Jump to content

Archived

This topic is now archived and is closed to further replies.

Recommended Posts

Présentation FreeBSD

mise à jour le 24/02/2005

Index

...................o Liens et licence. Avertissement de ma part.
......................................Où trouver les informations utiles ?

...................i Description de l'OS des origines à nos jours.

...................ii Compatibilité matérielle.

...................iii Avant l'installation.

...................iiii Démarrage de l'installation: commencer.
......................................Le choix du clavier par défaut
......................................Le gestionnaire de multiboot de FreeBSD
......................................Le choix de la partition, configuration et partitions recommandées

...................v Installation de base.
......................................A quoi sa sert? Qu'est ce qui est installé?
......................................De la nécessité d'avoir les sources du système.
......................................Le net, la souris, les utilisateurs , le mot de passe root et un raton-laveur.

...................vi Première Configuration du X. Installation des programmes disponibles sur le CD.

...................vii Redémarrage.
......................................Configuration post-installation
......................................Acces root
......................................Acces au Gestionnaire de Bureau
......................................(Re-)configuration du X

...................viii Les différentes versions de FreeBSD Et la configuration du système
......................................Le make.conf
......................................Le Fichier de configuration du noyau MONNOYAU
......................................Les modules (5X)
......................................La compilation du noyau. pour avoir le son
......................................Le réseau Cas des cartes réseau non reconnues.

...................viiii Les logiciels. La mise à jour des sources du système et des ports.
......................................Installer un logiciel.
......................................Mettre à jour les sources et l'arbre de portage (synchroniser avec le serveur ftp de FreeBSD)
......................................Mettre à jour l'ensemble des logiciels installés
......................................Régler quelques erreurs courantes sur l'installation ou la mise à jour
...................x Résumé des éléments post-installation. Optimisation du système

Et enfin:

Synopsis de l'installation
Juste pour se rappeler quelles sont les étapes.

quelques petits trucs sympas

:arrow: Acces à la complétion des noms pour l'utilisateur
:arrow: FreeBSD en Français... pour tous les programmes compatibles
:arrow: Le Gestionnaire de Demarrage Graphique
:arrow: Le choix entre plusieurs bureaux durant le démarrage graphique
:arrow: Le verrouillage du pavé numérique à l'ouverture de session:
:arrow: Graver une image iso sur votre graveur:
:arrow: Réinstallez le Gestionnaire de Boot FreeBSD (MBR)
:arrow: Régler l'heure du système à l'heure locale.
:arrow: Une succinte présentation de vi
:arrow: quelques pistes pour l'avenir

Share this post


Link to post
Share on other sites

Présentation.

capture6vq.png

FreeBSD est un système d'exploitation, comme Debian, Gentoo, Microsoft Windows ou Mac Os X.

Il est léger, paramétrable , et il intègre tous les outils nécessaires à la réalisation de serveurs ftp, http, mail, ou de systèmes de fichiers Samba.

Sa robustesse fait qu'il est utilisé par les ordinateurs réclamant le plus de ressource.

Il est 100% compatible avec la licence GPL, et les programmes écrits sous licence FreeBSD peuvent être utilisés par les distributions sous licence GPL.

Il intègre des outils de développement, des programmes, et permet de faire fonctionner des programmes Linux directement.

Il offre plus de 12300 logiciels portés, permettant de trouver tout ce qui est nécessaire à la presque totalité des besoins.

Si vous êtes intéressés lisez attentivement le chapitre liens et Licence, et surtout, récupérez le Handbook pour être sûr de ce que vous faites.

L'idéal est d'avoir un ordinateur avec le Handbook ouvert à proximité, même s'il ne dispose pas de connection internet, ou acheter le livre de référence de FreeBSD.

o Liens et licence. Avertissement de ma part.

-Ce document est le résultat d'une rencontre d'une personne qui n'est pas programmeur avec un système d'exploitation. Il se veut un suivi d'une installation mais ne peut en aucune façon remplacer le Handbook.

Rappelez vous que beaucoup de questions que vous vous posez trouvent naturellement leur réponse dans le handbook.

-Je vous averti que vos données personnelles sont fragiles, pensez à en faire une sauvegarde avant de toucher à votre ordinateur.

Une mauvaise manipulation peut rendre des fichiers inutilisables, une table de partitions mal écrite, et vous formatez la mauvaise partition.

De plus, avant de commencer à installer, vérifiez bien que vous disposez des drivers réseaux pour votre carte: peu de matériel est incompatible, certains nécessitent toutefois des versions particulières non présentes sur le CD, comme par exemple les drivers pour carte réseau NVidia, ou certaines cartes wifi.

Ceci est valable quelque soit le système d'exploitation, quelle que soit la distribution que vous installez.

Je vous averti aussi que si vous aimez trifouiller les PC et les logiciels, vous allez aimer (après, ça marche tout seul).

Les liens:

Obligatoires:

Le Handbook en pages html multiples

le même en page unique (utile pour télécharger et consulter sur un ordi non connecté).

Et comme certains passages ne sont pas traduits, la même en anglais:

pour lire les passages non traduits

Necessaires:

Le site de référence

Ressources pour les débutants

http://www.freeBSD-fr.org

http://www.fr.freeBSD.org/fr

Les mises à jour des logiciels portés

Les logiciels portés

un site avec des trucs sympas

le même orienté débutants

Forum de dicussion francophone autour de FreeBSD

là c'est des pros

et les liens redondants. :transpi:

Forums anglophones

Le mini-Howto Linux-FreeBSD

utiles:

Gnome pour FreeBSD

KDE pour FreeBSD

Comparaison des commandes administratives des OS de type Unix

moteurs de recherche spécial BSD:

googlebsd

freebsdsearch

Récupérer les images disques de votre Système d'exploitation favori:

sur Linuxiso

sur des serveurs ftp comme celui-ci.

le serveur ftp de freebsd

ou pour d'autres versions:

c'est la version actuelle de production

Licence: Ben allez voir par là:

J'insiste parce que peut de gens connaissent réellement les licences des logiciels qu'ils ont chez eux.

La Licence

Les images et les textes cités dans ce document appartiennent à leurs propriétaires respectifs. En particulier, les images d'installation sont issues du Handbook

Les systèmes d'exploitations proches:

-OpenBSD, NetBSD, Darwin ( Système d'exploitation fonctionnant sur ordinateurs de type Mac PPC ),

PicoBSD (fork dérivé de la branche 3 de FreeBSD), DragonflyBSD (Fork dérivé de la branche 4 stable de FreeBSD)...

Mon propos étant limité à une présentation et installation somme toute succinte de FreeBSD, je me limiterai donc à citer ces voisins.

Où trouver les informations?

-Premièrement, la lecture du Hanbook est nécessaire. Il est extrémement documenté et vous permet de réaliser une installation pas à pas. Si vous avez installé les docs sur votre OS, il est disponible ici: /usr/share/doc/fr_FR.ISO8859-1/books/handbook/index.html ou en page html simple /usr/share/doc/fr_FR.ISO8859-1/books/handbook/book.html .Remplacez fr-FR par en-US pour avoir la version anglaise.

-Deuxièmement, Ressources pour les débutants, donne toutes les informations nécessaires pour aller chercher un renseignement.

-Troisièmement, sur des programmes utilisés par le système, les pages de manuel accessibles en écrivant dans une console

#man nom_du_logiciel]

-Quatrièmement, sur les moteurs de recherche sur Internet, la question que vous vous posez est peut-être déjà posée et une réponse existe certainement.

allez passons aux choses sérieuses: :-D

Share this post


Link to post
Share on other sites

i Description de l'OS.

FreeBSD fait partie de ces 3 OS qui sont nés suite à la lenteur de développement du projet 386BSD.

Son noyau a complètement été réécrit pour la version 2.0 suite à un procès , et à la demande expresse du doyen de l'université de Berkeley...

Les évolutions ont donné lieu à des forks, c'est à dire des groupes qui récupéraient le projet à un moment de développement et faisaient évoluer les versions dérivées sous leur nom.

PicoBSD lors du passage de la branche 3 Stable à la branche 4 Stable

DragonFlyBSD lors du passage de la branche 4 Stable à la branche 5 Stable (qui n'est pas encore là au moment où j'écris ces lignes).

Certains OS sont directement dérivés d'une version de FreeBSD, comme Mac Os 10.3 est dérivé de FreeBSD 5.0.

FreeBSD intègre des programmes écrits par d'autres: d'OpenBSD il récupère OpenSSH , OpenSSL, pf par exemple, et il intègre dans la distribution des logiciels fournis le GCC soutenu par la Free Software Foundation , ainsi que les environnements de bureau si riches et agréables comme KDE, Gnome, Windowmaker, fvwm, xfce, sans compter: enlightenment, 3Ddesktop environnement, et coetera...

Aujourd'hui, une installation et une mise à jour de l'os et des logiciels portés se fait très facilement en lançant un utilitaire comme cvsup.

Une installation des sources d'un logiciel porté, c'est une commande:

cd /usr/ports/chemin_du_groupe/chemin_du_logiciel && make install.

Une installation des binaires d'un logiciel porté, c'est une commande:

pkg-add -r nom_du_logiciel.

on obtiend la même chose avec portinstall ou portuprade -n .

Bref, lorsque vous avez envie d'installer gnome-office, vous n'avez qu'une commande à taper pour obtenir une version compilée pour votre système personnel.

Ce système est si convainquant que certaines distributions Linux s'en sont inspirées pour faire la même chose. (gentoo par exemple).

ii Compatibilité matérielle.

Liste des compatibilités matérielles de la version 5.3

Liste des compatibilités matérielles de la version 4.11

Quelques pilotes pour modem Eagle USB

Je me borne à écrire pour les PC de type i386, fournis avec des processeurs AMD ou Intel.

Même si, pour la majorité des machines FreeBSD ne pose aucun problème de compatibilité, il est nécessaire de se renseigner, d'une part pour éviter les mauvaises surprises et les manipulations hasardeuses (surtout lorsqu'on débute dans les logiciels libres) d'autre part, celà permet de faire un choix judicieux lors de l'achat de son matériel.

La recompilation de l'ensemble du système et la mise en place d'un environnement de bureau léger permettent de se passer d'une carte graphique toute récente, alors que sur des OS compilés pour des PC de type 586 ou 686, la charge supportée par la carte graphique est beaucoup plus importante.

Pour les cartes graphiques préférez une carte sortie il y a un an, si elle provient d'ati, elle sera supportée sans drivers propriétaires, les sources libres issues du projet DRI sont très convainquantes. Ces cartes sont les radeons de la 7000 à la 9250.

Pour le réseau, préférez des cartes 3Com, Realtek, Intel, etc... la liste est longue, mais les cartes NForce2 avec lan intégré nécessitent un driver propriétaire binaire, non présent sur le CD d'installation, donc à récupérer soit d'une disquette, soit d'un point de montage sur le disque dur.

Tous les supports Wifi récents semblent supportés, FreeBSD est le premier à avoir intégré un support WIFI dans l'OS. Encore une fois, vérifiez que votre matériel est supporté avant de commencer à installer .

cette page web

vous donne les moyens de trouver la liste de matériel supporté, le reste vous pouvez le trouver facilement sur

Google

Pour le modem, je ne peux que vous conseiller d'investir dans un modem ETHERNET permettant une connection par l'intermédiaire d'une interface HTML

Le netgear D834G par exemple est un excellent matériel qui permet de se passer du casse tête consistant à installer un driver , le paramétrer.

Et un tel modem ETHERNET offre en plus un pare-feu supplémentaire contre les attaques provenant du réseau Internet. Ceci est valable aussi sous Windows, bien sûr.

De plus, le logiciel de connexion sur un modem usb monopolise des ressources systèmes limitant les performances de votre ordinateur.

Notez que cette question de compatibilité matérielle ne se pose jamais lorsque vous achetez un ordinateur avec un OS installé à l'intérieur, pourtant c'est une des questions les plus épineuses pour Microsoft lorsqu'il sort une mise à jour quelle qu'elle soit, rappelez vous les problèmes les premiers mois de la vente de Windows Xp...

Et rappelez vous récemment le coup de gueule de Bill Gates pour que les fabriquants de périfériques livrent des pilotes compatibles pour Windows Xp-64 bits.

Mais les développements récents des logiciels libres dans les administrations et dans certains pays d'Asie ne peuvent que favoriser la disponibilité des pilotes de périphériques pour les logiciels libres.

Le noyau de FreeBSD 5.3 intègre un module permettant directement de lire les drivers réseau écrits pour Windows. Ce module permet de faire fonctionner les drivers windows pour le wifi.

Share this post


Link to post
Share on other sites

iii Avant l'installation.

Avant d'installer, vous avez récupéré l'image disque de votre système d'exploitation favori chez Linuxiso.org ou ailleurs.

1) Vérification de l'image

Que faire de cette image? D'abord vérifiez l'intégralité de votre téléchargement en vérifiant que le hash md5 disponible sur le site est égal à celui qui est chez vous.

