dire qu'elle se condamne elle même ainsi, en ayant peur de faire une transition qu'elle n'arrive pas à projeter : En quoi doit-elle se transformer pour survivre? Et quel modèle économique : Publicité, Abonnement, Investissement, Financement publique ? Distribuer la presse en ligne Alors que florissait sur le jeune web, une presse spécialisée baignant dans le milieu qui l'avait vue naitre, et qui n'avait pas les couts de l'impression et de la distribution sur le territoire pour survivre ; la presse traditionnelle doit faire face à la migration de ses lecteurs vers les formats dématérialisés. La presse spécialisée, peu nombreuse, pouvait profiter de la force des moteurs de recherche pour gagner en visibilité. Pour la presse traditionnelle, la migration est plus compliquée : Les sites web sont peu vecteurs de clients et couteux. Et les usagers ne se fidélisent pas, ils picorent le contenu qu'ils ont cherché sur un moteur. Très vite, des agrégateurs de niouzes sont créé par les moteurs de recherche afin d'exposer l'actualité. Google News apparait en 2009 en France. Accord Google: l'aveu de faiblesse de la presse — Médiapart, février. 2013 L'un des points qui fait débat, c'est le pouvoir, le contrôle et l'influence de Google exerce sur l'accès et la consommation de la presse en ligne, et ainsi, directement sur les revenus de ces derniers. En effet, en proposant des algorithmes pour afficher du contenu a ses lecteurs, Google contrôle la distribution des articles et exerce un filtre sur l'information que les média ne peuvent influencer ni comprendre : L'algorithme est privé et piloté par Google uniquement. Au point que Google tente même de fournir un moyen d'abonnement à ses partenaires : Presse en ligne : Google met fin à « First Click Free » et veut faciliter l'abonnement — NextInpact, octobre 2017 De ce point de vue, c'est plutôt logique que la Presse essaye de faire valoir que Google est bien plus qu'un index du web, mais a en fait le potentiel pouvoir de manipuler l'information, voir d'appliquer une censure qui lui es propre. C'est pour cela que la presse est aussi remontée contre Facebook et autre réseau sociaux : Leur manière de montrer l'information peux relever d'une forme d'éditorialisation du contenu. Mais ça n'est qu'une partie du problème : Le partage des revenus Si la presse est si énervée que l’Europe ne les couvrent pas d'avantage, ça n'est pas parce que Google ne leur fait pas assez de publicité, ni que les extraits d'actualités soient une forme d'abus du droit d'auteur (L’AFP traîne Google devant la justice américaine — ZDNet.fr 2005), ni même que les extraits d'actualités réduisent le trafic sur les sites des Presses, et donc leur revenues publicitaires propres ; mais parce Google se fait beaucoup d'argent en exerçant sa fonction de régie publicitaire, en générant des profils d'utilisateurs issue de nos usages qu'il revends à des régies publicitaires, mais aussi en affichant des publicités sur ses propres outils. Google made $4.7bn from news sites in 2018, study claims — The Guardian, juin 2019 Taxe pour la presse : Google n'est pas une vache à lait selon le Geste — Next Inpact, 2012 Ce que la presse à du mal a accepter, c'est donc cette différence de revenues affiché par un géant ayant une place prédominante dans l'accès au web et à la presse en ligne et leur propre revenue qui est issue d'une méthode dont ils ne sont pas les experts : la publicité en ligne. Reprenons : Originaires d'un modèle a abonnement payent, la presse traditionnelle doit s'adapter a un modèle conçu pour une consommation gratuite (financé par la publicité) Modèle lui-même contesté par les consommateurs saturés de "SEO (search engine optimisation), de mitraillage de millions de cookies sur les écrans des lecteurs, d’implantations de boutons de partage" et plus simplement de publicité intrusive, dont les ads-blocks asphyxie les éditeurs, mais pas les diffuseurs Les solutions alternatives sont encore peu accepté par les internautes et seuls des cas marginaux (Médiapart) ou des marchés de niches survivent (Arrêt sur Image) Ainsi, la presse observe les revenues que leurs contenus génèrent dans leur ensemble, c'est à dire sur toutes les plateforme, en incluant les réseaux sociaux : On n'arrête pas l'éco — France Inter, octobre 2019 Et Google de défendre sa position : Pliez ou disparaissez : l'ultimatum de Google à la presse européenne — Marianne, septembre 2019 Je vous disais plus haut que Google se coupait un doigt en faisant ce choix : En étant forcé de réduire le confort d'utilisation et l'expérience utilisateur de ses produits, il prends le risque de voir partir une partie de son trafic et donc de ses revenus. Mais finalement, cela concerne la France, et seulement la presse qui refuse la diffusion d'extraits, Google peut essayer de mitiger les effets négatifs de la loi et de sa décision. Comment rebondir ? Pour conclure, j'aimerais pointer du doigt l'évolution de ma perception de la problématique : D'un coté, je trouvais que la presse exagère de réclamer encore et encore de l'argent, soit par l’intraveineuse que sont les subventions de l'Etat ; soit en osant réclamer de l'argent à son principal distributeur. Comme beaucoup d'entre vous : Et c'est logique : La presse est très loin d'être irréprochable, et on ne voie pas la valeur ajoutée ni la "qualité" quand un journal ne reprends que des faits d'actualités et des articles d'AFP, voir des nouvelles de Twitter. On ne peux être que fâché lorsque la presse produit de la publi-rédaction, oriente les débat et l'information et qu'elle pratique le clientélisme. On lève aussi un œil méfiant lorsque ils nous assurent nous protéger contre les fakes news, connaissant leur passé contestable : On n'arrête pas l'éco — France Inter, octobre 2019 Mais d'un autre côté, c'est important de voir le problème de la distribution d'argent dans son ensemble. Je n'aime pas faire les comparaisons, mais je serais ravis de débattre de la validité de celle-ci : Comme pour le Lait, il s'est avéré que les Distributeurs et les grandes surfaces prenaient une part non négligeable des revenus de la vente du lait aux utilisateurs finaux ; en dépit des éleveurs qui n’en récupérait que les miettes. Il était alors urgents de renégocier le prix du lait et la redistribution des revenues entre tous les acteurs. De ce point de vue, il est logique que Google et les autres diffuseurs aident aussi la presse financièrement, c'est elle qui produit le contenu. "Ok Google, écouter l'actualité." Ce que je voulais dire dans la sections précédente, c'est que j'ai fait évoluer mon point de vue en me renseignant, et que j'espère faire aussi évoluer le votre avec ce que j'ai apporté. Mais je sais que même ainsi, je ne vois peut-être pas l'affaire dans son ensemble ; et là, j'aimerais bien aussi avoir vos points de vue. Si vous n'êtes pas d'accords avec moi, en quoi ? Pensez-vous que j'ai mal interprété une situation ? Pour conclure, j'aimerais présenter quelques perspectives : Celle de reprendre le contrôle de la distribution de l'information en France, celle d'oser les nouveaux formats d'abonnement et celle de valoriser de la qualité du traitement de l'information. En fait, celle qui est de dessiner le futur de la consommation des médias AVANT que Google ne le fasse. Celle aussi d'une nécessaire mutation de la presse dans son ensemble. Une transformation des segments (presse quotidienne, spécialisée, hebdomadaire) qui sur le support papier sergmentait une forme de financement, vers un autre découpage, par exemple : Une presse d'enquête, de fond nécessairement couteuse ; et une presse du relais de l'information, gratuite et financée par la publicité.
×
×
  • Create New...