Sous freeBSD:

#cd /usr/ports/
#make search name=md5
Port:   cmd5checkpw-0.22
Path:   /usr/ports/security/cmd5checkpw
Info:   Checkpassword compatible authentication program that uses CRAM-MD5
Maint:  clement@FreeBSD.org
B-deps:
R-deps:

Port:   fpc-md5-1.0.10
Path:   /usr/ports/security/fpc-md5
Info:   Free Pascal unit for MD5 hash routines
Maint:  coop9211@uidaho.edu
B-deps: compat4x-i386-5.2.1 expat-1.95.7 firebird-1.5 fpc-1.0.10_2 gettext-0.13.1_1 gmake-3.80_2 libiconv-1.9.1_3 mysql-client-4.0.18_1
R-deps: compat4x-i386-5.2.1 expat-1.95.7 firebird-1.5 fpc-1.0.10_2 gettext-0.13.1_1 gmake-3.80_2 libiconv-1.9.1_3 mysql-client-4.0.18_1

Nous avons demandé la liste des logiciels portés contenant le terme md5.

Deux programmes répondant à notre recherche:

cmd5checkpw

fpc-md5.

Un petit tour sur le site internet de notre arborescence de ports:

file://localhost/usr/ports/security/cmd5checkpw/README.html

nous donne une courte description de ce package, trop courte, mais nous donne un lien vers le site web du logiciel.

http://members.elysium.pl/brush/cmd5checkpw/

C'est donc celui ci qu'il nous faut.

#cd /usr/ports/security/cmd5checkpw && make install
#rehash

la commande rehash permet de relire la base de données des logiciels installés pour appeler directement ce logiciel.

ce logiciel nous permet de vérifier l'intégrité de l'image iso de la version de FreeBSD que nous avons chargée.

Sous Windows, un logiciel du nom de md5sum existe, il fonctionne en utilisant cmd.exe.

par exemple celui-ci:

http://www.etree.org/md5com.html

2)Gravure de l'image sur un CD vierge

Gravez votre iso. Sous le système d'exploitation que vous avez sous la main, si vous avez un graveur, un logiciel de gravure existe, il vous permet de graver une image sur le disque, ou de graver au format image. Reportez vous à la documentation de votre logiciel de gravure favori.

Si vous n'avez pas de logiciel de gravure, regardez sur

http://www.telecharger.com

des versions gratuites ou d'évaluation des logiciels les plus connus y sont regroupées.

Vous mettez votre cd gravé dans un lecteur de CD ou de dvd qui fonctionne.

vous rebootez, n'oubliez pas dans le bios de régler le CD en boot avant vos disques , touche suppr enfoncée dès le démarrage du pc et restée enfoncée jusqu'à ce que vous ayez acces au BIOS pour régler les paramètres dans le bios. La documentation de votre Bios est fournie habituellement avec la documentation de votre carte mère, sinon elle est téléchargeable sur le site du fabriquant la plupart du temps.

3)Installation par partition MSDOS, par port parallèle ou autre

Notez, vous pouvez copier certains fichiers de l'arborescence sur une partition existante, ou sur un serveur ftp, pour installer sans avoir besoin de graver l' image, mais là je sais pas faire.:transpi:

Lisons le Handbook:

http://www.fr.freebsd.org/doc/fr_FR.ISO885...l-advanced.html . Voila .

Share this post


Link to post
Share on other sites

iiii Démarrage de l'installation: commencer.

D'abord et avant toute chose, ce que j'écris n'est qu'un mauvais condensé de ce qu'il y a dans le handbook. (voir § o )

Se limiter à mon mauvais tutorial ne peut qu'engendrer des erreurs , il faut absolument suivre le Handbook, je donne juste une expérience personnelle qui ne peut fonctionner que chez moi et chez mes connaissances, avec qui j'ai des contacts réguliers.

Si votre CD est reconnu comme bootable, votre PC va booter dessus. Vous allez voir divers checks et écrans de choix.

Sur les versions 4.x, le premier écran permet de résoudre les éventuels conflits de périfériques.

userconfig.png

Je ne l'ai jamais utilisé, ce qui est une erreur, je vous invite à l'utiliser et suivre le Handbook pour paramétrer correctement ces périphériques.

Sur les versions 5.x, cet écran a disparu. Nous arrivons donc à l'écran à choix multiples.

Je vous rappelle que je suis sur une 5.3.

Le support de l'ACPI est désormais impeccable, boutons

with ACPI choix n°1

Si un bug intervient peut-être pourriez-vous réessayer avec le choix n°2: with ACPI disabled. Il sera facile plus tard d'activer ou désactiver cette fonction au boot.

sur les versions 4.x le boot se fait sans ACPI par défaut, donc c'est le choix n°1.

Ensuite l'utilitaire sysinstall est lancé.

-> Sur les versions 4.X, rebootez jusqu'à revenir à cet écran. Sinon, continuez.

main1.png

donc après reboot, retour à cet écran de l'utilitaire sysinstall,

que vous trouverez par la suite en ecrivant en root sur votre Eterm favori :

#/stand/sysinstall

Il y a plusieurs entrées sur cette utilitaire, donc que faut-il faire?

1) Apprendre à utiliser cet utilitaire

Un petit tour sur

Usage  Quick start - How to use this menu system

vous familiarisera avec le fonctionnement du menu, les touches <TAB> et/ou <ESPACE> (ça dépend des menus) pour valider, les flèches et la touche entrée.

2) Configurer son clavier

Configurer son clavier correctement vous permettra de ne pas à avoir à chercher les lettres. Si vous ne le faites pas, vous allez avoir toute l'installation avec le clavier qwerty américain... Et vous aurez des difficultés avec l'utilitaire de partitionnement fdisk.

3) Débuter l'installation.

Standard  Begin a standard installation  ( recommended)

c'est recommandé, ça tombe bien, c'est ce qu'on va faire.

4) Choix de la partition, l'utilitaire fdsik.

A savoir, l'ordre des disques ne dépend quede leur position sur la nappe IDE, le cavalier Maitre/esclave n'est pas efficace pour FreeBSD qui n'en a pas l'utilité. Soyez sûr de la partition et du disque que vous voulez utiliser. Lisez le Handbook à cette page-là pour plus de détails.

fdisk-edit1.png

Vous choisissez laquelle de votre partition duquel de vos disques va être utilisée pour installer FreeBSD.

Les commandes accessibles sont affichées en bas de l'écran, la touche U permet de revenir en arrière.

5) le chargeur de boot

-mettez en 1 sur chacun de vos disques , des fois que le boot Windows soit pas sur la première partoche de votre premier disque, pis c'est marrant ce ptit truc au démarrage. :transpi: Vous n'en avez pas besoin si vous n'avez que FreeBSD sur votre PC.

6) Partitionnement

disklabel-auto.png

Vous regardez maintenant votre partition où va s'installer FreeBSD. c'est à dire un écran presque vide, qui se manipule ligne par ligne, avec sur la première ligne un texte surligné en bleu indiquant l'espace encore utilisable sur votre partition FreeBSD.

Les commandes utiles:

A partitionnement automatique

Q quitter

U effacer toutes les modifications

Flèches: pour positionner le curseur sur la bonne ligne

C creer une partition...

La liste est visible en permanence dans la fenetre departitionnement.

--> appuyer sur A

Le partitionnement automatique réalise une proposition de partition de base. Mais!!!

-le /var est beaucoup trop petit, le /tmp aussi.

Déplacer le curseur sur /usr

entrez

d

pour le détruire, réalisez la même opération sur /tmp sur /var.

-Positionnez vous sur le Haut du tableau (la ligne indiquant l'espace restant à configurer).

-entrez C (créer)

-choisissez fs (filesystem) laissez tel quel le choix du type de fichier (165 pour FreebSD) .

Notez que sur les versions 5.x, l'UFS2 qui est utilisé comme système de fichiers par défaut. Ce système de fichiers est journalisé, mais le code 165 reste utilisé. ( compatibilité totale avec le précédent système de fichiers.

Si vous n'avez pas détruit le / et la swap, commencez bien par allouer le /var et le /tmp.

La taille est donnée en nombre de cylindres.

-Supprimez ce qui est noté remplacez par 4G, 5G, 3G 512M, en fonction de vos besoins. Le prefixe G permet d'allouer des Go et le prefixe M des MegaOctets, pas besoin de jouer avec les emplacements de cylindres. (lire le handbook :-D )

disklabel-root2.png

Pour la taille du /usr, ne remplacez pas le chiffre, il représente le reste de l'espace utilisable.

Donc moi j'ai

/  	taille donnée par A (Auto)
swap  	2Go (respecte automatiquement le 2x la ram)
/var  4Go
/tmp  4Go
/usr  le reste.

q pour quit.

Vous vous rendrez compte en faisant

 fdisk -v

qu'un espace de 6 à 7Mo à la fin de votre disque n'est pas utilisé, c'est normal, c'est une sécurité.

Share this post


Link to post
Share on other sites

v Installation de base

Ecran suivant, celui de l'installation du système.

Selectionnez les packetages que vous voulez installer.

Sélectionnez

all  sources binaries 

Pour pouvoir recompiler votre systeme et avoir les sources de ce dont vous aurez besoin plus tard.

Notez qu'elles peuvent être téléchargées si vous avez sélectionné une installation minimale, mais si vous les installez, la mise à jour sera moins longue qu'un téléchargement complet de l'arborescences /usr/src (sources du système) , /usr/ports (arbre des logiciels portes) et les sources du serveur d'affichage graphique (Xorg pour la 5.3, XFree86 pour les versions antérieures).

1)qu'est-ce que vous mettez en place avec une installation du système seul?

tout ce qui permet de faire fonctionner le système, pilotable sur des écrans virtuels (ttyv).

-un utilitaire de configuration graphique

vous pouvez y acceder en root en ecrivant

#/stand/sysinstall

sur votre Aterm favori.

-l'ensemble des fichiers de configuration, soit sous forme d'exemple

/usr/src/share/examples/etc/make.conf

soit sous forme générique :

/usr/src/sys/i386/conf/GENERIC

à condition que vous ayez sélectionné les sources du système.

Tous les programmes Posix permettant de manipuler le système.

Les commandes:

cd ls ln df fstab fsck top ...

par exemple.

-Les programmes de l'OS freeBSD.

par exemple:

burncd Logiciel de gravure en ligne de commande. Son utilisation se découvre en RTFM: man burncd

Les serveurs et leurs démons: (lire le Handbook sur l'explication des démons FreeBSD.)

ftpd, sshd, telnetd, httpd, sendmail, etc...

Vous pouvez faire un serveur web sur un OS qui en tout et pour tout ne pèsera que quelques 40Mo! Mais l'utilité de FreeBSD ne s'arrête pas là.

-Les pages de manuel.

permettant de faire du RTFM sa religion.

Si vous les avez sélectionnées à l'installation.

- Les alertes de mise à jour.

L'introduction des UPDATING permet de se renseigner rapidement sur ce qui a changé au moment de la mise à jour du système.

après avoir sélectionné toutes les sources et les binaires, sysinstall vous rappelle une dernière fois que vous allez perdre tout ce qu'il y a sur votre disque. Dites Oui ou Non.

Il formatte et installe l'os.

Là l'OS en lui-même est installé, lorsque vous avez l'habitude, entre le premier reboot et cette étape, il s'est passé 10 à 15 minutes! Une fenêtre Congratulations apparaît, il vous suffit d'appuyer sur la touche entrée.

2) Les reglages finaux de l'OS

Passé cette étape, les configurations sont simples et rapides.

cette page vous renseignera en détails

L'utilitaire vous demande si vous voulez créer des serveurs ftp, ssh, sendmail, etc... vous avez tout interet à refuser d'autant que ce sera facile par la suite de les activer, sauf si vous installez FreeBSD pour ça. Notez que le FTP en anonyme positionne ses fichiers par défaut sur /var. Donc un /var important en taille est nécessaire.

ensuite je passe sur les config ultrarapides et très bien documentées: le réseau, la souris, l'heure, etc... Vous trouverez faciliement ici-même ou dans le Handbook des réponses aux problèmes que vous vous posez.

Pour avoir une compatibilité maximale installez la compatibilité Linux. Elle permet de créer une arborescence dédiée aux programmes fonctionnant sous Linux., on voit apparaïtre un

/usr/compat/Linux/usr.... et tout ce qui est nécessaire au bon fonctionnement de programmes Linux, absents sur FreeBSD. (un ~/local par exemple). Dans les portages, des compatibilités plus précises peuvent être installées, comme celles de Debian, et RedHat.

Pour l'user account: le compte utilisateur: rentrez simplement le login le mot de passe et laisser le reste tel quel (choix du shell, du groupe, etcoetera)... Lisez le Handbook pour plus de détails.

Et un raton laveur. laveur.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

vi Configuration du X et installation des programmes disponibles sur le CD

1) le X pendant l'installation

Il apparaît que cette option n'est pas disponible sur le CD de la 5.3. Nous parlerons de ce cas en post-installation. :)

Le serveur d'affichages graphiques Xorg ou XFree86 est un programme comme un autre, sous Linux comme sous FreeBSD. Il se paramètre de diverses façons en fonction de son intégration dans l'OS. Tuxxx a réalisé un excellent tutorial sur ce programme, je vous invite à le lire. De même, le Handbook donne de plus amples renseignements.

Donc plutôt que de nous plonger dans les caractéristiques de ce programme, nous allons voir les spécificités de son intégration dans l'OS, son approche facilitée sous FreeBSD.

-Durant l'installation, sysinstall demande si nous voulons configurer le X. Nous pouvons le faire facilement après, mais ça nous permet d'avoir un affichage graphique rapidement après le reboot qui suit l'installation.

Pour retrouver cette configuration graphique par la suite,

ecrivez sur votre Xterm favori:

#/stand/sysinstall

ensuite sélectionnez --->Configuration puis --> X.org ou XFree86 selon la version de votre freeBSD.

Si nous choisissons oui, une fenêtre de choix apparaît.

(cas du X.org)

x Exit
2 xorgcfg                          Utilitaire de configuration graphique de Xorg 
3 xorgcfg -textmode         Utilitaire de configuration basé sur ncurse (?)
4 xorgconfig                      Utilitaire de configuration basé sur un script-shell
D XDesktop                       Configuration du gestionnaire de bureau.

Alors tout de suite je vous préviens, n'utilisez pas le 2: la base de donnée des cartes graphiques n'y est pas complète et c'est imbuvable. :)

les choix 3 ou 4 sont équivallents, j'ai une préférence pour la configuration par le choix n° 3.

Si votre carte graphique est trop récente, pour les ATI, ça va à ce niveau poser un problème: indiquez simplement drivers VESA (et pas ATI) mode Vesa.

A la fin de la configuration, il demande s'il peut écrire le fichier que va lire le serveur X pour se configurer.

-Si vous voulez créer un exemple qui sera relu, donnez lui simplement un autre nom.

-Si vous voulez configurer votre serveur, validez simplement l'écriture à l'adresse

 /etc/X11/xorg.conf

ou /etc/X11/XF86Config si vous avez une version moins récente que la 5.3-beta-1

Au redémarrage, il est possible que votre configuration ait échoué. Si le problème n'est pas matériel (carte graphique hors d'état de fonctionner), une configuration automatique fonctionne très bien (en tout cas chez moi)

#Xorg -configure
#XFree86 -configure  (il me semble)

La comparaison avec le fichier que vous avez créé vous permet de bien configurer vos claviers et souris.

#more /etc/X11/xorg.conf
ou
#more /etc/X11/XF86Config

le pilote de la souris PS2 sous FreeBSD est la plupart du temps /dev/sysmouse.

2) choix du desktop par défaut.

Vous avez le choix, moi je suis sous Gnome là. L'utilitaire sysinstall se charge de remplir le fichier .xinitrc avec la commande permettant de lancer Gnome.

#vi /home/mondossier/.xinitrc
exec gnome-session
~
~
~
~
~
~
~
~
~
~
~
~
~
.xinitrc: unmodified: line 1

Les réglages finaux de votre bureau seront effectués après l'installation. (son, molette, carte graphique si nécessaire)

3)Choix des paquetages.

On va vite, en fonction de vos besoins, choisissez quelques paquetages.

Je vous recommande d'installer de quoi écrire, de quoi écouter de la musique, un navigateur internet en mode texte (c'est trop marrant) comme Lynx ou Links, et surtout les outils de mise à jour et à niveau comme cvsup et portupgrade.

voila l'installation est finie vous pouvez rebooter n'oubliez pas d'enlever le CD du lecteur.

Share this post


Link to post
Share on other sites

vii Redémarrage- configuration post-installation

avec le mbr vous verrez quelque chose comme ça:

F1   ???       <-- Les formats NTFS ne sont pas renseignés, ce qui ne l'empêche pas de bouter
F2   ???

F5 Disk 2
(défault F1)

Si vous sélectionnez F5 vous aurez cet écran:

F1  FreeBSD
F2 Linux
F3 Linuxnative (swap)
F4 Linux 

F5 Disk 1
(défault F1)

Bien sûr la position de la partition FreeBSD varie en fonction de chaque cas.

Sélectionnez la bonne partition, la position par défaut est la précédente sélectionnée.

Vous pouvez utiliser un bootloder comme Grub ou Lilo pour charger votre FreeBSD. L'interface est certainement plus conviviale que le mbr FreeBSD. regardez dans cette partie du Handbook

Premier démarrage:

image sur un VMWare

freebsd-newloader4x.gif

§login:_

regardez ce qui suit avant de vous connecter. Pour se déconnecter appuyez sur les deux touches ctrl+D simultanément.

1)Acces au SuperUtilisateur (su):

connectez vous au système en root.

§login:root
§password:

Note: aucun caractère n'apparaît à l'écran lorsque vous écrivez votre mot de passe root.

vous allez modifier le fichier group pour acceder au SuperUtilisateur à partir de votre login.

C'est important, ça vous permet d'utiliser le compte root dans un shell, avec le X activé.

apprenez à utiliser vi:

à la fin de ce tuto je donne quelques renseignements sur l'usage de cet éditeur de texte, un autre tuto plus détaillé sera disponible ici

§man vi

§cp /etc/group /root/group.old
§vi /etc/group


# $FreeBSD: src/etc/group,v 1.31 2004/06/23 01:32:28 mlaier Exp $
#
wheel:*:0:root,
daemon:*:1:
kmem:*:2:
sys:*:3:
tty:*:4:
operator:*:5:root
mail:*:6:
bin:*:7:
news:*:8:
man:*:9:
games:*:13:
staff:*:20:
sshd:*:22:
smmsp:*:25:
mailnull:*:26:
guest:*:31:
bind:*:53:
proxy:*:62:
authpf:*:63:
_pflogd:*:64:
uucp:*:66:
/etc/group: unmodified, readonly: line 1

positionnez votre curseur sur la troisième ligne à l'aide des flèches (ligne wheel:*:0:root, )

ensuite effectuez cette série de commandes:

schift+a  	insérez du commentaire à la fin de la ligne
tapez votre nom d'user, en respectant les majuscules et minuscules
<Escap> ou <Echap> quittez le mode Insertion de caractère.
:wq!    	Enregistrez les modifications 

relisez le fichier /etc/group:

§more /etc/group

# $FreeBSD: src/etc/group,v 1.31 2004/06/23 01:32:28 mlaier Exp $
#
wheel:*:0:root,mon_nom_d_utilisateur
daemon:*:1:
kmem:*:2:
sys:*:3:
tty:*:4:
operator:*:5:root
mail:*:6:
bin:*:7:
news:*:8:
man:*:9:
games:*:13:
staff:*:20:
sshd:*:22:
smmsp:*:25:
mailnull:*:26:
guest:*:31:
bind:*:53:
proxy:*:62:
authpf:*:63:
_pflogd:*:64:
uucp:*:66:
/etc/group 79%

les flèches du bas ou q pour quitter le more.

Effacez la copie du fichier que vous avez faite et déconnectez-vous:

§rm /root/group.old
§ctrl+D
login:_

si vi vous rebute, utilisez ee, il est plus documenté lors de l'affichage du texte.

§ee /etc/group


^[ (escape) menu  ^y search prompt  ^k delete line   ^p prev li   ^g prev page
^o ascii code     ^x search         ^l undelete line ^n next li   ^v next page
^u end of file    ^a begin of line  ^w delete word   ^b back 1 char
^t begin of file  ^e end of line    ^r restore word  ^f forward 1 char
^c command        ^d delete char    ^j undelete char ^z next word
L: 1 C: 1 =====================================================================
# $FreeBSD: src/etc/group,v 1.31 2004/06/23 01:32:28 mlaier Exp $
#
wheel:*:0:root,mon_nom_d_utilisateur
daemon:*:1:
kmem:*:2:
sys:*:3:
tty:*:4:
operator:*:5:root
mail:*:6:
bin:*:7:
news:*:8:
man:*:9:
games:*:13:
staff:*:20:
sshd:*:22:
smmsp:*:25:
mailnull:*:26:
file "/etc/group", 29 lines, read only

documentez vous pour apprendre à utiliser ee:

§man ee

Connectez vous avec votre nom d'utilisateur:

§login:mon_nom_d_utilisateur             
§password:                                                  Aucun caractère n'apparaît à l'écran
%su -                                                         Passez la main au SuperUtilisateur (root)
%password:                                                 Aucun caractère n'apparaît à l'écran.
#CTRL+D                                                    Reprenez la main avec mon_nom d'utilisateur
%CTRL+D                                                   Déconnectez-vous.
login:mon_nom_d_utilisateur
password:
%startx                                                       Démarrez le mode graphique.

Share this post


Link to post
Share on other sites

2)Acces au gestionnaire de Bureau.

Si l'installation s'est bien passée, un gestionnaire de bureau est présent sur votre PC.

La commande

startx

permet de le lancer.

3 possibilités:

-Cas numéro 1: tout se passe bien.

-Cas numéro 2: Vous avez acces au bureau de base: un affichage avec trois fenêtres et pas votre KDE ou GNOME favori.

-Cas numéro 3: Vous retournez en console TTYV.

Le premier cas ne pose pas de problèmes, vous êtes sous un Bureau, pour les détails nous verrons plus tard, notez simplement que les configuration systèmes ne sont que très peu supportés par KDE et Gnome, faut tout faire avec les programmes FreeBSD écrits en texte. C'est pas un soucis, et on voit tout de suite quel type d'erreurs peuvent être engendrées.

Le deuxième cas peut être facilement réglé:

A condition que vous n'ayez pas installé de gdm ou de xdm.vérifiez que vous avez gnome2:

ecrivez dans la console:

%pkg_info | grep gnome2
gnome2-lite-2.6.2   The "meta-port" of the GNOME desktop slimmed down for FreeBSD

                                                                        Il est présent, mais apparement il ne se lance pas en root

%pwd                                                Repéréz-vous
/usr/home/mon_nom_d_utilisateur      Vous êtes chez vous. si ce n'est pas le cas faites ceci:
%cd                            Vous renvoie à: /root si vous êtes root, /usr/home/mon_nom_d_utilisateur  si vous êtes l'utilisateur.

              Editez le fichier .xinitrc . Il doit contenir les informations sur le gestionnaire de bureau à démarrer.

%vi .xinitrc  
~
~
~
~
~
~

~
~
~
~
.xinitrc: unmodified: line 1

Il est vide? alors c'est normal de ne pas démarrer Gnome2 il faut le renseigner.

i                                           passez en mode insertion
exec gnome-session            renseignez le fichier avec l'executable qui démarrera lorsque vous lancerez le X
:wq!                                       ecrivez le fichier et quittez.

ensuite vous allez tuer le processus X 2 méthodes:

%su -
%password:
§top

repérez le numéro du processus du X.

Chaque processus s'affiche par ligne, sur les colonnes les renseignements permettent de connaitre un certain nombre d'informations. Recherchez la colonne PID

last pid: 55253;  load averages:  0.07,  0.03,  0.04    up 0+23:50:08  23:50:58
53 processes:  2 running, 50 sleeping, 1 zombie
CPU states: 23.0% user,  0.0% nice,  8.2% system,  1.9% interrupt, 66.9% idle
Mem: 351M Active, 431M Inact, 171M Wired, 41M Cache, 111M Buf, 3036K Free
Swap: 2023M Total, 108K Used, 2023M Free

 PID USERNAME PRI NICE   SIZE    RES STATE    TIME   WCPU    CPU COMMAND
55221 cccc     20    0 19836K 14580K kserel   0:06 10.16% 10.16% gnome-termina
 479 cccc     78    0   170M 78392K select 105:19  3.91%  3.91% Xorg
 419 root      77    0  1300K   700K select   5:52  1.56%  1.56% moused
 608 cccc     76    0 64400K 58740K select  30:32  0.00%  0.00% opera
43765 cccc     20    0 15432K 10524K kserel  10:42  0.00%  0.00% gftp-gtk
9925 cccc     76    0   123M 83992K select   9:25  0.00%  0.00% soffice.bin
 787 cccc     76    0 22132K 14596K select   8:56  0.00%  0.00% python
 517 cccc     76    0 12868K  9252K select   1:58  0.00%  0.00% metacity
 560 cccc     76    0 16708K 11508K select   1:01  0.00%  0.00% wnck-applet
 544 cccc     20    0 31748K 25152K kserel   0:55  0.00%  0.00% nautilus
 542 cccc     76    0 26056K 20000K select   0:45  0.00%  0.00% gnome-panel
 546 cccc     76    0 15684K  9168K select   0:33  0.00%  0.00% mixer_applet2
 506 cccc     76    0  3236K  2092K select   0:31    0.00%  0.00% xscreensaver
 491 cccc     76    0  7380K  3924K select   0:21  0.00%  0.00% gnome-smproxy
 493 cccc     76    0 17620K 10108K select   0:19  0.00%  0.00% gnome-setting
 482 cccc     76    0 15780K  9700K select   0:13  0.00%  0.00% gnome-session

ici Xorg a un PID 479.

entrez simplement k -9 479 et votre serveur X s'arrêtera.

vous vous retrouvez donc en console.

Une autre solution consiste à revenir sur la première console:

CTRL+ALT+F1

Sur cette console, le X fonctionne, donc vous n'avez pas l'invite de commande, mais vous voyez un etat de fonctionnement du X.

entrez simplement CTRL+C pour tuer le processus X.

ensuite vous avez la main.

Votre /home/mon_nom_d_utilisateur contient maintenant un .xinitrc qui contient cette instruction: exec gnome-session, votre gnome2 sera relancé lorsque vous démarrerez le X.

Les différentes commandes pour lancer les gestionnaires de bureau:

exec gnome-session                                         démarre gnome2
startkde                                                             démarre KDE
exec wmaker                                                       démarre windowmaker
fvwm
twm
mlvwm
afterstep  
wm2
wmx
...

votre gestionnaire de bureau comprend un Comment-Faire qui vous indique le plus souvent quels paramètres à entrer dans votre fichier .xinitrc. Regardez sur le Handbook ce qu'ils disent au sujet des gestionnaires de bureau.

Sur les 9 consoles virtuelles disponibles lisez le Handbook, la fenêtre lancée par le X se trouve sur les UNIX, par défaut sur la ttyv8 que l'on atteind en appuyant simultanément sur ces trois touches: CTRL+ALT+F9

relancez le X et vous avez votre gestionnaire de bureau favori qui s'affiche.

- Cas numéro 3

lisez le Handbook à cette page et aux suivantes, si vous avez une carte ATI RADEON supérieur à la 9200, il faudra rajouter dans le fichier de configuration du noyau pour les versions 5.x et supérieures.:

device              radeondrm

Si l'utilitaire sysinstall n'inclus pas de réglages de Xorg

C'est le cas pour l'iso de la version 5.3.

Vous avez installé les sources du X donc au redémarrage à la commande startx un bureau de base devrait apparaître.

Renseignez le /home/moimeme/.xinitrc comme indiqué dans le cas n°2 (au cas où celà se passe mal )

(par exemple en mettant la ligne startkde )

Créez un /etc/X11/xorg.conf (par exemple avec la commande X -configure ou la commande xorgcfg )

Pour le clavier, rajouter la ligne dans le /etc/X11/xorg.conf

Section InputDevice

Option  "XkbRules"       "xorg"
Option "XkbModel"      "pc105"
Option "XkbVariant"     "fr"
End Section

Ou choisissez votre clavier avec l'interface graphique de KDE ou de gnome.

Note: d'autres possibilités de configuration existent, mais ce sont des variantes provoquant le même résultat.

pour les versions plus anciennes de freebsd, la meilleure méthode est de faire faire l'affichage graphique par le système comme décrit dans le handbook.

Allez voir aussi sur le super topic de Tuxxx s'il n'y a pas un renseignement qui vous manque sur le X. :transpi:2004-02-26.png

Share this post


Link to post
Share on other sites

3)Configuration du X: Post installation.

Cas de Xorg

Le X se configure sous FreeBSD de 5 façons différentes. En détail, le fichier /etc/X11/xorg.conf est le fichier où se trouve la configuration du X.

-1ere possibilité: vous disposez de tous les renseignements nécessaires, donc vous éditez ce fichier et insérez les modifications à la main.

-2eme possibilité: vous n'avez aucun renseignement précis sur votre carte, les tentatives que vous avez faites ne fonctionnent pas, ou avec un mauvais affichage: la commande xorgcfg en root est faite pour vous, elle chargera les meilleurs réglages qu'elle a trouvée à priori pour votre écran. A vous de les remplacer dans le fichier /etc/X11/xorg.conf: ces réglages ne concernent que l'affichage, c'est à dire l'écran, la carte vidéo , et le moniteur. Il ne faut pas oublier de préciser le clavier et la souris.

-3eme possibilité, Xorg -configure permet de paramétrer clavier, souris, ecran, moniteur, carte, résolution en mode graphique, les résultats ne sont pas garantis.

-4 eme possibilité, le shellscript xorgconfig vous faites remplir par un script les renseignements ligne par ligne, le fichier obtenu vient remplacer le précédent dans /etc/X11/xorg.conf

-5eme possibilité, le shell-script xorgcfg -textmode celui-ci permet d'éditer les paramètres à configurer les uns après les autres. Mais il peut ne pas supprimer les paramètres qui vous semblent bons

Donc ce que je conseille si vous avez des problèmes d'affichage:

1 entrez en root

 xorgcfg 

Ce programme va déterminer la meilleure possibilité graphique de votre ensemble. Il crée un fichier nommé xorg.conf.new

2 testez ce fichier en lançant la commande qu'il vous a signalée en réponse au test.

3 CTRL+ALT+F1 et CTRL+C pour tuer ce test. (apparemment il s'arrête mal)

4 si le test est concluant: remplacez le fichier xorg.conf par celui-ci

cp /root/xorg.conf.new /etc/X11/xorg.conf 

puis pour reparamétrer votre souris et votre clavier, en lançant

xorgcfg -textmode

Surtout ne modifiez pas le moniteur, l'écran et la carte vidéo, ils fonctionnent ! ensuite acceptez le résultat et quittez cet utilitaire.

La molette:

editez ce fichier xorg.conf.

cherchez mouse.

/mouse
n                       pour rechercher l'itération suivante de mouse.

rajoutez

 
Option "ZAxisMapping"    "4 5"
Option "Buttons"               "5"

avant la fin de la sous-section de la souris. (mouse en anglais).

Notez que sur les Linux, l'option à rajouter n'est pas ZAxisMapping "4 5" mais ZAxisMapping "5 6" jesais pas pourquoi. :)

Si vous avez une souris usb, c'est pas /dev/sysmouse le driver mais /dev/mu0 semble-t-il: Lisez le Handbook. :transpi:

voila redémarrez le X et vous devez avoir un affichage correct. Vous pouvez modifier les résolutions d'écran en éditant le fichier xorg.conf.

Mon fichier xorg.conf

#vi /etc/X11/xorg.conf
Section "ServerLayout"
       Identifier     "X.org Configured"
       Screen      0  "Screen0" 0 0
       InputDevice    "Mouse0" "CorePointer"
       InputDevice    "Keyboard0" "CoreKeyboard"
EndSection

Section "Files"
       RgbPath      "/usr/X11R6/lib/X11/rgb"
       ModulePath   "/usr/X11R6/lib/modules"
       FontPath     "/usr/X11R6/lib/X11/fonts/misc/"
       FontPath     "/usr/X11R6/lib/X11/fonts/TTF/"
       FontPath     "/usr/X11R6/lib/X11/fonts/Speedo/"
       FontPath     "/usr/X11R6/lib/X11/fonts/Type1/"
       FontPath     "/usr/X11R6/lib/X11/fonts/CID/"
       FontPath     "/usr/X11R6/lib/X11/fonts/75dpi/"
       FontPath     "/usr/X11R6/lib/X11/fonts/100dpi/"
EndSection

Section "Module"
       Load  "dbe"
       Load  "dri"
       Load  "extmod"
      Load  "extmod"
       Load  "glx"
       Load  "record"
       Load  "xtrap"
       Load  "freetype"
       Load  "speedo"
       Load  "type1"
Load    "dri"
EndSection

Section "InputDevice"
       Identifier  "Keyboard0"
       Driver      "keyboard"
Option "AutoRepeat" "500 30"
Option "XkbRules"   "xorg"
Option "XkbModel"   "pc105"
Option "XkbLayout"  "fr"

EndSection

Section "InputDevice"
       Identifier  "Mouse0"
       Driver      "mouse"
Option      "Protocol" "auto"
       Option      "Device" "/dev/sysmouse"
Option "ZAxisMapping"   "4 5"
Option "Buttons"        "5"
EndSection

Section "Monitor"
       #DisplaySize      310   230     # mm
       Identifier   "Monitor0"
       VendorName   "___"
       ModelName    "    CT1997PF"
### Uncomment if you don't want to default to DDC:
       HorizSync    30 - 90.0
       VertRefresh  50.0 - 100.0
#       Option      "DPMS"
EndSection

Section "Device"
Option     "BusType"    "AGP"                   # [<str>]
Option     "AGPMode"    "4"             # <i>
Option     "AGPFastWrite"               # [<bool>]
Option     "EnableDepthMoves"           # [<bool>]
       Option     "EnablePageFlip"             # [<bool>]
         Identifier  "Card0"
       Driver      "ati"
       VendorName  "ATI Technologies Inc"
       BoardName   "RV360 [Radeon 9600XT]"
       BusID       "PCI:1:0:0"
       VideoRam    131072
EndSection

Section "dri"
Mode 0666
EndSection

Section "Screen"
       Identifier "Screen0"
       Device     "Card0"
       Monitor    "Monitor0"
       DefaultDepth 24
       SubSection "Display"
               Viewport   0 0
               Depth     1
       EndSubSection
       SubSection "Display"
               Viewport   0 0
               Depth     4
       EndSubSection
       SubSection "Display"
               Viewport   0 0
               Depth     8
       EndSubSection
       SubSection "Display"
               Viewport   0 0
               Depth     15
       EndSubSection
       SubSection "Display"
               Viewport   0 0
               Modes   "1280x1024" "1024x768" "800x600" "640x480"
               Depth     16
       EndSubSection
       SubSection "Display"
               Viewport   0 0
               Modes       "1600x1200"
               Depth     24
       EndSubSection
EndSection


Pour XFree86, remplacez xorgconfig par XF86Config, et les autres programmes sont xfree86, XFree86... regardez les pages de manuel de XFree86, maintenant il est de plus en plus appelé à être remplacé par le projet Xorg, qui respecte la licence GPL.

Le son. ben on va voir ça quand on va s'occuper du noyau, c'est à dire bientôt. :-D

viiiLes différences entre les versions 4 et 5

Bon jusqu'à présent, mise à part les configurations de XFree86 et Xorg, il n'y avait que très peu de différence entre les versions 4.X (branches 4 stable et 4.X-current) et les versions 5.X (versions 5.2.1-current ou en 5.3-Bêta). Mais arrivé à ce stade, compiler un noyau sur mesure, il ne nous est plus possible de raisonner comme si les deux versions agissaient de la même façon.

FreeBSD 4.X est issu du développement de FreeBSD depuis la version 2.0. Son noyau, au départ petit, en intégrant petit à petit des drivers et des supports de plus en plus importants, a grossi en taille au point de nécessiter un espace d'utilisation s'approchant des 100Mo nécessaires (recommandés pour les versions supérieures à la 4.:transpi:.

L'équipe de développement a donc décider d'extraire les pilotes de périphériques du noyau, de façon à l'alléger. Ces logiciels spécifiques se chargent au boot ou sont chargés aussi avec les binaires du noyau au moyen des device.hints. Le noyau ne propose plus que l'architecture permettant de faire fonctionner ces pilotes.

C'est vague? Alors auparavant, pour faire fonctionner le son sur une carte realtek, il suffisait de rajouter le texte:

device pcm 

dans le fichier de configuration du noyau.

Aujourd'hui pour la 5.3, il faut écrire:

device sound

et charger le bon module son

Pour ça, dans le chargeur de boot. Editez le fichier:

/boot/loader.conf

et insérez la ligne:

snd_emu10k1_load="YES"            # FreeBSD PCM audio device infrastructure (man emu10k1)

ou:

sound_load="YES"            # all sound drivers

Remarquez que charger tous les modules son est une hérésie, ne sert à rien, alors que un ou deux seulement sont nécessaires.

kldstat permet de connaître les modules chargés.

Avantages alleger le noyau, pour le contraindre à ne faire que fonctionner le système, les périfériques sont pilotés "en périférie" du noyau.

Autre avantage? Rappelez vous la structure du noyau HURD, du projet GNU-HURD. Elle y ressemble.

Inconvéniens: On s'éloigne de l'idée d'un OS qui "fait un tout" avec un gros noyau et quelques logiciels autour, facilement paramétrables et compilables (je n'ai pas trouvé de problèmes de compilation avec le chargement de tous les modules son, mais qu'en serait-il de drivers provoquant des conflits entre-eux?)

D'ailleurs les inconvéniens ont été jugés suffisants pour un certains nombre de contributeurs, qui se sont éloignés de l'équipe FreeBSD pour créer un Fork appelé DragonflyBSD (LibelluleBSD), repartant de la dernière version stable (à l'époque) la 4.8.

Aujourd'hui ils ont sorti la 1.0.

Les nouveautés de la branche 5.X encore en développement (branche current) au moment où j'écris ces lignes:

-système de fichiers journalisé UFS2

-Le langage PERL quitte le noyau pour rejoindre les logiciels portés.

-Xorg devient le serveur X de base (5.3)

-Les systèmes de fichiers Linprocfs, les modules sons et réseau sont chargés en module, et non plus dans le noyau.

Un fichier de module à charger et compiler en parallèle avec le noyau existe et est appelé à se développer dans l'avenir: GENERIC.hints dans le répertoire du fichier de configuration du noyau.

 /usr/src/sys/i386/conf/

De plus, pour toutes les versions, de plus en plus de logiciels portés sont disponibles sur les mirroirs ftp de FreeBSD (+ de 12300) ces logiciels sont validés ou non par les comiters FreeBSD.

-rapidité, fluidité du système? peut-être quelques gains mais c'est pas évident à vérifier. Ce système est réputé pour être un des plus rapides et puissants.

Share this post


Link to post
Share on other sites

1) Le fichier de configuration du compilateur

Le Compilateur (GCC) doit être renseigné pour permettre de compiler selon les ressources de votre ordinateur. En effet, les binaires créés ne sont pas les mêmes si vous utilisez un PIV C ou un Barton. (Je passe sur l'Athlon 64 qui peut, si tous les binaires sans les sources sont disponibles en 64 bits être recompilé en 64 bits). On appelle celà l'optimisation du système. Elle permet d'avoir un OS plus efficace qu'un concurrent dont la compilation a été faite pour des architectures de type 586 (Athlon K6, Intel Pentium)...

Le make conf doit disposer de quelques renseignements précis.

Sur les versions 4.X

Le fichier doit se trouver dans /etc/make.conf

Par défaut , l'emplacement est vide.

vérifiez quand même, on ne sait jamais. :transpi:

Vous pouvez récupérer un fichier dans /etc/defaults/

#cp /etc/defaults/make.conf /etc/make.conf

renseignez le comme il faut, vous pouvez retirer les lignes commençant par le caractère # ce sont des commentaires non utilisés par le compilo.

vi /etc/make.conf

CPUTYPE?=k7
CFLAGS= -O3 -pipe

ce sont les deux critères à renseigner sur les 4.X . CPUTYPE donne la meilleure architecture du CPU pour la compilation, CFLAGS le niveau d'optimisation. A moins d'optimiser en modifiant des paramètres avancés. Lisez le Handbook pour plus de détail.

ou faites:

#man make.conf

Note Si la compilation passe pas en -O3, tentez en -O2 avant de la passer en -O (aucune optimisation) vous pouvez aussi utiliser l'option -Os.

Sur les versions 5.X

Le fichier make.conf existe à l'emplacement désiré.

Il contient les paramètres de compilation du langage PERL qui n'est plus dans le noyau. Ces paramètres sont indispensables pour pouvoir compiler certains logiciels écrits en PERL. Le système fonctionnera beaucoup moins bien si ces lignes sont modifiées.

Je vous engage à en faire une copie dans /root.

Le compilateur reconnait les Athlon XP Il optimise donc beaucoup mieux le code que les versions précédentes.

#vi /etc/make.conf

CPUTYPE?=athlon-xp

CFLAGS= -O2 -pipe

PERL_VER=5.8.5
PERL_VERSION=5.8.5
PERL_ARCH=mach
NOPERL=yo
NO_PERL=yo
NO_PERL_WRAPPER=yo

Remarque: un make.conf un peu plus poussé:


KERNCONF=LENOMDUNOYAUFAITSURMESURE
CPUTYPE=athlon-xp
CFLAGS= -O2 -pipe -mfpmath=sse -mmmx -msse -m3dnow
CFLAGS+= -maccumulate-outgoing-args -minline-all-stringops

#MAKE_SHELL?=sh
#BDECFLAGS= -W -Wall -ansi -pedantic -Wbad-function-cast -Wcast-align \
# -Wcast-qual -Wchar-subscripts -Winline \
# -Wmissing-prototypes -Wnested-externs -Wpointer-arith \
# -Wredundant-decls -Wshadow -Wstrict-prototypes -Wwrite-strings
PERL_VER=5.8.5
PERL_VERSION=5.8.5
PERL_ARCH=mach
NOPERL=yo
NO_PERL=yo
NO_PERL_WRAPPER=yo

#CXXFLAGS+= -fmemoize-lookups -fsave-memoized provoque une erreur (valeurs non reconnues )

voila, pour les autres archis, ou d'autres optimisations, regardez sur /usr/share/examples/etc/make.conf

et man make.conf bien sûr. D'autres exemples sont sur Internet.

2) Le fichier de configuration du noyau

Il se trouve dans /usr/src/sys/i386/conf/

Le noyau de base s'appelle GENERIC Il peut être modifié par les sources systèmes à chaque fois que vous mettez à jour. Vous ne l'utilserez donc pas pour faire votre noyau sur mesure. Vous en Fâites une copie.

#cp GENERIC MONNOYAU

Ensuite il faut le renseigner.

Si vous voulez optimiser votre système, vous pouvez supprimer les modules qui ne vous servent pas.

Mais n'oubliez pas qu'un module peut en cacher un autre. Vous pouvez ne plus booter si vous supprimez un module nécessaire au système. Le Handbook est très bien documenté pour vous aider à préparer un noyau sur mesure.

Sur les versions 4.X

Le fichier d'exemples et de renseignement se situe au même endroit :

/usr/src/sys/i386/conf/

Il se nomme LINT

#more LINT

vous renseignera sur toutes les options disponibles du noyau.

Le noyau dispose de modules à charger. Il faut peut-être en rajouter et en modifier en fonction de votre configuration.

Il faut renseigner: le type de processeur (i686CPU)

Le nom de votre Kernel. (remplacez GENERIC par MONNOYAU )

Rajouter les drivers spécifiques dont vous avez besoin

device pcm pour avoir le son sur les cartes que gère ce driver.

renseignez vous à l'aide du Handbook pour les autres options disponibles et sur google pour quelques cas particuliers.

Sur les versions 5.X

idem sauf que

NOTES est le fichier d'exemples, LINT peut être généré automatiquement en faisant un make.

device sound pour avoir le son à partir de la 5.3

et il existe un

device radeondrm si vous avez une ATI récente.(>9100)

par exemple.

Et que vous chargez de moins en moins de modules mais des structures permettant de faire fonctionner les modules présents dans device.hints ou dans /boot/loader.conf, ou ailleurs...

3) Les modules (versions 5.X)

Que dire de plus?

Les modules sont chargés avec kldload, déchargés avec kldunload, on sait ce qui est chargé avec kldstat. Le chargement automatique se fait avec

-les déclarations des modules dans /boot/loader.conf

ou en utilisant le fichier /boot/device.hints

Mon Fichier /boot/loader.conf

vi /boot/loader.conf
hint.acpi.0.disabled=1
snd_driver_load="YES"            # All sound drivers
if_nv_load="YES"
io_load="YES"
mem_load="YES"


On retrouve ici le module if_nv qui est celui de la carte réseau NVidia, qui n'est pas inclus dans le système.

Le fichier device.hints est celui qui va permettre d'activer les pilotes de périphériques. Il est chargé au démarrage du système. man device.hints, ainsi que le handbook à cette page vous renseigneront.

4) Recompiler le noyau

Ben maintenant qu'on a tout on recompile ?

#cd /usr/src
#make buildkernel KERNCONF=MONNOYAU

Vous pouvez utiliser l'option -j 2 à -j X pour demander au make d'exécuter plusieurs tâches simultanément. Cette option permet de raccourcir le temps total de compilation. (X est un entier positif).

Installation du noyau: D'abord, désinstallez les drivers tiers qui peuvent provoquer des conflits:

#cd /usr/ports/net/nvnet
#make deinstall

Installez le noyau:

#make installkernel KERNCONF=MONNOYAU



#reboot

(Et là si vous avez une carte réseau nvidia
#cd /usr/ports/net/nvnet
#make install
#kldload if_nv
#cd /etc
#./netstart
pour réinstaller le pilote de la carte réseau dont le binaire n'est plus installé, idem pour tous les drivers propriétaires, dont certains binaires peuventi nteragir avec le noyau  )

5) Le réseau.Cas des cartes réseau non reconnues

La plupart des cartes réseaux sont reconnues directement. Quelques cas particuliers posent problèmes, comme les cartes intégrées aux plate-formes NForce2, dont les drivers propriétaires n'ont pas leur équivallent dans le libre.

Le site http://www.gnuworld-fr.org donne un exemple précis pour le chargement du module nvnet sur des FreeBSD 5.X.. D'autres programmes comme VMWare ® peuvent perturber ce module, je vous indique donc la méthode pour vérifier qu'il est chargé, le charger et le démarrer à la main, méthode qui elle est documentée dans le Handbook.

Attention, le chargement du module est à manipuler avec précaution, et avec sous la main, le manuel à la page "Que faire si cela se passe mal." ( $8.6 du Handbook de FreeBSD dans le chapitre configurer le noyau).

Creation du module: suivre les informations de GnuWorld-fr: FreeBSD5.2.x sur NForce2 + carte réseau..

Verification de la présence du module:

#kldstat | grep nv
35    1 0xc2e21000 a000     if_nv.ko

sortie de ifconfig :

#ifconfig nv0
nv0: flags=8c43<UP,BROADCAST,RUNNING,OACTIVE,SIMPLEX,MULTICAST> mtu 1500
       inet 192.168.0.5 netmask 0xffffff00 broadcast 192.168.0.255
       inet6 fe80::200:ff:fe21:36ac%nv0 prefixlen 64 scopeid 0x4
       ether 00:00:00:21:36:ac
       media: Ethernet autoselect (10baseT/UTP)
       status: active

Si l'adresse IPV4 (ici 192.168.0.5 ) n'apparaît pas, le net n'est pas démarré. Si aucun autre périférique n'est en conflit, et si vous avez suivi les instructions de GNUWorld-fr, au prochain démarrage, le module devrait être actif.

il existe un moyen de démarrer un nouveau périférique sans redémarrer. Pour le net, et à condition que vous ayez proprement configuré votre carte, faites ce qui suit en root:

#cd /etc/
#./netstart

#ping 192.168.0.5 l'adresse ip de votre carte. Pas de réponse si elle n'est pas reconnue par le système ou pas démarrée.

Share this post


Link to post
Share on other sites

viiii Les logiciels la mise à jour des sources et des ports

1) Les programmes. Présentation

Les logiciels portés

Le système d'exploitaton FreeBSD inclus des logiciels portés: ce sont une série de logiciels soumis par leurs auteurs à validation et insertion dans l'arborescence des logiciels portés.

Vous les trouverez en entrant dans votre navigateur /usr/ports/README.html (attention à la casse des caractères). L'arborescence est une image de ce qu'il y a sur le site web de FreeBSD, à l'adresse http://www.freebsd.org/ports/ .

Ces logiciels portés sont disponibles sous forme de source à recompiler comme sous forme de binaires executables à installer directement.

Pour rechercher un logiciel porté:

#cd /usr/ports
#make search name=nom_du_logiciel

Pour installer un logiciel porté à partir des sources:

#cd /chemin_complet_du_logiciel  
par exemple
#cd /usr/ports/www/galeon

#make install

ou

#make install clean

la commande clean permet d'effacer les répertoires de compilation du logiciel.

#rehash

relit la base de données des logiciels.

sidebar.png

Galeon est un navigateur issu du moteur gecko, commun avec Mozilla et Firefox.

Pour Installer un logiciel précompilé (binaire) sans le recompiler:


#pkg_add -r nom_du_logiciel   <----------Télécharge le logiciel et l'installe
#pkg_add nom_du_logiciel      <---------- Le fichier à installer se trouve dans /tmp/.

Pour vérifier la présence d'un logiciel, voir ses dépendances:

pkg_info nom_du_logiciel_version    #donne une courte description du logiciel

pkg_info -rR nom_du_logiciel_version   #affiche toutes les dépendances dont a besoin ce logiciel, et tous les logiciels qui dépendent de lui.

Note: Le système de gestion de logiciels de FreeBSD assure une très bonne gestion des dépendances. Quelques erreurs peuvent venir, mais elles sont rapidement corrigées. Pensez à vous renseigner et à lire le /usr/ports/UPDATING régulièrement, les mailing-lists FreeBSD sont aussi une source de renseignements très utiles.

Les logiciels non-portés

Pour les autres logiciels (ceux qui ne se trouvent pas dans l'arborescence), il faut lire les instructions d'installation données par l'éditeur pour FreeBSD. Et vérifier qu'une version ne se trouve pas dans l'arborescence des logiciels portés.

Remarque importante

L'architecture de l'OS au niveau des ports ( /usr/ports/ ) des documentations ( /usr/share/doc/fr_FR.ISO8859-1/books/handbook/index.html ) et des sources correspond à une architecture Web, à laquelle ont peut naviguer avec un navigateur Internet. Cette fonction permet de rechercher très vite des logiciels ou des renseignements sans disposer d'affichage graphique, par exemple avec un navigateur comme Links. Elle est remarquable, et c'est une image totale de ce qu'il y a sur les mirroirs ftp de FreeBSD à une date donnée.

2)Mise à jour de l'arborescence logiciels portés, des sources et des docs:

Il est recommandé de faire une mise à jour de l'arborescence des ports, d'une part parce que de nouvelles versions apparaissent, d'autre part, parce que les nouvelles versions des logiciels incluent souvent des corrections de bug ou des nouvelles fonctionnalités intéressantes.

L'outil de mise à jour et les fichiers de paramétrage de cet outil

L'outil le plus utilisé sur FreeBSD pour la mise à jour est cvsup. Il est installé parce que vous n'avez pas oublié de le faire.

Il est lié à quelques fichiers:

ports-supfile Permet de mettre à jour l'arborescence des ports.

doc-supfile Permet de mettre à jour les documentations.

stable-supfile Permet de mettre à jour les sources d'une version STABLE

standard-supfile Permet de mettre à jour une version Standard.

Je rajouterai deux choses à ce qu'il y a sur le Handbook et que je vous invite à lire:

-renseigner l'adresse ftp

en changeant CHANGE.THIS.freeBSD.org par exemple par cvsup.fr.FreeBSD.org

-Les tags

tag=. pour les ports-supfile et doc-supfile

tag=RELENG_5 Pour la dernière version de l'arborescence des sources sur le niveau de développement le plus récent de FreeBSD

la liste des tag cvs et leurs significations sont disponibles à cette page:

http://www.freebsd.org/doc/en_US.ISO8859-1...k/cvs-tags.html

mise à jour des ports:

Une fois que vous avez copié ports-supfile dans le dossier /root

Entrez la commande suivante (en root)

#cvsup -g -L 2 /root/ports-supfile

mise à jour des sources du noyau:

**version current

#cvsup -g -L 2 standard-supfile

**version stable

#cvsup -g -L 2 stable-supfile

Ces mises à jour récupèrent des sources, des modifications de sources permettant de régler des problèmes de sécurité et autres.

Au bout d'un certain temps, il deviendra nécessaire de recompiler son noyau pour inclure ces modifications dans votre OS. (Genre en production, il est recommandé de recompiler son noyau une fois par semaine) , cette recompilation est transparente, jusqu'au reboot, elle peut être effectuée alors que votre système continue à fonctionner.

Votre système étant déjà optimisé, elle prend moins de temps que la première compilation et optimisation de votre système.

3)Mise à jour des logiciels installés: synchronisation avec l'arbre de portage:

#portsdb -uU

recrée les bases de dépendances, la database des logiciels installés

#pkgdb -F

règle les conflits de bibliothèques ou permet de le faire :-D

Très important: Vérification, correction des problèmes connus, méthodes pour bien mettre à jour:

#more /usr/ports/UPDATING

La lecture de ce fichier permet de faire ce qu'il faut pour qu'une mise à jour se déroule sans problèmes.

Il est complet et les dernières modifications à apporter sont renseignées en début de fichier.

#portupgrade -rRa

télécharge les dernières versions de vos logiciels et les installe. Attention, certains logiciels ont besoin de consentements, de listes de choix donc de réponses de votre part, si vous le lancez la nuit, il se peut que le lendemain matin, ça n'ait que très peu avancé parce qu'il attendait une confirmation de votre part...

man portupgrade vous donnera des renseignements sur les options disponibles.

Note: Pour bien comprendre ce que vous faites, il est préférable de lancer un portupgrade uniquement des logiciels dont vous sentez la nécessité.

portupgrade -rR nom_du_logiciel

4)Régler quelques erreurs courantes sur l'installation ou la mise à jour

Si le portupgrade se termine par une liste de logiciels avec:

*nom_du_logiciel failed

Regarder pourquoi.

- more /usr/ports/UPDATING pour vérifier que la solution n'est pas déjà décrite.

- Il manque deux ou trois fichiers, allez les chercher à l'adresse indiquée par

#more /usr/ports/catégorie/nom_du_logiciel/pkg-message

( par exemple pour Java... :transpi: )

Et placez ces fichiers dans

/usr/ports/distfile

- Checsum mismatch , se règle facilement avec un:

#cd /usr/ports/catégorie/nom_du_logiciel
#make distclean   #efface les répertoires temporaires de travail de ce logiciel.
#make checksum #corrige les éventuels problèmes lié au contrôle md5 

Ensuite répétez l'opération d'installation ou de mise à jour.

Pour les autres conflits, la lecture de la liste de diffusion permet la plupart du temps de trouver des solutions parce que d'autres personnes ont eu le même problème que vous.

bsd-duck.jpg

Une fois que vous avez installé les sources de ce que vous jugez comme nécessaire pour votre système, vous pourrez faire un make buildworld, et un make buildkernel objet du chapitre suivant. C'est à dire créer un système sur mesure, où les programmes, les pilotes de périphériques le noyau fonctionneront ensemble. Ceci est le gage d'avoir un système puissant et rapide.

et n'oubliez pas, le Handbook donne beaucoup plus de détails , une lecture attentive du handbook permet dans la presque totalité des cas de résoudre les problèmes qui se posent, ou d'empêcher qu'ils se posent.

Share this post


Link to post
Share on other sites

x Résumé des éléments post Installation. Optimisation de l'ensemble du système

1) Résumé des éléments post installation

Contribution de Imil, livrée telle qu'elle diponible grâce à gcu-squad.org

(Et encore Merci à Imil et à tous les contributeurs )


Sexy FreeBSD HOWTO
==================
iMil, 03/2004


Motivation
----------

L'installation d'un systeme FreeBSD ne releve pas de l'exploit, cependant
l'utilisateur novice est rapidement tenté d'adopter une approche désordonnée
juste après son système de base installé. Cette approche est particulièrement
inapropriée aux Unix de type BSD, généralement construits sur un modèle au
contraire très ordonné et procédural. Le document ci-present a pour but
de passer en revue les quelques procedures simples à adopter immediatement
apres l'installation.

Astuce à l'attention de l'utilisateur pressé, vous pouvez compacter ce document
à sa plus simple expression, à savoir uniquement les commandes à taper, sans
les explications grace a la commande :

# grep ^action: sexy-FreeBSD.txt

A noter que cette methode vous privera d'explications susceptibles d'accelérer
les performances de votre système.


0. NE PAS FAIRE !
  ------------


NE PAS ÉDITER /etc/passwd DIRECTEMENT
Utilisez vipw si vous devez intervenir dans le fichier passwd, ce dernier est
synchronisé a une db, une edition directe rendrait cette db inconsistante.
Pour changer votre shell par defaut, utilisez plutot chsh de cette façon :

chsh -s /usr/local/bin/bash user
I. CVSup, ou comment tenir les sources de votre systeme à jour
  -----------------------------------------------------------


L'outil généralement utilisé pour garder son système FreeBSD à jour s'appelle
cvsup, il se connecte à un serveur cvsup à préciser dans un fichier de 
configuration, et effectue un differentiel entre les fichiers recents situés
sur le serveur et ceux présents à certains endroits de votre arborescence.

Pour des informations détaillées sur CVSup, rendez-vous au chapitre CVSup du
Hanbook FreeBSD [URL=http://www.freebsd.org/doc/fr_FR.ISO8859-1/books/handbook/cvsup.html]http://www.freebsd.org/doc/fr_FR.ISO8859-1...book/cvsup.html[/URL]

La première chose à faire, c'est d'installer cvsup. Si votre FreeBSD est déjà
connecté a l'Internet, faites sous root :

action: PACKAGESITE="ftp://ftp.fr.freebsd.org/pub/FreeBSD/ports/i386/packages-current/Latest/"; export PACKAGESITE
action: pkg_add -vr cvsup-without-gui

La 1ere ligne place la variable d'environnement PACKAGESITE qui determine
le host et le chemin complet de votre miroir de ports binaires FreeBSD le plus
proche.
La seconde ligne télécharge et installe la version binaire de cvsup sans
interface graphique, cela pour eviter les problèmes de dépendance sur X11.

CVSup est maintenant installé, et avec lui, ses fichiers de configuration
normalement situés dans /usr/share/examples/cvsup/.
Copiez les fichiers /usr/share/examples/cvsup/stable-supfile et ports-supfile
par exemple dans /usr/local/etc.

Le fichier stable-supfile determine :

   * Quels fichiers voulez-vous télécharger?
   * Quelles versions de ces fichiers voulez-vous?
   * D'où voulez-vous les télécharger?
   * Où voulez-vous les mettre sur votre machine?
   * Où voulez-vous mettre les fichiers d'état de votre machine?

Le stable-supfile met à jour les fichiers relatifs au système lui même, i.e.
les sources du userland ainsi que celles du noyau.

Remplacez CHANGE_THIS.FreeBSD.org par cvsup.fr.FreeBSD.org (par exemple)

action: sed -i '' s/CHANGE_THIS/cvsup.fr/ /usr/local/etc/stable-supfile

A la ligne
*default release=cvs tag=RELENG_4
Specifiez quelle branche de FreeBSD vous souhaitez mettre a jour, par exemple
*default release=cvs tag=RELENG_4_9 # pour mettre a jour un FreeBSD 4.9

Si vous n'êtes pas sur de ce qu'il faut mettre ici, executez ceci :

action: sed -i '' -E s/tag=RELENG[0-9_]+/tag=`sysctl kern.osrelease|sed -E s/.+\ \([0-9\.]+\)-.+/RELENG_\\\1/|sed s/\\\./_/g`/ /usr/local/etc/stable-supfile

Cette ignoble ligne de commande placera la RELENG correspondant à votre
système fraichement installé.

Lancez maintenant CVSup comme suit :

action: cvsup -L 2 -g /usr/local/etc/stable-supfile

Cette opération peut prendre un certain temps.

Nous allons procéder de la même façon pour ports-supfile. Ce fichier met à jour
les fichiers relatifs aux ports. Les ports FreeBSD sont une collection de
reperoires definissant les methodes 'installation des logiciels portés sous
FreeBSD. Il est GRANDEMENT RECOMMANDÉ de toujours passer par les ports pour
installer un logiciel. Nous verrons comment réaliser ceci plus loin dans cette
documentation.
Pour des informations complètes sur le système de ports FreeBSD, rendez-vous
à l'adresse suivante : [URL=http://www.freebsd.org/doc/fr_FR.ISO8859-1/books/handbook/ports-using.html]http://www.freebsd.org/doc/fr_FR.ISO8859-1...orts-using.html[/URL]

Remplacez CHANGE_THIS.FreeBSD.org par cvsup.fr.FreeBSD.org (par exemple)

action: sed -i '' s/CHANGE_THIS/cvsup.fr/ /usr/local/etc/ports-supfile

Puis lancez CVSup comme suit :

action: cvsup -L 2 -g /usr/local/etc/ports-supfile

La collection des ports est maintenant à jour.
Pour proceder à l'automatisation de cette tache, executez :

action: CRON=/tmp/cron; crontab -l > $CRON && echo "30 04 * * * /usr/local/bin/cvsup -g /usr/local/etc/stable-supfile" >> $CRON && echo "30 05 * * * /usr/local/bin/cvsup -g /usr/local/etc/ports-supfile" >> $CRON && crontab $CRON

Cette suite d'instructions place en cron l'execution de cvsup sur stable-supfile
et ports-supfile tous les matins à respectivement 4h30 et 5h30.

Votre système FreeBSD est maintenant "up-to-date".

II. make.conf, les preferences de make pour l'ensemble du systeme
   -----------------------------------------------------------

Le fichier /etc/make.conf agit sur l'ensemble des compilations et installations 
liées aux composantes de FreeBSD, les sources du userland, le noyau, mais aussi 
les ports.
Par exemple :

CPUTYPE?=i686
CFLAGS= -O -pipe
CXXFLAGS+= -fmemoize-lookups -fsave-memoized

mais aussi

SENDMAIL_MC=/etc/mail/myconfig.mc 

ou encore

NO_X=true # avec cette option, aucun ports ne dependra de X11

Bon nombre de directives du make.conf se trouvent dans /usr/share/examples/etc/make.conf

Voici l'exemple du make.conf de Sebastien Gioria

MAKE_KERBEROS5= yes
USA_RESIDENT=   YES
KERNCONF=       FREEFALL
CPUTYPE=        p3
NO_LPR=         true
NO_I4B=         true
NOUUCP=         true
SENDMAIL_CF=    freefall.cf
NO_MODULES=     grr
NOPROFILE=      true
COMPAT4X=       YES
MASTER_SITE_BACKUP= [URL=ftp://ftp-master.freebsd.org/pub/FreeBSD/ports/distfiles/${DIST_SUBDIR}/]ftp://ftp-master.freebsd.org/pub/FreeBSD/...;{DIST_SUBDIR}/[/URL]
MASTER_SITE_OVERRIDE?= ${MASTER_SITE_BACKUP}
MASTER_SITE_LOCAL= [URL=ftp://ftp-master.FreeBSD.org/pub/FreeBSD/ports/local-distfiles/%SUBDIR%/]ftp://ftp-master.FreeBSD.org/pub/FreeBSD/...files/%SUBDIR%/[/URL]
BOOT_PXELDR_PROBE_KEYBOARD=     true
AMANDA_SERVER=backup.freebsd.org
AMANDA_GNUTAR_LISTDIR=/var/amanda/gnutar-lists
WANT_FREEFALL_CFG=YES
JADETEX=yes

III. portupgrade, la gestion évoluée de ports FreeBSD
    ------------------------------------------------


Maintenant que vos ports sont à jour, rendez vous ici :

action: cd /usr/ports/sysutils/portupgrade

et tapez

action: make install clean

C'est de cette façon qu'on installe "normalement" un port sous FreeBSD. Le seul
probleme de cette methode c'est qu'elle peut potentiellement rapidement peupler
votre database de ports avec de multiples versions du meme logiciel.
C'est là qu'intervient portupgrade, ce formidable logiciel permet en effet de 
gérer les dépendances des ports et upgrade proprement d'une version à l'autre.

portupgrade étant installé, tapez :

action: portsdb -Uu

afin de mettre à jour la database INDEX des ports.

Pour installer un port, tapez indifferemment

action: portupgrade -N sudo
ou bien
action: portinstall sudo

Pour upgrader ce port, tapez

action: portupgrade sudo

Pour mettre a jour les logiciels dépendant du port en question tapez :

ction: portupgrade -r sudo

Pour mettre a jour les logiciels dont dépend le port en question tapez :

action: portupgrade -R sudo


IV. make search
   -----------

Afin de savoir si un logiciel a été porté, faites :

action: cd /usr/ports
action: make search name=logiciel

Afin de faire une recherche par mot clé dans les ports, faites :

action: cd /usr/ports
action: make search key=recherche

Il est evidemment possible d'effectuer ces recherches dans des sous répertoires
des ports, par exemple :

action: cd /usr/ports/mail
action: make search key=spam


V. Mise à jour du système
  ----------------------

Vous aurez probablement envie de mettre à jour votre noyau et pourquoi pas
son userland en suivant à la lettre les inscructions situées ici : [URL=http://www.freebsd.org/doc/en_US.ISO8859-1/books/handbook/makeworld.html]http://www.freebsd.org/doc/en_US.ISO8859-1.../makeworld.html[/URL]
Avant de vous lancer dans l'opération n'oubliez pas de bien lire les
recommandations du fichier /usr/src/UPDATING.
N'oubliez pas que la procédure se fait dans l'ordre suivant :

# make buildworld
# make buildkernel
# make installkernel
# reboot

> boot -s (pour demarrer en mode signe user)

# mergemaster -p
# make installworld
# mergemaster
# reboot


VI. Maintenance et configuration post-install
   -----------------------------------------

Gaetan Miont nous rappelle à juste titre que /stand/sysinstall permet à tout
moment d'intervenir sur la configuration de base de notre système FreeBSD,
par exemple pour changer son keymap ou encore installer des packages binaires
depuis le CDROM d'installation ou bien des serveurs distants.


--------------------------------------------------------------------------------

Note: je ne garantis aucunement que les commandes présentes dans ce document
sont 100% fiables et je décline toute responsabilité quand à la perte eventuelle
de données qu'ils pourraient engendrer.

Note: N'hésitez pas à me proposer des diffs sur cette doc, j'ajouterai
volontiers vos contributions.

Merci à viny, eagle42, jtbjid, Reefab, gab... et prae ! =)

iMil

2) Optimisation de votre système

Bon ben si vous avez bien lu plus haut, vous savez faire:

#cd /usr/src                  <------on travaille dans ce répertoire **

# make buildworld
# make buildkernel
# make installkernel
# reboot

> boot -s (pour demarrer en mode signe user) <-----moi je fais: #shutdown now après être logué en root.
#cd /usr/src                    **

# mergemaster -p
# make installworld
# mergemaster
# reboot

Voila vous avez un système installé et qui marche!

3) Quelques Remarques importantes

lecture des notes importantes de mise à jour:

regardez le contenu du fichier

#/usr/src/UPDATING

Pour vous tenir au courant des problèmes et des modifications de mise à jour de votre système.

regardez le contenu du fichier

/usr/ports/UPDATING

Pour vous tenir au courant des problèmes et des modifications concernant les mises à jour de vos logiciels favoris.

L'utilitaire

/stand/sysinstall

est disponible à n'importe quel moment.

son onglet

configure

permet de modifier ou de recréer des éléments de configuration, permettant de paramétrer une carte réseau, réécrire le xorg.conf, et plein d'autres choses, utiles lorsque vous ne savez pas remplir des fichiers de configuration propres.

La database des fichiers se paramètre ainsi:

---Création de la database:

#/usr/libexec/locate.updatedb

---Recherche d'un fichier ou d'un dossier

#locate nom_du_fichier

Pour copier/coller une chaîne de caractère, il suffit de se positionner au début de la chaîne de caractères, maintenir le clic gauche enfoncé tout en déplaçant la souris jusqu'à la fin de la chaîne de caractère,

se positionner à l'endroit où on veut la copier

Puis faire un clic milieu.

Vous pouvez savoir quels logiciels sont installés sur votre FreeBSD.

#pkg_info

Le taux d'occupation de vos partoches

#df

Les programmes en cours

#top 
ou
#ps -auxfw

la liste des fichiers et répertoires dans un fichier.

#ls -ltra

4) Où se trouvent ?

- Les bibliothèques:

regarder le fichier /etc/libmap.conf

- L'arborescence Linux ? ( chroot ):

derrière /usr/. Par exemple:

/usr/local/etc/...

- Mes logiciels préférés?

/usr/ports

-Les sources du système?

/usr/src

-Les fichiers de conf?

/etc/

-Le répertoire perso?

/home/user/. -> lien symbolique vers /usr/home/user si il n'y a pas de partition dédiée à /user

/root/

- Les docs?

/usr/share/doc

/usr/doc

- Les jeux Unix?

/usr/games

( par exemple: factor décompose en facteurs premiers :transpi: )

Share this post


Link to post
Share on other sites

Synopsis de l'installation:

A Avant l'install

-1 Récupérez l'iso

-2 Vérifiez son intégrité

-3 Gravez le

-4 Récupérez les pilotes de cartes réseaux propriétaires si vous avez besoin (cas du pilote nvnet et NForce2)

-5 Enregistrez les (disquette , cd-rom ou partoche de votre disque dur)

B Pendant l'install

-6 Débutez l'install (sans ACPI sur les NFORCE2 ou avec ACPI pour les autres sur les versions 5.X)

-7 Positionner la partition à installer

-8 Positionnez le multi-boot FreeBSD

-9 Créez les partitions d'installation: (en système UFS//UFS2 : / /var /tmp /usr en swap la swap )

-10 Installez les sources et les docs de l'OS ainsi que celles du serveur X

-11 Paramétrez votre environnement graphique

-12 Installez la compatibilité Linux, les serveur FTP Samba SSH telnet http.

-13 Paramétrez votre réseau (cas des cartes réseau reconnues )

-14 Enregistrez autant de noms d'utilisateur et un mot de passe root

-15 Installez des logiciels dispos sur le CD

-15 terminez retirez le CD et rebootez

C Apres l'install

-16 Accedez au groupe Super Utilisateur

-18 Accedez au graphique

-19 Installez des logiciels par les portages ou autres

-20 Mettez à jour vos sources

-21 Synchronisez vos logiciels et votre système avec le reste du monde

-22 Tenez vous au courant des informations de mise à jour (UPDATING)

-23 Compilez un système sur mesure

-24 Grattez sur les liens que j'ai donné en §i les petits trucs qui peuvent vous interresser.

Note: Le point B: l'installation proprement dite me prend de 10 à 20 minutes en fonction des programmes que j'installe.

Voila :transpi: bon courage et merci de donner vos commentaires.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ici, lorsque j'aurais le temps et sur demande :transpi: j'indiquerai quelques éléments de confort suplémentaires.

Acces à la complémentation des noms pour l'utilisateur

Le shell dispo pour les utilisateurs est /bin/sh, pour activer le complement des noms, le plus simple est d'en utiliser un autre. Lla commande chpass permet de le remplacer. (comme csh, tcsh ou autre)

#chpass

la ligne concernée:
Shell: /bin/sh 

à remplacer par
Shell: /bin/csh

enregistrez la modification en quittant. Vous aurez acces à la complémentation des noms avec la touche <tab> en tant qu'utilisateur comme le root. :-D

FreeBSD en Français... pour tous les programmes compatibles

#vi /home/moimeme/.login_conf

Ajoutez ces lignes:
me:\
       :charset=iso-8859-15:\
       :lang=fr_FR.ISO8859-15:

Le Gestionnaire de Demarrage Graphique

le GDM à l'ouverture de la session:

Si vous avez installé gdm2:

Editez le fichier /etc/ttys

à la ligne

#ttyv8  "/usr/X11R6/bin/xdm -nodaemon"  xterm   off  secure

remplacez xdm par gdm , supprimez le caractère # en début de ligne et passez le à on:

ttyv8  "/usr/X11R6/bin/gdm -nodaemon"  xterm   on  secure

Le choix entre plusieurs bureaux au démarrage du gestionnaire graphique

Pour avoir le choix entre plusieurs bureaux (enlightenment, kde, windowmaker, etc...) au démarrage du système (et non pas éditer le fichier ./.xsession à la main ) , il suffit de rajouter Un fichier correspondant au bureau souhaité dans le dossier /usr/X11R6/etc/dm/Sessions/

Exemple: vous avez installé enlightenment et vous voulez avoir le choix au démarrage de gdm entre enlightement et gnome:

Il faut créer dans le répertoire /usr/X11R6/etc/dm/Sessions/ un fichier enlightenment.desktop qui inclue les lignes permettant de le définir:

#cd /usr/X11R6/etc/dm/Sessions/
#vi enlightenment.desktop
[Desktop Entry]
Encoding=UTF-8
Name=enlightenment
Exec=/usr/X11R6/bin/enlightenment
TryExec=/usr/X11R6/bin/enlightenment
Icon=
Type=Application

Le verrouillage du pavé numérique à l'ouverture de session:

Merci à freebsdebutant.org. :transpi:

http://www.freebsdebutant.org/

cd /usr/ports/x11/numlockx && make installclean

Graver une image iso sur votre graveur :

testez la gravure:

#burncd -t -f /dev/acd1 data /home/alain/lesisos/opendarwin-7.2.1.iso fixate

gravez:

#burncd -f /dev/acd1 data /home/alain/lesisos/opendarwin-7.2.1.iso fixate

Réinstaller le bootmanager FreeBSD :

Attention, ce procédé est tout bête, je l'ai trouvé par hasard non pas sur le net, où il va se propager, mais par moi-même.

Bootez avec le CD d'install de freeBSD. Selectionnez votre clavier et faites comme si vous vouliez une installation standard.

A l'invite du choix des partitions, quittez sans en proposer aucune

A l'invite du boot manager choisissez le mbr FreeBSD

A l'invite de la table des partitions à créer n'en sélectionnez aucune.

Au choix des programmes sélectionnez

Reset

Le système va procéder à l'installation de boot manager, et arrêter l'installation du système avec un message d'erreur disant qu'il n'a pas pu écrire la table des partitions.

Régler l'heure du système à l'heure locale.

Vous allez vous rendre compte, en ayant choisi l'heure de Paris à l'installation, qu'il existe un décalage de quelques heures entre l'heure réelle (celle qui est dans le Bios ) et votre heure locale, surtout si vous avez installé FreeBSD avec un beau YES lorsque le système vous a posé la question. :transpi:

En fait, par défaut, le système reçoit l'heure du Bios et considère que cette heure est l'heure UTC.

Vous avez deux solutions pour régler ce problème: régler l'heure du Bios à l'heure UTC, et si vous avez un multi-boot avec Windows, vous aurez un décalage sur Windows, ou donner au système l'information qu'il n'a pas: l'heure système est l'heure locale.

Pour celà la démarche est simple: en superutilisateur, créez un fichier vide dans le répertoire /etc/, nommé wall_cmos_clock , entrez la commande adjkerntz -i et rebootez (ou relancez l'initialisation des démons).

#vi /etc/wall_cmos_clock

:wq                 enregistrez et quittez

#adjkerntz -i
#reboot

Pour plus d'informations sur adjkerntz, un petit man adjkerntz peut être utile.

voila. :sm:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une succinte présentation de vi

vi est un éditeur de texte présent sur le système , en concurrence avec ee, sur les systèmes Linux comme BSD.

:transpi: Pour lire un fichier avec vi, il suffit d'écrire la commande vi suivie du nom du fichier.

#vi /usr/home/monrépertoire/monfichier

Vous remarquerez que le répertoire /home est sur FreeBSD un sous-répertoire de /usr.

Vous remarquerez aussi que monfichier n'a pas d'extension. Ce sont les premiers bits du contenu d'un fichier qui permettent de décrire quel type de fichier c'est.

Le contenu du fichier est alors affiché intégralement sur la page courante (console virtuelle ou Terminal de votre environnement graphique favori).

Comment se déplacer et modifier le contenu?

vi dispose de deux modes de fonctionnement:

le premier accessible à l'ouverture d'un fichier, et chaque fois que l'on appuie sur la touche <Echap> (ou <Esc> ) est le mode d'édition. Les commandes disponibles et utiles sur ce mode sont les suivantes:

:-D.........Pour Déplacer le curseur

-Les flèches: pour se déplacer dans le corps du texte.

h      Déplace le curseur d'un caractère vers la gauche.
j       Déplace le curseur d'une ligne vers le bas.
k      Déplace le curseur d'une ligne vers le haut.
l       Déplace le curseur d'un caractère vers la droite.

:transpi:..........Pour Effacer des caractères ou des chaînes de caractère

x                             Efface le caractère se trouvant sous le curseur
dd                           Efface la ligne complète se trouvant sous le curseur
dXd                         Efface X lignes
d$                           Efface les caractères de la ligne du curseur à la fin de la ligne
dG                           Efface tout le texte du curseur à la fin du fichier

:transpi:.........Pour Copier une ligne:

yy                            Copie la ligne sous le curseur
yXy                          Copie X lignes depuis le curseur
p                             Ajoute la ligne copiée à la suite de la ligne où se trouve le curseur
Xp                           Colle X fois la ligne copiée

:sm:.........Pour mettre en page le texte

>>       permet de faire une indentation vers la droite
>X>     permet de faire une indentation vers la droite sur les X lignes suivantes
X>>     permet de faire X indentations vers la droite
X>Y>   permet de faire X indentations vers la droite sur les Y lignes suivantes

<<        permet de faire une indentation vers la gauche
<X<      permet de faire une indentation vers la gauche sur les X lignes suivantes
X<<      permet de faire X indentations vers la gauche
X<Y<    permet de faire X indentations vers la gauche sur les Y lignes suivantes

:D.........Pour aller plus vite

.                      Permet de répéter la derniere action
X.                    Permlet de répeter X fois la derniere action
ZZ                   Permet de remplacer :wq!  (sauver et quitter en forçant)

r        Permet de substituer une lettre
R       Permet de passer en mode remplacement, equivalent de la touche insert sur le clavier. echap + i pour repasser en mode insertion.
cw     Permet de changer un mot
dw     Permet d'effacer un mot

:D.........Pour le repérage

set nu permet d'"afficher la numération des lignes
set nonu permet de l'enlever

Acces direct à une ligne:

vi toto.c
911

ou 

vi +911 toto.c

Positionner le curseur sur une ligne:

<numbre> Positionne le curseur sur la ligne <nombre>

:D.........Pour réparer les erreurs

u        Permet d'aller plus vite
:q!      Permet de quitter sans enregistrer (forcer à quitter)

;).........Pour Basculer en mode insertion de texte

i                               passe en mode insertion juste avant le curseur
a                              passe en mode insertion juste après le curseur
<shift+a>                 passe en mode insertion à la fin de la ligne
<shift+i>                  passe en mode insertion au début de la ligne
o                             Démarre une nouvelle ligne au-dessous de la ligne où se trouve le curseur et place celui-ci en début de ligne
O                           Démarre une nouvelle ligne au-dessus de la ligne où se trouve le curseur et place celui-ci en début de ligne

:arrow:.........Pour Basculer en mode Edition

<Echap>

:arrow:.........Pour Enregistrer:

:w
:w!

:arrow:.........Pour quitter:

:q
:q!

L'usage du ! point d'exclamation permet de forcer l'enregistrement ou de quitter (en particulier si vous avez modifié un texte et que vous ne vouliez pas).

Et n'oubliez pas: surligner le texte que vous voulez copier, basculer en mode insertion à l'endroit où vous souhaitez l'insérez et faites un clic-milieu: c'est la version BSD-Linux du copier-coller. ;)

Pour de plus amples renseignements sur vi ça se passe là

Quelques pistes pour l'avenir

:arrow: Debian, Gentoo, et coetera disposent de portages spécifiques FreeBSD. Globalement vous trouverez les explications dans le lien. Ils vous permettent d'utiliser un système (GNU) basé sur un noyau FreeBSD, soit en utilisant les bibliothèques de l'OS FreeBSD, soit en utilisant les bibliothèques propres aux distributions Linux.

La Debian utilisant les bibliothèques Glib-c sur FreeBSD

La Debian utilisant les bibliothèques libc5

Le portage de Gentoo sur FreeBSD

:arrow: FreeBSD dispose de dérivés: d'abord cet excellent live-cd capable de lancer le serveur X en utilisant les options d'automatisation de XFree86, Freesbie est basé sur la version 4.8 stable de FreeBSD. C'est un système d'exploitation complet utilisable sur CD directement sans avoir besoin d'installer quoi que ce soit sur le disque dur, donc qui peut fonctionner sur des systèmes sans disque dur. Il permet de "réparer des systèmes en panne" ou tout simplement de se familiariser avec un environnement FreeBSD.

Ensuite, il existe le projet TrustedBSD qui souhaite répondre aux exigences les plus dures des sites sensibles en matière de sécurité informatique.

:arrow: Enfin, le projet KGI4BSD veut implémenter une interface graphique dans le noyau de FreeBSD, cette interface sera capable de faire fonctionner directement un gestionnaire de bureau sans serveur-client X et sera compatible (n'empêchera pas ) l'exécution d'un serveur ou d'un client X . S'il abouti, il intéressera beaucoup de monde qui trouveront là une utilisation d'ordinateur personnel se rapprochant du modèle majoritaire, il permettra aussi d'avoir des drivers beaucoup plus facilement, ceux-ci n'interférant plus dans les différentes évolutions du noyau. (mais juste de l'interface graphique). Ce projet existe aussi autour du noyau Linux.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les Versions de FreeBSD, laquelle choisir

A savoir: La 4.11 est la plus récente jusqu'à la sortie de la 5.4. :transpi:

FreeBSD est un système d'exploitation qui dispose pour l'instant de deux versions majeures en parallèle:

La branche 4-STABLE fournit les versions qui peuvent être installés en production, elle est basée sur une architecture éprouvée, mais aura peut-être quelques soucis sur du matériel très récent.

La branche 5-STABLE fournit des versions qui peuvent être utilisées en production, ou sur des ordinateurs personnels.

La 4.8 est sortie au printemps 2003,

La 4.9 en octobre 2003,

La 4.10 au mois de juin 2004.

La 4.11 en janvier 2005

La 5.1 est sortie durant l'été 2003.

La 5.2 en décembre 2003.

La 5.2.1 au mois de mars 2004

La 5.3 en novembre 2004.

La 5.4 bientôt ^^.

La 6.0 est prévue pour cet été.

Regardez ce qui est écrit sur le Handbook au sujet de cvsup, le renseignement du fichier "standard-supfile" ou "stable-supfile" avec le bon tag vous permet d'avoir un système figé, mais disposant des correctifs de sécurité.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Allez, z'ou, une p'tite epingle sur celui la z'aussi !!

Continue la mise en forme et ton travail, ouragan, :D

Share this post


Link to post
Share on other sites

Juste pour signaler à tous:

rajout de :

-comment graver un iso

-comment réinstaller simplement le bootmanager

-apprendre à utiliser vi. voila.

Share this post


Link to post
Share on other sites

très bon topic ouragan j'ai quelques petits commentaires

- le sreen sous vmware, tu peux faire plus propre en le prennant direct de vmware : fichier -> screenshot

- le manuel de vi ca serait bien de le sortir de ce topic, il merite un topic à lui tout seul comme on retrouve un vi sur toutes les distribs.

Je serais assez tenté par une freeBSD sur mon serveur (à la place d'une debian, desolé remy :craint: ), je l'avais d'ailleur installé, mais après install j'etais completement perdu, et je l'avoue j'avais vite abandonné. D'ailleur dans un premier temps j'avais voulu installer une openBSD (du fait de la réputation sécure) , mais il n'y a pas d'iso dispo. y a t'il une grosse différence entre freeBSD et openBSD au niveau de la sécu? et d'ailleur quelle est la différence entre l'open et la free, parce que pour moi c'est toujours pas clair...

d'ailleur dans mon cas il serait peut etre plus interessant d'installer une picoBSD (bi pentium pro 200).

edit: c'est la matinée du d'ailleur, j'suis pas reveillé moi :reflechis:

Share this post


Link to post
Share on other sites

si je peux me permettre, je vais donner 2-3 autres maniements simple de vi? Pour plus de renseignements, vous pourrez toujours me mp.

dd efface une ligne, mais

:reflechis: dXd efface X lignes

:craint: d$ efface les caracteres de la ligne, du curseur a la fin de la ligne

:yes: dG efface tout le texte depuis le curseur jusqu'a la fin du fichier

yy copie une ligne , mais

:incline: yXy copie X lignes depuis le curseur

p colle une ligne, mais

:mdr: Xp la colle X fois

:yes: >> permet de faire une indentation vers la droite

:-D >X> permet de faire une indentation vers la droite sur les X lignes suivantes

:arrow: X>> permet de faire X indentations vers la droite

:arrow: X>Y> permet de faire X indentations vers la droite sur les Y lignes suivantes

:arrow: << permet de faire une indentation vers la gauche

:arrow: <X< permet de faire une indentation vers la gauche sur les X lignes suivantes

:arrow: X<< permet de faire X indentations vers la gauche

:arrow: X<Y< permet de faire X indentations vers la gauche sur les Y lignes suivantes

. Permet de répéter la derniere action

X. permlet de répeter X fois la derniere action

ZZ permet de remplacer :wq! ( sauver et quitter en forcant )

:arrow: edition diverses

- r permet de substituer une lettre

- R permet de passer en mode remplacement, equivalent de la touche insert sur le clavier. echap + i pour repasser en mode insertion.

- cw permet de changer un mot

- dw permet d'effacer un mot

:arrow: numérotation des lignes

set nu permet d'"afficher la numération des lignes

set nonu permet de l'enlever

:arrow en cas de pb !

u permet d'annuler la derniere commande

:arrow: permet d'avoir plusieurs vi dans une seule et meme fenetre

badd <nom_fichier> permet d'ajouter un buffer

bn buffer suivant

bp buffer précédent

:arrow: split de l'ecran

hsplit split horizontalement l'écran pour afficher 2 fichiers ( buffer ) en meme temps, idéal pour les copier-coller.

vsplit split verticalement l'écran.

On peut les combiner, mais bon, écran 911 pouces requit à la fin.... ;)

:arrow: Substitution ( ce que je préfére sous vi je crois )

%s/<expr>/<new_expr>/g

remplace ( s ) sur toutes les lignes ( % ) <expr> par <new_expr> pour toutes les occurences ( g ).

0,Xs/<expr>/<new_expr>/g

Remplace jusqu'a la ligne X <expr> par <new_expr> pour toutes les occurences ( g)

X,$s/<expr>/<new_expr>/g

Remplace de la ligne X a la fin du fichier <expr> par <new_expr> pour toutes les occurences

X,Ys/<expr>/<new_expr>/g

Remplace de la ligne X à la ligne Y toutes les occurences (g) de <expr> par <new_expr>

On peut ne rien mettre a la place de g, dans ce cas ca ne le fait que pour la premiere occurence de chaque ligne. On peut aussi mettre le nombre d'occurence que l'on veut a la place du g

:arrow: Recherche d'un expression

/<expr> recherche expr

n déplacement du curseur sur la prochaine occurence de <expr>

N déplacement du curseur sur la précédente occurence de <expr>

<numbre> Positionne le curseur sur la ligne <nombre>

Ah oui, j''oubliais, parfois, on veut ouvrir un fichier sur une ligne bien précise, par exemple, erreur de syntaxe ligne 911 dans le fichier toto.c, dans ce cas, 2 solutions :

vi toto.c

911

ou alors vi +911 toto.c , super pratique.

bon, voila les 2-3 trucs courants qu'on utilise tous les jours sous Vi, il en manque plein evidemment, mais si du monde est intéréssé je ferais peut etre alors un tutoriel Vi.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah ben voila je savais que rem était un Dieux de vi.

Effectivement le repérage de la ligne m'a souvent manqué.(pourtant le man est détaillé)

Pour le tuto de vi ya aucun problème. (d'ailleurs en piochant sur nos 2 posts le tuto est déjà fait, ya plus qu'à faire une miseen forme non? :chinois: )

Sinon Duke, euh openBSD c'est un camion blindé, freeBSD est un OS sécurisé orienté Desktop, serveur, parefeu... FreeBSD inclus (dans ses versions 5.x ) le pare-feu PacketFilter d'openBSD.

euh sinon le smp est géré dans le noyau (faut l'activer sur les versions 4.x, il est activé par défaut sur les versions 5.x)

Si tu veux de la puissance (nbre de connections, etc... ) c'est FreeBSD ou le noyau 2.6 de Linux (presque aussi bien :chinois: ). Si tu veux un imperméable, c'est OpenBSD qu'il te faut, mais attention il est beaucoup plus long en lecture disque (normal) mais rapide en écriture.

Share this post


Link to post
Share on other sites

×
×
  • Create New...